Revues du ciné-club

Claire Denis

2021_ac_revue_claire-denis_beau-travail.png

Claire Denis

La Revue du Ciné-club universitaire, avril 2013

Édito

Étrange. Opaque. Marginal. Exigeant. Tel est le champ sémantique qu’on emploie généralement pour décrire le cinéma de Claire Denis. Avec des œuvres qui déconcertent ne s’encombrant pas de prolixes dialogues, d’explications didactiques, de discours psychologiques et de liens de causalité évidents, elle filme le mineur comme le majeur, en plans toujours d’égale importance. La mise en scène fragmentaire et la narration elliptique offrent peu d’indices et beaucoup de non-dits.

De ce constat émerge une réflexion cruciale: le cinéma de Claire Denis est avant tout un cinéma de la sensation. Il met en son cœur textures de peau, jeux de regards et musique toujours hautement symbolique, avec comme enjeux plastiques une représentation du corps sous toutes ses formes. Influencée par d’autres arts, comme la peinture ou la danse, la réalisatrice propose un cinéma très personnel empreint de nombreuses références.

Les liens qui unissent les individus, ou au contraire ce qui les éloigne, intéressent particulièrement la réalisatrice. Les relations familiales entre frères et sœurs, entre parents et enfants, mais aussi les rapports de domination et de pouvoir issus de l’histoire coloniale française, font partie de ce qui caractérise cette œuvre, sans oublier cette curiosité insatiable pour l’amitié parfois ambiguë qui unit les personnages masculins. Mais c’est surtout le désir charnel, les troubles qu’il occasionne, ses déviances et ses tabous, qui parcourent l’ensemble de ses films.

Comment expliquer cet élan vers l’autre? Comment exprimer et partager l’attirance et la fascination pour l’ardeur des corps? Là se situe toute la justesse et l’intelligence de ce cinéma, dont le principal fondement esthétique est de faire appel aux sens pour que naisse l’émotion.

Les articles présentés ici sont autant de clés pour accéder à la complexité et à la richesse de ses films. En espérant également que le spectateur prendra plaisir à se laisser désorienter, à lâcher prise et à rester ouvert aux sensations offertes par la beauté déroutante du cinéma de Claire Denis

Sommaire

  • Sarah Maes, Édito, p.1
  • Sara Gisselbaek, Parcours d’une réalisatrice, pp.3-6
  • Léonore Hess, «Je ne sais même plus comment te parler», pp.7-9
  • Gilliane Kern, L’héritage de la colonisation: Un regard sans concession, pp.11-15
  • Astrid Maury, Trouble Every Day, un cinéma de la chair, pp.17-24
  • Sarah Maes, Regards de femmes et corps d’hommes, pp.26-34
  • Yaël Elster, Le réalisateur est une réalisatrice. Et alors?, pp.36-44
  • Filmographie, p.46
  • Bibliographie, p.47

La revue au format papier

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi (Claire Denis – Avril 2013) et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro «Claire Denis», avril 2013 de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: Claire Denis. Avril 2013 (2).

Pour citer un article de la Revue

Sarah, Maes. (2013). Regards de femmes et corps d’hommes. La Revue du Ciné-club universitaire: Claire Denis., avril 2013 (2), 26-34

Production

Ciné-club universitaire

cineclub(at)unige.ch

022 379 77 24

Array
(
    [0] => stdClass Object
        (
            [meta] => stdClass Object
                (
                    [id_group] => 12283
                    [nb] => 1
                    [group_name] => Claire Denis
                    [group_url] => claire-denis
                    [group_sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, avril 2013
                    [gestionnaires] => Array
                        (
                            [0] => stdClass Object
                                (
                                    [id_personne] => 8514
                                    [nom] => Ciné-club universitaire
                                    [prenom] => 
                                    [email] => cineclub@unige.ch
                                    [tel] => 022 379 77 24
                                    [url] => 
                                    [id_gestion] => 5
                                    [libelle] => Production
                                    [privacy] => 0
                                )

                        )

                    [periode_span_debut] => 2013-04-01 00:00:00
                    [periode_span_fin] => 2013-04-01 00:00:00
                    [group_tags_matiere] => Array
                        (
                            [0] => cinéma
                        )

                    [key_flagship] => 0
                    [id_flagship] => 12283
                    [date] => stdClass Object
                        (
                            [periodes_effectives] => 1
                        )

                )

