Revues du ciné-club

Jean-Pierre Léaud: acteur

1990_ccu_leaud_acteur_thumb.png

Jean-Pierre Léaud: acteur

La Revue du Ciné-club universitaire, avril 1990

Édito: Jean-Pierre Léaud: Acteur réalisé

Le cinéma est aussi l'affaire des acteurs et non pas seulement celle des cinéastes. Ainsi n'est-il que justice de consacrer, pour une fois, un cycle à un acteur. Si nous avons choisi Jean-Pierre Léaud, c'est qu'il est un étrange personnage, un de ces acteurs qui, dans le visible du film se rend insaisissable. Il se situe entre ces 2 pôles que sont la personne réelle et le comédien. Il est un acteur dont le personnage se dévoile au fur et à mesure que se déroule la pellicule jusqu'à l'imprégner entièrement de sa personnalité.

Dans nos yeux, film après film, il se fait. Sa diction, sèche, saccadée et pratiquement atone résonne en dépit de son apparente monotonie et de son artifice de toutes les nuances possibles des émotions. Son geste clair et précis jusqu'à la maniaquerie (sa façon d'être, d'allumer une cigarette, de saisir un révolver) surprend pour la même raison. Mécanique, Léaud n'en reste pas moins vivant dans son jeu. Il y a là comme la cristalisation, l'essence des gestes quotidiens lorsque produits (illustrer-démontrer pourrions-nous également dire) par Jean-Pierre Léaud. Dans ce jeu de construction, son rire vient nous rappeler le point de départ de sa carrière, ses fameux 400 coups qu'il perpétra avec Truffaut. La fraîcheur de l'enfance est contenue dans ce rire, mais aussi son mystère auquel participe tant l'éphémère que l'insouciance. Jamais l'innocence.

Léaud sait qu'il joue un rôle, alors il ne cherche pas à tricher en nous donnant le change de la réalité filmée. En cela, il est authentique.

Mais le charme d'un Léaud ne provient psa que de son jeu spécifique, il prend aussi sa source dans le savoir de la vie. Il sait que la vie est décevante, que jamais il ne sera aimé comme il le désire, que le rythme de la vie ne s'accordera que rarement au sien. Il sait tout cela sanas pouvoir l'accepter et de là vient son charme et son romantisme. Chez Léaud apparaît toujours comme une adéquation entre le dedans et le dehors, entre le jeu et le réel, adéquation qui transcende alors l'un et l'autre, en une autre chose qu'il nous offre à l'écran.

Sommaire

  • Thierry Panchaud, Édito, p.3
  • Elisabeth Bonnaffons, "Leaud et Truffaut: rencontre du personnage de Doinel", p.5 in François Truffaut
  • Les 400 coups de François Truffaut. Extraits de Marc Chevrie in "Cahiers du cinéma", n°351, sept. 1983 et de Roger Vadim, in "L'Express", juin 1959, pp.6-7
  • L'amour à vingt ans de François Truffaut. Extraits de Pierre Billard in "Cinéma", n°69, sept-oct. 1962 et de François Truffaut, in "Le cinéma selon François Truffaut", propos recueillis par Anni Gillani, pp.8-9
  • Domicile conjugal de François Truffaut. Extraits de Michel Mardore in "Nouvel observateur", 14 sept. 1970 et de "Le cinéma par Jean de Baroncelli", in "Le monde", sept. 1970, pp.10-11
  • Les deux anglaises et le continent de François Truffaut. Extraits de Yvonne Baby in "Le monde", et de Paul de Dourka Medeveczky, à propos du film, pp.11-12
  • La nuit américaine de François Truffaut. Extrait de Elisabeth Bonnaffons in François Truffaut, p.13
  • L'amour en fuite de François Truffaut. Extraits de Jean Collet et de Jacques Siclier, in "Le monde", p.15
  • Programmation, pp.16-17
  • Les mauvaises fréquentations de Jean Eustache. "Des acteurs et leur travail", extrait de Barthélémy Amengual in "Études cinématographiques", pp.18-19
  • La maman et la putain de Jean Eustache. Extrait de Barthélémy Amengual in "Études cinématographiques", n° 153-155, pp.20-21
  • Masculin-féminin de Jean-Luc Godard. Extrait de Jean-Pierre Léaud in "Le Monde", p.22
  • La chinoise de Jean-Luc Godard. Extrait de Godard par Godard, p.23
  • Porcile de Pier Paolo Pasolini. Extrait d'un interview de Pier Paolo Pasolini par Yvonne Baby in "Le Monde", sept. 1969, p.25
  • Le départ de Jerzy Skolimowsky. Extrait de Marcel Martin in "Le Monde", 16 déc. 1967, p.26
  • Out One Spectre de Jacques Rivette. Extraits d'un interview de Jean-Pierre Léaud par Yvonne Baby in "Le Monde", et de Marc Chevrie in "Cahiers du cinéma", n°351, sept. 1983, p.27
  • Le dernier tango à Paris de Bernardo Bertolucci. Extrait d'un entretien avec E. Ungari et D. Rauvaud, in Bertolucci par Bertolucci p.28
  • Jean-Pierre Léaud: mime et médium, Marc Chevrie in "Cahiers du cinéma", n°351, sept. 1983, pp.29-30

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: Jean-Pierre Léaud: Acteur. Avril 1990 (2).

