Revues du ciné-club

LOCO motion

the_general_055_20120518_1989179535.jpg

LOCO motion

La Revue du Ciné-club universitaire, octobre 2012

Édito

«Dites-moi comment vous allez, je vous dirai qui vous êtes!»

L’histoire du cinéma a commencé en train ou presque, avec la fameuse «Arrivée d’un train en gare de La Ciotat» immortalisée en 1897 par les Frères Lumière. Cette vue inaugure le lien étroit qui unit dès les origines le cinéma et les moyens de transport, comme un clin d’oeil de l’invention qui capture le mouvement vers une machine qui l’accélère. Mais ce n’était là que le début du voyage: la vitesse et la mobilité étant des caractéristiques emblématiques de la modernité, le cinéma n’aura de cesse de les mettre en scène.

Ce cycle vous propose dès lors d’explorer le vaste territoire des relations entre la locomotion et le cinéma dans toute sa richesse et sa variété. Pour faire un choix dans tous ces itinéraires possibles, nous avons emprunté deux grands axes qui se sont imposés d’eux-mêmes. Si les moyens de transport peuvent libérer l’homme de certaines contraintes de l’espace, en lui permettant d’accomplir des périples au long cours, de découvrir les terres inconnues, d’aller à la rencontre de l’autre, ou encore de lui permettre de dépasser ses limites, ils peuvent aussi constituer une menace: celle de s’égarer dans le vaste monde, mais aussi, de perdre son identité, voire son intégrité.

Bien souvent, les moyens de transport ne se contentent pas de modifier ou d’altérer l’espace urbain ou naturel: ils modifient aussi la personne qui les emprunte, puisque tout voyage dans le monde est aussi un voyage intérieur. Un film qui propose un déplacement dans l’espace provoque presque immanquablement un déplacement de sens, tant il est vrai que l’émotion est d’abord un mouvement, comme le révèle la formule godardienne «motion is emotion». «Loco motion»: ce voyage peut parfois mener jusqu’à la folie.

À l’heure où la planète rétrécit de jour en jour, où la mobilité humaine implique des enjeux de société tant au niveau écologique que politique, où la «guerre des transports» fait rage dans nos cités, mais où les moyens de nous déplacer nous offrent aussi des opportunités fantastiques, il nous paraissait essentiel de questionner la problématique de la mobilité humaine à l’aune du regard cinématographique. L’occasion peut-être d’un arrêt sur image pour repenser le mouvement.

Bienvenue à bord et bon voyage!

Sommaire

  • Charlotte Rey et Frédéric Favre, Édito, p.1
  • Julien Dumoulin, La machine dévorante, pp.2-8
  • Andréas-Benjamin Seyfert, Rail movie, pp.9-12
  • Nathalie Gregoletto, Sur les rails de La Roue: Pour une nouvelle appréciation de l’oeuvre, pp.13-18
  • Claude Marthaler, El Viaje: Voyage, voie sans âge, pp.19-23
  • Frédéric Favre, De la prison à l’horizon, pp.24-27
  • Charlotte Rey, Effort, plaisir et mécanique, pp.28-33
  • Léonore Hess, L’homme au volant, pp.34-39

La revue au format papier

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi (LOCO motion – Octobre 2012) et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro «LOCO motion», octobre 2012 de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: LOCO motion. Octobre 2012 (3).

Pour citer un article de la Revue

Hess, Léonore. (2012). L’homme au volant. La Revue du Ciné-club universitaire: LOCO motion., octobre 2012 (3), 34-39

Production

Ciné-club universitaire

cineclub(at)unige.ch

022 379 77 24

Array
(
    [0] => stdClass Object
        (
            [meta] => stdClass Object
                (
                    [id_group] => 12292
                    [nb] => 1
                    [group_name] => LOCO motion
                    [group_url] => loco-motion
                    [group_sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, octobre 2012
                    [gestionnaires] => Array
                        (
                            [0] => stdClass Object
                                (
                                    [id_personne] => 8514
                                    [nom] => Ciné-club universitaire
                                    [prenom] => 
                                    [email] => cineclub@unige.ch
                                    [tel] => 022 379 77 24
                                    [url] => 
                                    [id_gestion] => 5
                                    [libelle] => Production
                                    [privacy] => 0
                                )

                        )

                    [periode_span_debut] => 2012-10-01 00:00:00
                    [periode_span_fin] => 2012-10-01 00:00:00
                    [group_tags_matiere] => Array
                        (
                            [0] => cinéma
                        )

                    [key_flagship] => 0
                    [id_flagship] => 12292
                    [date] => stdClass Object
                        (
                            [periodes_effectives] => 1
                        )

                )

            [group] => Array
                (
                    [0] => stdClass Object
                        (
                            [error] => 
                            [id_prestation] => 12292
                            [id_originale] => 
                            [titre] => LOCO motion
                            [titre_url] => loco-motion
                            [sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, octobre 2012
                            [periode_span_debut] => 2012-10-01 00:00:00
                            [periode_span_fin] => 2012-10-01 00:00:00
                            [periode_nb] => 1
                            [periode_popularity_id] => 71883
                            [periode_popularity_percent] => 1
                            [periode_popularity] => 2012-10-01 00:00:00
                            [chapo] => 
                            [corps] => 

Édito

«Dites-moi comment vous allez, je vous dirai qui vous êtes!»