            [group] => Array
                (
                    [0] => stdClass Object
                        (
                            [error] => 
                            [id_prestation] => 12283
                            [id_originale] => 
                            [titre] => Claire Denis
                            [titre_url] => claire-denis
                            [sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, avril 2013
                            [periode_span_debut] => 2013-04-01 00:00:00
                            [periode_span_fin] => 2013-04-01 00:00:00
                            [periode_nb] => 1
                            [periode_popularity_id] => 71881
                            [periode_popularity_percent] => 1
                            [periode_popularity] => 2013-04-01 00:00:00
                            [chapo] => 
                            [corps] => 

Édito

Étrange. Opaque. Marginal. Exigeant. Tel est le champ sémantique qu’on emploie généralement pour décrire le cinéma de Claire Denis. Avec des œuvres qui déconcertent ne s’encombrant pas de prolixes dialogues, d’explications didactiques, de discours psychologiques et de liens de causalité évidents, elle filme le mineur comme le majeur, en plans toujours d’égale importance. La mise en scène fragmentaire et la narration elliptique offrent peu d’indices et beaucoup de non-dits.

De ce constat émerge une réflexion cruciale: le cinéma de Claire Denis est avant tout un cinéma de la sensation. Il met en son cœur textures de peau, jeux de regards et musique toujours hautement symbolique, avec comme enjeux plastiques une représentation du corps sous toutes ses formes. Influencée par d’autres arts, comme la peinture ou la danse, la réalisatrice propose un cinéma très personnel empreint de nombreuses références.

Les liens qui unissent les individus, ou au contraire ce qui les éloigne, intéressent particulièrement la réalisatrice. Les relations familiales entre frères et sœurs, entre parents et enfants, mais aussi les rapports de domination et de pouvoir issus de l’histoire coloniale française, font partie de ce qui caractérise cette œuvre, sans oublier cette curiosité insatiable pour l’amitié parfois ambiguë qui unit les personnages masculins. Mais c’est surtout le désir charnel, les troubles qu’il occasionne, ses déviances et ses tabous, qui parcourent l’ensemble de ses films.

Comment expliquer cet élan vers l’autre? Comment exprimer et partager l’attirance et la fascination pour l’ardeur des corps? Là se situe toute la justesse et l’intelligence de ce cinéma, dont le principal fondement esthétique est de faire appel aux sens pour que naisse l’émotion.

Les articles présentés ici sont autant de clés pour accéder à la complexité et à la richesse de ses films. En espérant également que le spectateur prendra plaisir à se laisser désorienter, à lâcher prise et à rester ouvert aux sensations offertes par la beauté déroutante du cinéma de Claire Denis

Sommaire

  • Sarah Maes, Édito, p.1
  • Sara Gisselbaek, Parcours d’une réalisatrice, pp.3-6
  • Léonore Hess, «Je ne sais même plus comment te parler», pp.7-9
  • Gilliane Kern, L’héritage de la colonisation: Un regard sans concession, pp.11-15
  • Astrid Maury, Trouble Every Day, un cinéma de la chair, pp.17-24
  • Sarah Maes, Regards de femmes et corps d’hommes, pp.26-34
  • Yaël Elster, Le réalisateur est une réalisatrice. Et alors?, pp.36-44
  • Filmographie, p.46
  • Bibliographie, p.47
[remarque] =>

La revue au format papier

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi (Claire Denis – Avril 2013) et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro «Claire Denis», avril 2013 de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: Claire Denis. Avril 2013 (2).

Pour citer un article de la Revue

Sarah, Maes. (2013). Regards de femmes et corps d’hommes. La Revue du Ciné-club universitaire: Claire Denis., avril 2013 (2), 26-34

[annule] => 0 [date_nb] => 1 [inscr_date_debut] => [inscr_date_fin] => [participant_min] => 0 [participant_max] => 0 [participant_cardinalite] => 1 [participant_current] => 0 [difficulte_rang] => [difficulte] => [tag_structure] => document [tag_matiere] => cinéma [dates] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_periode] => 71881 [date_debut] => 2013-04-01 00:00:00 [date_fin] => 2013-04-01 00:00:00 [id_periode_libelle] => [periode_ponderation] => [periode_libelle] => [lieu_id] => [lieu_libelle] => [lieu_rue] => [lieu_num] => [lieu_localite] => [lieu_npa] => [lieu_x] => [lieu_y] => [lieu_acces] => ) ) [gestionnaires] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) [prix] => Array ( ) [liens] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_lien] => 45 [position] => [libelle] => La Revue du Ciné-club universitaire: Claire Denis. Avril 2013 [url] => //www.unige.ch/dife/index.php/download_file/10113/ [embed_status] => 0 [embed] => ) ) [class_of_managers] => Array ( [5] => stdClass Object ( [libelle] => Production [members] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) ) ) ) ) ) )