2021

Théologie et GSEM: nouvelles nominations à l’UNIGE

Les décanats des facultés de théologie et d’économie et de management font peau neuve cet été, avec les nominations d’Elisabeth Parmentier et de Markus Menz.

page_garde_decanat2021_2.png

Elisabeth Parmentier, professeure ordinaire de théologie pratique et nouvelle doyenne de la Faculté de théologie de l’UNIGE, et Markus Menz, professeur ordinaire et nouveau doyen de la GSEM. © UNIGE

 

Dès le 15 juillet 2021 et pour les quatre prochaines années, Elisabeth Parmentier prendra la tête de la Faculté de théologie de l’Université de Genève (UNIGE), une première pour une femme. Après avoir occupé le poste de vice-doyen à la Faculté d’économie et de management (GSEM), Markus Menz deviendra le nouveau doyen et continuera à œuvrer pour développer les compétences et atteindre les objectifs que la faculté s’est fixés depuis sa création en 2014.

Théologie : une faculté tournée vers l’avenir à la lumière de l’histoire

Première faculté de l’Université de Genève en 1559, la Faculté de théologie accueille aujourd’hui 200 étudiant-es. Forte de ses racines protestantes, la Faculté est un lieu où les questions existentielles, philosophiques et spirituelles sont abordées dans un esprit de dialogue et de liberté intellectuelle. «La Faculté de théologie s’oppose à toute forme de fanatisme grâce à l’étude critique et l’interprétation des textes anciens et actuels. Les étudiants et étudiantes de toute provenance et de toute conviction sont invité-es à comprendre la place du religieux dans la société et le rôle qu’il peut y jouer à l’avenir», explique Elisabeth Parmentier, professeure ordinaire de théologie pratique et nouvelle doyenne.

Après avoir travaillé durant 19 ans à l’Université de Strasbourg, Elisabeth Parmentier rejoint l’UNIGE en 2015 pour y enseigner la théologie pratique. «Je me suis toujours intéressée aux seuils, là où deux pensées s’opposent mais peuvent finalement se rejoindre. C’est le cas de la théologie féministe, des réinterprétations théologiques issues des minorités ou encore de l’œcuménisme entre catholiques et protestant-es», précise-t-elle. Ayant occupé durant deux ans le poste de vice-doyenne, elle s’attachera à poursuivre les objectifs du décanat précédent, en collaboration avec la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’UNIL, mettant l’accent sur l’interdisciplinarité, avec le programme d’étude «A Ciel ouvert» en collaboration avec des astronomes, les cours sur la spiritualité chrétienne, ou des programmes d’excellence dans les recherches réformées. «La théologie est d’une actualité brûlante, car c’est à la lumière de l’histoire et de l’analyse critique que le monde de demain pourra être compris et interprété», appuie Elisabeth Parmentier. Pour mener à bien ces objectifs, elle sera entourée par les vices-doyens Christophe Chalamet, en charge de la recherche, et Jean-Daniel Macchi, qui s’occupera des finances et de l’orientation stratégique.


GSEM : une faculté qui poursuit son développement et consolide ses compétences

Bien que récente, la Geneva School of Economics and Management (GSEM) compte déjà plus de 1800 étudiantes et étudiants, 5 instituts et 7 centres de compétences, et figure au deuxième rang des ETH Forschungsmonitoring 2020 pour les publications dans les journaux A+, un classement rassemblant les meilleures écoles de commerce de Suisse, Allemagne et Autriche. «C’est déjà un excellent résultat pour une faculté si jeune, mais notre objectif est d’obtenir durant ce décanat l’accréditation internationale AACSB (Association to Advance Collegiate Schools of Business), qui regroupe les meilleures écoles de commerce au monde», relève Markus Menz, professeur ordinaire à la GSEM et nouveau doyen. Pour ce faire, en plus de consolider les expertises en matière d’analyse et gouvernance, il compte développer et renforcer les compétences propres de la Faculté d’économie et de management de l’UNIGE : la responsabilité et la durabilité dans les milieux économiques. «Genève est le lieu idéal pour renforcer ces éléments, qui font parfois encore défaut en économie mais qui représentent l’avenir. C’est pourquoi nous développerons tant notre enseignement que la recherche sur ces sujets», poursuit-il.

Intéressé d’aussi loin qu’il s’en souvienne par le fonctionnement interne et le management des organisations, Markus Menz fait ses études doctorales en gestion d’entreprise à l’Université de St-Gall, qu’il complète par un séjour à Harvard, en mettant l’accent sur le leadership stratégique, la gouvernance d’entreprise, la stratégie d’entreprise et la conception de l’organisation. Ses études récentes explorent la manière dont les entreprises et les dirigeants évoluent à l’ère du numérique, et comment les conseils d’administration, les équipes de direction et les sièges sociaux se structurent. Lorsque la GSEM ouvre ses portes en 2014, il y voit l’opportunité d’allier ses recherches à la mise en pratique de son travail, en aidant au développement de la faculté sur la scène internationale. Il occupera le poste de vice-doyen deux ans plus tard. Pour ce nouveau décanat, il sera entouré par la professeure Eva Cantoni, en charge de l’enseignement, le professeur Salvatore di Falco, qui s’occupera de la recherche, et la professeure Judith Schrempf-Stirling, responsable de la formation continue.

7 juillet 2021
  2021