L’histoire du cinéma a commencé en train ou presque, avec la fameuse «Arrivée d’un train en gare de La Ciotat» immortalisée en 1897 par les Frères Lumière. Cette vue inaugure le lien étroit qui unit dès les origines le cinéma et les moyens de transport, comme un clin d’oeil de l’invention qui capture le mouvement vers une machine qui l’accélère. Mais ce n’était là que le début du voyage: la vitesse et la mobilité étant des caractéristiques emblématiques de la modernité, le cinéma n’aura de cesse de les mettre en scène.

Ce cycle vous propose dès lors d’explorer le vaste territoire des relations entre la locomotion et le cinéma dans toute sa richesse et sa variété. Pour faire un choix dans tous ces itinéraires possibles, nous avons emprunté deux grands axes qui se sont imposés d’eux-mêmes. Si les moyens de transport peuvent libérer l’homme de certaines contraintes de l’espace, en lui permettant d’accomplir des périples au long cours, de découvrir les terres inconnues, d’aller à la rencontre de l’autre, ou encore de lui permettre de dépasser ses limites, ils peuvent aussi constituer une menace: celle de s’égarer dans le vaste monde, mais aussi, de perdre son identité, voire son intégrité.

Bien souvent, les moyens de transport ne se contentent pas de modifier ou d’altérer l’espace urbain ou naturel: ils modifient aussi la personne qui les emprunte, puisque tout voyage dans le monde est aussi un voyage intérieur. Un film qui propose un déplacement dans l’espace provoque presque immanquablement un déplacement de sens, tant il est vrai que l’émotion est d’abord un mouvement, comme le révèle la formule godardienne «motion is emotion». «Loco motion»: ce voyage peut parfois mener jusqu’à la folie.

À l’heure où la planète rétrécit de jour en jour, où la mobilité humaine implique des enjeux de société tant au niveau écologique que politique, où la «guerre des transports» fait rage dans nos cités, mais où les moyens de nous déplacer nous offrent aussi des opportunités fantastiques, il nous paraissait essentiel de questionner la problématique de la mobilité humaine à l’aune du regard cinématographique. L’occasion peut-être d’un arrêt sur image pour repenser le mouvement.

Bienvenue à bord et bon voyage!

Sommaire

  • Charlotte Rey et Frédéric Favre, Édito, p.1
  • Julien Dumoulin, La machine dévorante, pp.2-8
  • Andréas-Benjamin Seyfert, Rail movie, pp.9-12
  • Nathalie Gregoletto, Sur les rails de La Roue: Pour une nouvelle appréciation de l’oeuvre, pp.13-18
  • Claude Marthaler, El Viaje: Voyage, voie sans âge, pp.19-23
  • Frédéric Favre, De la prison à l’horizon, pp.24-27
  • Charlotte Rey, Effort, plaisir et mécanique, pp.28-33
  • Léonore Hess, L’homme au volant, pp.34-39
[remarque] =>

La revue au format papier

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi (LOCO motion – Octobre 2012) et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro «LOCO motion», octobre 2012 de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: LOCO motion. Octobre 2012 (3).

Pour citer un article de la Revue

Hess, Léonore. (2012). L’homme au volant. La Revue du Ciné-club universitaire: LOCO motion., octobre 2012 (3), 34-39

[annule] => 0 [date_nb] => 1 [inscr_date_debut] => [inscr_date_fin] => [participant_min] => 0 [participant_max] => 0 [participant_cardinalite] => 1 [participant_current] => 0 [difficulte_rang] => [difficulte] => [tag_structure] => document [tag_matiere] => cinéma [dates] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_periode] => 71883 [date_debut] => 2012-10-01 00:00:00 [date_fin] => 2012-10-01 00:00:00 [id_periode_libelle] => [periode_ponderation] => [periode_libelle] => [lieu_id] => [lieu_libelle] => [lieu_rue] => [lieu_num] => [lieu_localite] => [lieu_npa] => [lieu_x] => [lieu_y] => [lieu_acces] => ) ) [gestionnaires] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) [prix] => Array ( ) [liens] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_lien] => 47 [position] => [libelle] => La Revue du Ciné-club universitaire: LOCO motion. Octobre 2012 [url] => //www.unige.ch/dife/index.php/download_file/10112/ [embed_status] => 0 [embed] => ) ) [class_of_managers] => Array ( [5] => stdClass Object ( [libelle] => Production [members] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) ) ) ) ) ) )