Trouver un premier emploi: témoignage

Témoignage

Aurèle nous raconte comment les conseils du Centre de carrière l'ont aidé dans sa démarche

Publié le 30 août 2016
1
Aurèle, jeune diplômé de l'UNIGE, témoigne de l'accompagnement qu'il a reçu à Uni-emploi pour obtenir son premier emploi à l'État de Fribourg

Trouver un premier emploi: mission impossible?

En 2013, seuls 23% des étudiants en sciences sociales déclaraient qu’ils pensaient trouver rapidement et/ou facilement un emploi à la fin de leurs études (source: Observatoire de la vie étudiante), faisant de ce domaine en Suisse celui où les étudiants semblent avoir le moins confiance en leur futur.

Nous avons rencontré Aurèle, diplômé du master en géographie et sciences du territoire, pour confronter cette impression à un cas réel.

Aurèle: bachelor à Neuchâtel, master à Genève

Après un bachelor en ethnologie et géographie à l’Université de Neuchâtel, Aurèle choisit de se spécialiser en géographie à l’UNIGE:

J’ai été un peu réaliste: si en géographie, ce n’est pas facile de trouver du boulot, en ethnographie, c’est à peu près impossible.

À première vue, ce genevois d’origine entretient les mêmes doutes que le reste de sa génération.

Un étudiant passionné de développement territorial

Il n’est pas l’étudiant exemplaire; son parcours est en partie atypique: entre le bachelor et le master, il passe une année à se chercher, qui se solde par sa réintégration in extremis à l’UNIGE sur intervention du doyen. Mais il est passionné par ce qu’il fait:

L’idée du développement territorial, c’est un peu comme agencer sa chambre ou son appartement, sauf qu'il s'agit de contribuer à agencer l’ensemble du territoire. Donc il faut sortir de son espace privé pour aller vers un espace qui est partagé, commun. Nous sommes tous des usagers du territoire: tout le monde l’utilise. Cela m'a donné envie d’être au courant de pourquoi et comment on fait les choses.

Développer ses compétences

En parallèle de ses études, Aurèle a un job d’étudiant ponctuel au Centre d’Analyse Territoriale des Inégalités (CATI).

À l’approche de la fin de ses cours, il décide de continuer pour un semestre supplémentaire afin d’obtenir un Certificat complémentaire en géomatique, dans le but d’apprendre à maîtriser des outils concrets. Il bénéficie de contacts dans le cadre de la formation, et décroche un stage de deux mois à l’Office du Patrimoine de l’État de Genève. C’est sa première véritable expérience professionnelle dans son secteur.

L’anxiété de rechercher un premier emploi

Début 2016, il entame ses recherches pour un premier emploi, persuadé que cela va prendre pas mal de temps, et qu’il risque de ne trouver qu’un stage.

Lorsqu’on lui demande dans quel état d’esprit il se trouvait avant d’entamer ses recherches, Aurèle répond avec résignation:

J'étais un peu anxieux. J'étais conscient qu'en faisant des sciences humaines et sociales, j'étais vraiment orienté sur la théorie. Il y a différents domaines qui n'ont aucun débouché. Je le savais. Le problème, c’est de ne pas avoir de compétences - du moins, j'estimais ne pas avoir de compétences à faire valoir au cours d’un entretien d’embauche.

Entre l’impression d’une absence de débouchés, d’un manque de compétences et d’un contexte économique difficile, décrocher un premier emploi peut sembler mission impossible. Pourtant, en 2013, les diplômés d’universités suisses ne sont que 3,9% (un an après la fin de leurs études) et 2,3% (cinq ans après) à être au chômage, en dessous de la moyenne suisse qui se situe à 4,4% (source: Office fédéral de la statistique).

Ce n’est qu’au moment où il tombe sur une offre particulièrement intéressante de l’État de Fribourg qu’il se rappelle que sa colocataire lui avait parlé des services du Centre de carrière:

Au moment où j’ai vu tout à coup cette offre, qui était vraiment super ciblée sur mon profil et qui m’intéressait beaucoup – à savoir, «géographe avec spécialisation en géomatique, avec des intérêts en aménagement du territoire» – je me suis dit que c’était exactement moi. A ce moment, j'ai réalisé que c'était le moment de faire appel au Centre de carrière pour qu’ils me corrigent ce dossier de candidature en particulier.

Correction du dossier de candidature avec le Centre de carrière

Aurèle prend rendez-vous avec Dimitri Ruiz, l’un de nos spécialistes en insertion professionnelle.

Ensemble, ils passent en revue le dossier de candidature d’Aurèle pour sa postulation à l’État de Fribourg: Dimitri l’aide à améliorer son CV et sa lettre de motivation:

Les remarques que Dimitri m’a faites sur mon CV et ma lettre de motivation étaient valables d’une manière générale. Il m’a corrigé spécifiquement ce dossier de candidature là, mais j’ai aussi réutilisé ses remarques pour d’autres lettres que j’ai envoyées pour d'autres candidatures.