Pour citer un article de la Revue

Chevrie, Marc. (1990). Jean-Pierre Léaud: mime et médium, in "Cahiers du cinéma", n°351, sept. 1983. La Revue du Ciné-club universitaire: Jean-Pierre Léaud: Acteur., avril 1990 (2), 29-30.

Production

Ciné-club universitaire

cineclub(at)unige.ch

022 379 77 24

Array
(
    [0] => stdClass Object
        (
            [meta] => stdClass Object
                (
                    [id_group] => 12783
                    [nb] => 1
                    [group_name] => Jean-Pierre Léaud: acteur
                    [group_url] => jean-pierre-leaud-acteur
                    [group_sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, avril 1990
                    [gestionnaires] => Array
                        (
                            [0] => stdClass Object
                                (
                                    [id_personne] => 8514
                                    [nom] => Ciné-club universitaire
                                    [prenom] => 
                                    [email] => cineclub@unige.ch
                                    [tel] => 022 379 77 24
                                    [url] => 
                                    [id_gestion] => 5
                                    [libelle] => Production
                                    [privacy] => 0
                                )

                        )

                    [periode_span_debut] => 1990-04-01 00:00:00
                    [periode_span_fin] => 1990-04-01 00:00:00
                    [group_tags_matiere] => Array
                        (
                            [0] => cinéma
                        )

                    [key_flagship] => 0
                    [id_flagship] => 12783
                    [date] => stdClass Object
                        (
                            [periodes_effectives] => 1
                        )

                )

            [group] => Array
                (
                    [0] => stdClass Object
                        (
                            [error] => 
                            [id_prestation] => 12783
                            [id_originale] => 
                            [titre] => Jean-Pierre Léaud: acteur
                            [titre_url] => jean-pierre-leaud-acteur
                            [sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, avril 1990
                            [periode_span_debut] => 1990-04-01 00:00:00
                            [periode_span_fin] => 1990-04-01 00:00:00
                            [periode_nb] => 1
                            [periode_popularity_id] => 75382
                            [periode_popularity_percent] => 1
                            [periode_popularity] => 1990-04-01 00:00:00
                            [chapo] => 
                            [corps] => 

Édito: Jean-Pierre Léaud: Acteur réalisé

Le cinéma est aussi l'affaire des acteurs et non pas seulement celle des cinéastes. Ainsi n'est-il que justice de consacrer, pour une fois, un cycle à un acteur. Si nous avons choisi Jean-Pierre Léaud, c'est qu'il est un étrange personnage, un de ces acteurs qui, dans le visible du film se rend insaisissable. Il se situe entre ces 2 pôles que sont la personne réelle et le comédien. Il est un acteur dont le personnage se dévoile au fur et à mesure que se déroule la pellicule jusqu'à l'imprégner entièrement de sa personnalité.

Dans nos yeux, film après film, il se fait. Sa diction, sèche, saccadée et pratiquement atone résonne en dépit de son apparente monotonie et de son artifice de toutes les nuances possibles des émotions. Son geste clair et précis jusqu'à la maniaquerie (sa façon d'être, d'allumer une cigarette, de saisir un révolver) surprend pour la même raison. Mécanique, Léaud n'en reste pas moins vivant dans son jeu. Il y a là comme la cristalisation, l'essence des gestes quotidiens lorsque produits (illustrer-démontrer pourrions-nous également dire) par Jean-Pierre Léaud. Dans ce jeu de construction, son rire vient nous rappeler le point de départ de sa carrière, ses fameux 400 coups qu'il perpétra avec Truffaut. La fraîcheur de l'enfance est contenue dans ce rire, mais aussi son mystère auquel participe tant l'éphémère que l'insouciance. Jamais l'innocence.

Léaud sait qu'il joue un rôle, alors il ne cherche pas à tricher en nous donnant le change de la réalité filmée. En cela, il est authentique.

