2017

Partenariat stratégique entre les Universités de Genève et Zurich

Les universités de Genève (UNIGE) et Zurich (UZH) concluent un accord de partenariat stratégique pour explorer les enjeux de la révolution numérique et le défi sans précédent qu’elle représente pour la collectivité. L’accord permettra de densifier leurs collaborations dans les domaines de la recherche et de la formation, de développer la mobilité entre les deux institutions et de participer conjointement à des programmes européens. Un fonds d’impulsion de 400’000 francs, financé à égalité par chacune des deux Universités, permettra d’amorcer les premiers projets. Répondant à leur mission de service à la Cité, les deux universités veulent proposer une vision stratégique globale grâce à la création d’un centre commun, le Digital Society Policy Institute.

 

La révolution numérique bouleverse en profondeur le fonctionnement global de nos sociétés. Son impact sur l’emploi, sur la sphère privée, sur la protection des données et sur la démocratie au sens large doit être abordé dans toutes ses dimensions. «Nos universités généralistes se doivent d’apporter une réflexion académique et pluridisciplinaire pour accompagner ce changement sociétal, en maximiser les bénéfices sociaux et en encadrer les risques. Le numérique ne doit pas être pensé seulement comme outil technologique, mais aussi comme enjeu de société» estime Yves Flückiger, recteur de l’UNIGE. «En tant qu’universités, nous pouvons et voulons façonner la digitalisation», renchérit Michael Hengartner, recteur de l’UZH. «Notre partenariat stratégique avec l’UNIGE est une formidable occasion d’intensifier notre coopération dans ce domaine et de renforcer la recherche et la formation au niveau national. Nous voyons un potentiel important dans de nombreux secteurs.»

 

Smart Cities et Digital Society Initiative

Les recherches initiées dans le cadre du partenariat stratégique entre les deux universités, dégagées des contraintes commerciales ou technologiques des principaux acteurs du secteur, peuvent toucher de nombreux domaines. Genève et Zurich disposent par exemple d’un volume exceptionnel de données librement accessible aux chercheurs et sont donc des candidates naturelles pour le développement de la recherche sur les villes intelligentes (Smart Cities). C’est l’un des axes de recherche envisagés, aux côtés de la démocratie digitale, de la science citoyenne en ligne, du numérique appliqué à la santé ou des questions de droit dans le cyberespace.

Les deux universités poursuivent déjà des stratégies de transformation numérique: L’UZH Digital Society Initiative dispose d’une importante base de connaissances pour la numérisation et couvre un large éventail de domaines tels que le droit, la santé, la démocratie, l’économie et la promotion des développements techniques, en s’appuyant sur son réseau de chercheurs. Cette initiative engage aussi un dialogue direct avec le public sur les chances et les risques du numérique. En écho à cette stratégie, l’UNIGE mène actuellement «une vaste consultation sur sa stratégie numérique, pour qu’elle réponde au mieux aux besoins internes, mais aussi aux attentes de la société. Nos collègues zurichois ont initié un dialogue public similaire. C’est donc un moment très propice pour coordonner nos efforts», note Jacques de Werra, vice-recteur de l’UNIGE, en charge de l’Université numérique.

En matière de science citoyenne, les deux universités veulent dépasser la collecte ou le traitement de données brutes. La démocratisation de la science ne passe pas seulement par la délégation des tâches, mais par l’association citoyenne à la définition même des projets de recherche. Dans ce domaine, deux entités importantes sont appelées à collaborer étroitement : le Zurich Citizen Science Center, partenariat entre l’UZH et l’ETH Zurich, et le Citizen Cyberlab, développé par l’UNIGE en collaboration avec le Cern et l’UNITAR (Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche).

 

Développement de la mobilité

Le partenariat entre l’UNIGE et l’UZH vise aussi à favoriser le dialogue et l’échange entre deux villes et deux régions qui participent de l’identité suisse. Dans le domaine de la formation, il permettra de développer la mobilité estudiantine entre les deux universités, ainsi que la direction conjointe de thèses de doctorat. Dans le domaine de la recherche, il va encourager les échanges entre jeunes chercheurs et chercheuses, le partage d’informations et de données académiques, scientifiques et techniques, ainsi que le développement de projets de recherches conjoints dans le cadre des programmes de financement européens. Des cours communs par le biais de classes virtuelles sont envisagés, tout comme l’organisation de conférences et séminaires autour de thèmes numériques spécifiques.

L’UNIGE et l’UZH sont les deux seules universités suisses membres de la LERU (League of European Research Universities). Ce réseau de 23 universités de recherche issues de dix pays européens est un acteur important de l’Espace européen de l’enseignement supérieur ; il défend le développement de conditions cadres favorables, en particulier la recherche fondamentale et l’enseignement.

15 décembre 2017
  2017