Valoriser ses expériences passées en identifiant les compétences développées

Dimitri invite également Aurèle à faire le point sur son parcours jusque-là, à revenir sur ses expériences passées: peu importe qu’elles soient peu nombreuses s’il sait les valoriser. En discutant, ils repèrent quelles compétences Aurèle peut mettre en avant pour chaque expérience:

Dimitri m’a bien aiguillé et m’a permis de faire ressortir certaines choses que je laissais un peu en arrière.

Il revient ainsi sur son job d’étudiant au CATI:

Mon job au CATI était ponctuel, très désorganisé - mais c’était une expérience quand même! Je me suis souvent retrouvé seul, ce qui m’a permis de développer une certaine autonomie de travail. C’était une expérience appliquée qui m’a permis à ce moment-là d’être en contact avec des responsables communaux, des conseillers administratifs, et d'autres personnes.

Les entretiens d’information: trouver des informations sur le secteur visé

Dimitri propose aussi à Aurèle d’effectuer des entretiens d’information:

L'objectif est de contacter des professionnels dans le secteur qui nous intéresse pour leur demander des informations sur leur profession. Dimitri m'a expliqué qu'il ne fallait pas que je dise que je cherchais du travail: le risque est que la personne en face dise qu'il n'y a pas de poste ouvert et refuse de nous rencontrer. J'ai compris qu'il est plus judicieux d'expliquer que j'étais simplement intéressé à découvrir le secteur professionnel ou l'entreprise de la personne contactée.

Après l'entretien, si le courant est bien passé, les personnes rencontrées se souviendront de moi et penseront  à moi lorsqu'un poste se libère ou qu'un stage est proposé.

Un entretien d’information permet à un jeune diplômé de rencontrer un professionnel avec une formation similaire à la sienne, et en activité dans le secteur qu’il vise. L’entretien permet de récolter des informations sur le secteur ou le métier, et peut constituer un tremplin dans la recherche d’emploi en favorisant la constitution d’un premier réseau.

Des conseils précieux et concrets pour reprendre confiance

Aurèle rencontre ainsi deux anciens étudiants en géographie, qui travaillent aujourd’hui dans le domaine de la mobilité, pour des entretiens d’information:

J'étais intéressé à connaître leur parcours, et savoir comment eux, en tant que géographes, avec la même formation théorique que moi, avaient pu trouver du travail dans ce domaine. Je voulais savoir ce qui leur a permis de trouver du travail, savoir s'ils avaient dû faire des stages, et d'autres questions de ce type.

Lorsque le courant passe bien, un entretien d’information est une source inestimable de conseils:

Le deuxième entretien d'information que j'ai fait s’est vraiment bien passé. Mon interlocuteur m’a expliqué énormément de choses, j'ai pris le maximum de notes que je pouvais!

Réaliser ces entretiens a également permis à Aurèle d’aborder plus sereinement son futur professionnel:

Ces entretiens d'information m’ont permis de reprendre confiance et de réaliser que les parcours professionnels sont toujours très alambiqués. Il n’existe pas de modèle valable pour tout le monde: j'ai l'impression que c'est souvent par des voies détournées que les gens trouvent un emploi qui leur convient.

La démarche d’Aurèle au Centre de carrière

Lors de son entretien individuel au sein Centre de carrière, Aurèle a donc pu:

  • Recevoir des conseils réutilisables quant à la forme, la structure, et au contenu de son CV et sa lettre de motivation
  • Apprendre à reconnaître et mieux valoriser les compétences développées lors de sa formation et ses petits jobs
  • Élargir son horizon professionnel en obtenant plus d’informations sur les débouchés possibles avec un master en géographie, grâce à deux entretiens d’information
  • Obtenir les contacts nécessaires à la réalisation de ces deux entretiens
  • Être rassuré sur la non-linéarité des trajectoires professionnelles

Et le succès est au rendez-vous!

Quelques semaines après avoir rencontré Dimitri, Aurèle nous contactait pour nous annoncer que sa candidature à l’État de Fribourg avait été retenue. Il y travaille comme géographe depuis le mois de mars 2016, au sein du Service des constructions et de l’aménagement (SeCA).

Et vous? Comment pouvons-nous vous accompagner?

  • Vous avez également l’impression de ne pas avoir de compétences ou d’expériences à mettre en valeur?
  • Il vous semble qu’il n’y a pas ou peu de débouchés à l’issue de votre formation?
  • Vous vous demandez simplement comment améliorer votre CV ou votre lettre de motivation?

Nos experts en insertion professionnelle sont là pour répondre à vos questions et vous accompagner dans votre démarche. Ils possèdent à la fois une très bonne connaissance des profils de l’UNIGE et une compréhension du marché de l’emploi et de ses règles.

Vous allez aimer:

Prenez rendez-vous avec nos conseillers en insertion

background image

Faites-vous accompagner par un professionnel en activité

background image

Préparez vos entretiens d'information

Deux femmes discutent

Participez à nos ateliers

background image
top