Revues du ciné-club

La nouvelle vague

1984_ccu_nouvelle_vague_thumb.png

La nouvelle vague

La Revue du Ciné-club universitaire, octobre 1984

En 1958, l'hebdomadaire – alors de gauche – L'Express publie une série d'articles de Françoise Giroud sur la "montée" d'une nouvelle génération de jeunes (étudiants, hommes d'affaires, etc.) censés incarner une France "moderne" et dont les idées politiques rejoindraient celles de Pierre Mendès-France. À cette occasion l'expression "Nouvelle Vague" est lancée.

Appliquée au cinéma cette formule perd aussitôt toute dimension socio-politique. Récusée par la plupart des cinéastes et des critiques pendant quatre ans, elle se voit adoptée finalement en 1962 par les Cahiers du Cinéma qui "lui" consacrent un numéro spécial. Mais au Marché du film de festival de Cannes 1959 le "label" "Nouvelle Vague" fait fortune. Pas un producteur français qui n'ait "son" cinéaste "Nouvelle vague". On en compte environ deux cents et leur liste étonnerait aujourd'hui où l'expression "Nouvelle vague" semble recouvrir un mouvement de six ou sept réalisateurs issus des Cahiers (Truffaut, Rohmer, Rivette, Godard, Chabrol auxquels s'ajoutent parfois Kast et Doniol-Valcroze, plus rarement Malle, Pollet, Rozier, Moullet, mais jamais Resnais, Varda, Marker, Hanoun, Franju comme à l'époque, sans parler de Vadim, Marcel Camus, Astruc ou Claude-Bernard Aubert!).

En mars 1959, l'historien Georges Sadoul – qui dirige également les pages cinéma des Lettres françaises, l'hebdomadaire d'Aragon – lance une enquête et un questionnaire pour tenter de définir ce mouvement qu'il voit naître. Dans sa présentation (5 mars 1959), il parle d'"avant-garde", puis propose la dénomination "Nouvelle Ecole de Paris" pour ce cinéma qui lui paraît substituer aux défunts "réalisme poétique" et "néo-réalisme": un "néo-romantisme".

Cet essai de classification "à chaud" ne fera cependant pas florès. Tous les intéressés récusent le terme "d'école" et la plupart celui de "néo-romantisme". Dans sa conclusion (9 avril 1959), Sadoul fait retraite et par la suite usera l'expression "Génération 60" car il lui paraît indéniable qu'"il s'est passé quelque chose" entre 1950 et 1960 dans le cinéma français. Mais quoi? C'est ce qu'il conviendrait d'établir.

Sommaire

  • Fr. A., Qu'est-ce que la "Nouvelle vague"?, pp.3-10
  • Programmation, pp.6-7

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: La nouvelle vague. Octobre 1984 (3).

Production

Ciné-club universitaire

cineclub(at)unige.ch

022 379 77 24

Array
(
    [0] => stdClass Object
        (
            [meta] => stdClass Object
                (
                    [id_group] => 13152
                    [nb] => 1
                    [group_name] => La nouvelle vague
                    [group_url] => la-nouvelle-vague
                    [group_sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, octobre 1984
                    [gestionnaires] => Array
                        (
                            [0] => stdClass Object
                                (
                                    [id_personne] => 8514
                                    [nom] => Ciné-club universitaire
                                    [prenom] => 
                                    [email] => cineclub@unige.ch
                                    [tel] => 022 379 77 24
                                    [url] => 
                                    [id_gestion] => 5
                                    [libelle] => Production
                                    [privacy] => 0
                                )

                        )

                    [periode_span_debut] => 1984-10-01 00:00:00
                    [periode_span_fin] => 1984-10-01 00:00:00
                    [group_tags_matiere] => Array
                        (
                            [0] => cinéma
                        )

                    [key_flagship] => 0
                    [id_flagship] => 13152
                    [date] => stdClass Object
                        (
                            [periodes_effectives] => 1
                        )

                )

