L'affaire Carl Vogt

L’ADEPSY souhaite apporter son soutien à la pétition de l’association Kam’Af dans le but d’amener la rebaptisation du bâtiment universitaire Carl Vogt ainsi que le déboulonnement du buste à son effigie pour plusieurs raisons. 

Premièrement, Carl Vogt est à la fois une figure progressiste suisse, mais aussi un scientifique promouvant le concept de « race » et l’idée que certaines sont inférieures à d’autres. En effet, il écrit « Le nègre adulte, en ce qui concerne ses capacités intellectuelles, ressemble à l’enfant, à la femme et au Blanc sénile » dans son ouvrage « Leçon sur l’Homme » (1865).[1]

Par ailleurs, le racisme a également sa part d’influence dans les sciences, comme par exemple la psychologie. Dans les années 1900, des psychologues cherchant à adapter des échelles d’intelligences françaises aux États-Unis ont conclu que les personnes noires ainsi qu’hispaniques étaient moins intelligentes que les personnes blanches (Durodoye, 2003). Ce ne fut que plus tard que l’ont pris conscience que ces échelles étaient biaisées et ne prenaient pas en compte l’impact de l’environnement et du niveau socio-économique sur le développement de l’intelligence (Weiss & Saklofske, 2020).

Plus récemment, la revue scientifique Elsevier a retiré de sa base de données la recherche de Rushton & Templer (2012) intitulée « Do pigmentation and the melanocortin system modulate agression and sexuality in humans as they do in other animals ? ». Dans cette étude, les auteurs extrapolent des similitudes entre les gènes de la pigmentation des oiseaux et des humains ; tirant par la suite la conclusion qu’une pigmentation plus foncée serait responsable pour un taux d’agression plus élevé (Rushton & Templer., 2012). Cette rétraction d’article démontre que la recherche scientifique est également sujette à des biais racistes.

Finalement, en 2020, Juliet Fall, professeure de géographie à l’UNIGE, rappelle le caractère sexiste et raciste des propos de Carl Vogt. Elle raconte comment l’influence de la période historique n’explique pas le rapprochement des femmes et des personnes noires aux animaux. Professeure Fall souligne que les temps ont changés et qu’il s’agit peut-être de « remplacer » son buste par « quelqu’un qui représente mieux les valeurs de la ville et de l’université d’aujourd’hui ».[2]

Il ne s’agit pas d’effacer l’histoire, mais de choisir qui l’on veut voir honoré dans notre Université et dans nos rues.

L’Association des Etudiants-tes en Psychologie. 



[1] Pour plus d’informations, consulter la pétition sur la page facebook de la CUAE

 

 

Sources: 

Durodoye, B. A. (2003). The science of race in education. Multicultural Perspectives5(2), 10-16.

Fall, J. (2020). Cher Carl. Consulté sur : https://www.unige.ch/actualites/files/7315/9246/4065/Cher-Carl-Vogt-JF.pdf

Rushton, J. P., & Templer, D. I. (2012). RETRACTED : Do pigmentation and the melanocortin system modulate aggression and sexuality in humans as they do in other animals? Personality and Individual Differences, 53(1), 4–8. http://dx.doi.org/10.1016/j.paid.2012.02.015

Weiss, L. G., & Saklofske, D. H. (2020). Mediators of IQ test score differences across racial and ethnic groups: The case for environmental and social justice. Personality and Individual Differences161, 109962.

Posté par

Partager: