Open Access

A l'UNIGE

La démarche scientifique a toujours été fondée sur le partage de connaissances. Il n’y a aucun progrès marquant qui ne se soit appuyé sur des échanges d’opinions. Il est donc essentiel, pour exploiter le plein potentiel des communautés scientifiques, de permettre un accès égalitaire à la science.

L’Université de Genève est cosignataire, par le biais de la Conférence des recteurs d’universités suisses (désormais swissuniversities), de la « Déclaration de Berlin sur le libre accès à la connaissance scientifique » et a fait de la publication en open access, l’un de ses objectifs stratégiques. Sa politique en la matière est conforme aux exigences du Fonds national suisse de la recherche scientifique et la stratégie nationale d'Open Access, et répond aux conditions de publication exigées dans le cadre des projets européens, tels que le FP7 ou Horizon 2020, ou de la League of European Research Universities (LERU). Elle s’engage à diffuser aussi largement que possible les résultats de ses recherches et assume un rôle de leader national dans le cadre de l’initiative SCOAP3.

L’Université exige de ses chercheurs qu’ils déposent une version complète de tous leurs publications sur son Archive ouverte UNIGE créée afin de promouvoir l’échange et la collaboration interinstitutionnelle, selon les recommandations du Directory of Open Access Repositories (DOAR), et cela sans restreindre la liberté de publication des recherches.

Afin de promouvoir la visibilité de sa production scientifique, l’Université encourage les membres du corps enseignant, ainsi que ses doctorants et docteurs à favoriser la publication de leurs résultats de recherches dans les journaux en libre accès, si une revue de qualité de ce type est disponible, afin d’élargir leur diffusion. Un fonds d'aide à la publication a été créé en 2018 afin de couvrir une partie des coûts engendrés pour les auteurs, tandis que des accords sont négociés avec des éditeurs pour obtenir des rabais sur les frais de publication.

Toutes les publications, mais surtout celles publiées dans des revues traditionnelles qui exigent en général la cessation à l'éditeur de tous les droits commerciaux à travers un Copyright Transfert Agreement, les auteurs sont encouragés à compléter le contrat d’un addenda, instrument légal modifiant les conditions des éditeurs et permettent aux auteurs de conserver les droits clés de leurs publications.