            [group] => Array
                (
                    [0] => stdClass Object
                        (
                            [error] => 
                            [id_prestation] => 13152
                            [id_originale] => 
                            [titre] => La nouvelle vague
                            [titre_url] => la-nouvelle-vague
                            [sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, octobre 1984
                            [periode_span_debut] => 1984-10-01 00:00:00
                            [periode_span_fin] => 1984-10-01 00:00:00
                            [periode_nb] => 1
                            [periode_popularity_id] => 76756
                            [periode_popularity_percent] => 1
                            [periode_popularity] => 1984-10-01 00:00:00
                            [chapo] => 
                            [corps] => 

En 1958, l'hebdomadaire – alors de gauche – L'Express publie une série d'articles de Françoise Giroud sur la "montée" d'une nouvelle génération de jeunes (étudiants, hommes d'affaires, etc.) censés incarner une France "moderne" et dont les idées politiques rejoindraient celles de Pierre Mendès-France. À cette occasion l'expression "Nouvelle Vague" est lancée.

Appliquée au cinéma cette formule perd aussitôt toute dimension socio-politique. Récusée par la plupart des cinéastes et des critiques pendant quatre ans, elle se voit adoptée finalement en 1962 par les Cahiers du Cinéma qui "lui" consacrent un numéro spécial. Mais au Marché du film de festival de Cannes 1959 le "label" "Nouvelle Vague" fait fortune. Pas un producteur français qui n'ait "son" cinéaste "Nouvelle vague". On en compte environ deux cents et leur liste étonnerait aujourd'hui où l'expression "Nouvelle vague" semble recouvrir un mouvement de six ou sept réalisateurs issus des Cahiers (Truffaut, Rohmer, Rivette, Godard, Chabrol auxquels s'ajoutent parfois Kast et Doniol-Valcroze, plus rarement Malle, Pollet, Rozier, Moullet, mais jamais Resnais, Varda, Marker, Hanoun, Franju comme à l'époque, sans parler de Vadim, Marcel Camus, Astruc ou Claude-Bernard Aubert!).

En mars 1959, l'historien Georges Sadoul – qui dirige également les pages cinéma des Lettres françaises, l'hebdomadaire d'Aragon – lance une enquête et un questionnaire pour tenter de définir ce mouvement qu'il voit naître. Dans sa présentation (5 mars 1959), il parle d'"avant-garde", puis propose la dénomination "Nouvelle Ecole de Paris" pour ce cinéma qui lui paraît substituer aux défunts "réalisme poétique" et "néo-réalisme": un "néo-romantisme".

Cet essai de classification "à chaud" ne fera cependant pas florès. Tous les intéressés récusent le terme "d'école" et la plupart celui de "néo-romantisme". Dans sa conclusion (9 avril 1959), Sadoul fait retraite et par la suite usera l'expression "Génération 60" car il lui paraît indéniable qu'"il s'est passé quelque chose" entre 1950 et 1960 dans le cinéma français. Mais quoi? C'est ce qu'il conviendrait d'établir.

Sommaire

  • Fr. A., Qu'est-ce que la "Nouvelle vague"?, pp.3-10
  • Programmation, pp.6-7
[remarque] =>

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: La nouvelle vague. Octobre 1984 (3).

[annule] => 0 [date_nb] => 1 [inscr_date_debut] => [inscr_date_fin] => [participant_min] => 0 [participant_max] => 0 [participant_cardinalite] => 1 [participant_current] => 0 [difficulte_rang] => [difficulte] => [tag_structure] => document [tag_matiere] => cinéma [dates] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_periode] => 76756 [date_debut] => 1984-10-01 00:00:00 [date_fin] => 1984-10-01 00:00:00 [id_periode_libelle] => [periode_ponderation] => [periode_libelle] => [lieu_id] => [lieu_libelle] => [lieu_rue] => [lieu_num] => [lieu_localite] => [lieu_npa] => [lieu_x] => [lieu_y] => [lieu_acces] => ) ) [gestionnaires] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) [prix] => Array ( ) [liens] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_lien] => 102 [position] => [libelle] => La Revue du Ciné-club universitaire: La nouvelle vague. Octobre 1984 [url] => //www.unige.ch/dife/index.php/download_file/10078/ [embed_status] => 0 [embed] => ) ) [class_of_managers] => Array ( [5] => stdClass Object ( [libelle] => Production [members] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) ) ) ) ) ) )