Mais le charme d'un Léaud ne provient psa que de son jeu spécifique, il prend aussi sa source dans le savoir de la vie. Il sait que la vie est décevante, que jamais il ne sera aimé comme il le désire, que le rythme de la vie ne s'accordera que rarement au sien. Il sait tout cela sanas pouvoir l'accepter et de là vient son charme et son romantisme. Chez Léaud apparaît toujours comme une adéquation entre le dedans et le dehors, entre le jeu et le réel, adéquation qui transcende alors l'un et l'autre, en une autre chose qu'il nous offre à l'écran.

Sommaire

  • Thierry Panchaud, Édito, p.3
  • Elisabeth Bonnaffons, "Leaud et Truffaut: rencontre du personnage de Doinel", p.5 in François Truffaut
  • Les 400 coups de François Truffaut. Extraits de Marc Chevrie in "Cahiers du cinéma", n°351, sept. 1983 et de Roger Vadim, in "L'Express", juin 1959, pp.6-7
  • L'amour à vingt ans de François Truffaut. Extraits de Pierre Billard in "Cinéma", n°69, sept-oct. 1962 et de François Truffaut, in "Le cinéma selon François Truffaut", propos recueillis par Anni Gillani, pp.8-9
  • Domicile conjugal de François Truffaut. Extraits de Michel Mardore in "Nouvel observateur", 14 sept. 1970 et de "Le cinéma par Jean de Baroncelli", in "Le monde", sept. 1970, pp.10-11
  • Les deux anglaises et le continent de François Truffaut. Extraits de Yvonne Baby in "Le monde", et de Paul de Dourka Medeveczky, à propos du film, pp.11-12
  • La nuit américaine de François Truffaut. Extrait de Elisabeth Bonnaffons in François Truffaut, p.13
  • L'amour en fuite de François Truffaut. Extraits de Jean Collet et de Jacques Siclier, in "Le monde", p.15
  • Programmation, pp.16-17
  • Les mauvaises fréquentations de Jean Eustache. "Des acteurs et leur travail", extrait de Barthélémy Amengual in "Études cinématographiques", pp.18-19
  • La maman et la putain de Jean Eustache. Extrait de Barthélémy Amengual in "Études cinématographiques", n° 153-155, pp.20-21
  • Masculin-féminin de Jean-Luc Godard. Extrait de Jean-Pierre Léaud in "Le Monde", p.22
  • La chinoise de Jean-Luc Godard. Extrait de Godard par Godard, p.23
  • Porcile de Pier Paolo Pasolini. Extrait d'un interview de Pier Paolo Pasolini par Yvonne Baby in "Le Monde", sept. 1969, p.25
  • Le départ de Jerzy Skolimowsky. Extrait de Marcel Martin in "Le Monde", 16 déc. 1967, p.26
  • Out One Spectre de Jacques Rivette. Extraits d'un interview de Jean-Pierre Léaud par Yvonne Baby in "Le Monde", et de Marc Chevrie in "Cahiers du cinéma", n°351, sept. 1983, p.27
  • Le dernier tango à Paris de Bernardo Bertolucci. Extrait d'un entretien avec E. Ungari et D. Rauvaud, in Bertolucci par Bertolucci p.28
  • Jean-Pierre Léaud: mime et médium, Marc Chevrie in "Cahiers du cinéma", n°351, sept. 1983, pp.29-30
[remarque] =>

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: Jean-Pierre Léaud: Acteur. Avril 1990 (2).

Pour citer un article de la Revue

Chevrie, Marc. (1990). Jean-Pierre Léaud: mime et médium, in "Cahiers du cinéma", n°351, sept. 1983. La Revue du Ciné-club universitaire: Jean-Pierre Léaud: Acteur., avril 1990 (2), 29-30.

[annule] => 0 [date_nb] => 1 [inscr_date_debut] => [inscr_date_fin] => [participant_min] => 0 [participant_max] => 0 [participant_cardinalite] => 1 [participant_current] => 0 [difficulte_rang] => [difficulte] => [tag_structure] => document [tag_matiere] => cinéma [dates] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_periode] => 75382 [date_debut] => 1990-04-01 00:00:00 [date_fin] => 1990-04-01 00:00:00 [id_periode_libelle] => [periode_ponderation] => [periode_libelle] => [lieu_id] => [lieu_libelle] => [lieu_rue] => [lieu_num] => [lieu_localite] => [lieu_npa] => [lieu_x] => [lieu_y] => [lieu_acces] => ) ) [gestionnaires] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) [prix] => Array ( ) [liens] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_lien] => 80 [position] => [libelle] => La Revue du Ciné-club universitaire: Jean-Pierre Léaud: Acteur. Avril 1990 [url] => //www.unige.ch/dife/index.php/download_file/10091/ [embed_status] => 0 [embed] => ) ) [class_of_managers] => Array ( [5] => stdClass Object ( [libelle] => Production [members] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) ) ) ) ) ) )