Recherches soutenues

Une recherche démarrera à l'été 2021 sous la direction de la Dre. Karine Duplan (Faculté des sciences de la société, UNIGE), sous le titre:

«WE ARE EVERYWHERE'. Revendications et réappropriations de l'espace et de la citoyenneté par les minorités sexuelles en contexte de ville néolibérale»

Montant octroyé : CHF 198'879.00 .-


En dépit du soutien de la part des politiques dans nombre de régions du monde, les personnes LGBTIQ+ continuent de faire l’objet de discriminations et de souffrir de l’exclusion de la sphère publique. Les enjeux de lutte et de représentation qui en découlent demeurent ainsi au cœur des défis auxquels font face les métropoles mondialisées, dans un contexte de néolibéralisation croissante des formes de gouvernance. Face à ce constat, il importe alors de s'interroger sur le rapport à l'espace urbain des personnes LGBTIQ+. Qui contribue à la production et à la régulation de ces espaces et selon quelles orientations ? En quoi ces espaces affectent-ils les pratiques, le comportement et le sentiment de soi de ces personnes marginalisées ? Quel pouvoir d'action ont les personnes et communautés LGBTIQ+ quant à leur représentation dans l'espace public?
Ce projet se propose de porter son regard sur la façon dont se construisent des espaces et citoyennetés queer, venant transgresser les normes et usages régis par un pouvoir hétéronormatif excluant ou marginalisant ceu.lle.x.s dont l'orientation sexuelle ou l'expression de genre est minorisée.


La recherche est structurée selon trois grands axes :

  1.  Le premier axe vise à analyser les processus de décision des politiques. Cela permettra de mieux comprendre la façon dont sont conçues et mises en place à différentes échelles des actions publiques ainsi que d’éclairer les possibles biais hétéronormatifs qui les régissent en plaçant les questions de sexualité comme centrales dans la production des sentiments d'appartenance et de citoyenneté urbaines.
  2. Le deuxième axe a pour objectif de rendre compte des expériences quotidiennes des personnes LGBTIQ+ dans leur multiplicité. Cela permettra de mieux comprendre la dimension spatiale des expériences de discrimination, du public au privé, du corps à la ville, et d’interroger tout à la fois le potentiel normatif et émancipatoire de l’espace et les sentiments d’appartenance liés, à partir de la pluralité des pratiques queer.
  3. Enfin, le troisième axe a pour but de caractériser le rôle joué par les collectifs communautaires en tant qu'interfaces entre politiques publiques et usagèr.e.x.s de l'espace. Cela permettra de rendre compte de la complexité du milieu associatif et militant LGBTIQ+ dans la diversité de ses espaces d’action et dans la revendication d’un droit à la ville queer venant déstabiliser l’hétéronormativité des espaces et de leur production.

"WE ARE EVERYWHERE" affiche un caractère inédit à l'échelle de Genève et de la Suisse. En proposant de penser la justice sociale et spatiale à partir des marges sexuelles, ce projet vise à nourrir les réflexions théoriques et pratiques autour de la production d'une ville plus inclusive. Très concrètement, "WE ARE EVERYWHERE" contribuera à promouvoir ¬la voix et la place des personnes et communautés LGBTIQ+ dans l'espace public et citoyen.


Pour toute information, merci de contacter la Dre. Karine Duplan


Conférences et interventions publiques :

Duplan K. Geneva: A Queer City? Présentation lors de la session de Géographies des sexualités du Forum de Géographie Humaine au Swiss Geoscience Meeting, Zurich/online (CH). 7 novembre 2020.