Revues du ciné-club

Du muet à Maddin

2014_ccu_maddin_portrait_592x200_v01.jpg

Du muet à Maddin

La Revue du Ciné-club universitaire, octobre 2014

Édito

On oublie souvent qu’il n’y a pas une seule histoire du cinéma, mais deux. En effet, avec l’arrivée du cinéma sonore à la fin des années 1920, c’est une deuxième histoire qui commence et qui continue encore. Mais avant cette histoire, il y en a eu une autre, celle du cinéma muet. C’est lui qui a posé les fondements de la forme filmique, et son héritage reste lourd, même à notre insu. En même temps, il y a tout un langage propre au muet qui s’est perdu de façon irréparable, trop subtil ou trop brutal pour être admis dans l’histoire bavarde qui s’ouvre avec le sonore.

Il appartient aux grands artistes de se pencher sur des langages oubliés pour renouveler les formes esthétiques. Parmi les réalisateurs d’aujourd’hui, c’est sans doute le Canadien Guy Maddin qui a su le mieux puiser dans le cinéma muet pour recréer sa chair avec de nouvelles âmes. Son oeuvre prend comme référence explicite cette première histoire silencieuse du cinéma, et lui octroie une nouvelle actualité en la récrivant d’une façon radicalement moderne.

Il fallait bien sûr que le Ciné-club universitaire rende hommage au cinéma muet, car un de ses buts est de donner une nouvelle vie aux chefs-d’oeuvre du passé. Il fallait aussi rendre hommage à Guy Maddin, car le Ciné-club veut être un refuge et une plateforme de visibilité pour les grands auteurs contemporains. Et quel meilleur guide pour le muet que Maddin? Quelle meilleur invitation au cinéma de Maddin que les films qu’il aime, du muet au sonore? C’est pour cela que, pour ce cycle, nous avons demandé à Guy Maddin quels sont ses films favoris, ceux qui l’ont influencé, ceux qui le hantent, en donnant une place essentielle aux films muets. Nous avons fait un choix de six de ces films pour les confronter avec sept grands films et quelques-uns des meilleurs courtsmétrages de Maddin lui-même.

Nous vous proposons donc douze séances de spiritisme cinématographique, où l’on aura la chance de convoquer deux classiques incontournables: Foolish Wives et The Wind. Nous vous présenterons aussi deux films avec Lon Chaney, l’un des acteurs emblématiques du cinéma muet. Les personnages tragiques qu’il incarnait alors réapparaissent sous de nouveaux visages dans les films de Maddin, spécialement dans The Saddest Music in the World et Archangel. Le mélodrame, qui a eu une influence décisive sur le réalisateur canadien et en particulier sur Careful, est ici représenté par le grand film de Douglas Sirk, Imitation of Life. Bring me the Head of Alfredo Garcia, de Sam Peckinpah, nous ouvrira de nouvelles perspectives sur le côté obscur du cinéma de Maddin, tandis que le film peu connu Mad Love, de Karl Freund, avec un inoubliable Peter Lorre, est une source directe d’inspiration pour Cowards Bend the Knee.

Nous espérons vivement que ces douze séances permettront d’établir un dialogue intense entre quelques films phare de l’histoire du cinéma et l’immense oeuvre encore en cours de ce grand médium qui s’appelle Guy Maddin.

Sommaire

  • Marcos Mariño, Édito, p.1
  • Marcos Mariño, Guy Maddin: pastiche, parodie, nostalgie, p.3-9
  • Ana Luisa Castillo, Maddin: entre fantômes, souvenirs et histoire du cinéma, pp.11-16
  • Margaux Terradas, Le stéréotype féminin et le cinéma muet, pp.17-21
  • Julien Dumoulin, Maddin et l’influence symboliste, pp.23-27

La revue au format papier

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi (Du muet à Maddin – Octobre 2014) et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro «Du muet à Maddin», octobre 2014 de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: Du muet à Maddin. Octobre 2014 (3).

Pour citer un article de la Revue

Castillo, Ana Luisa. (2014). Maddin: entre fantômes, souvenirs et histoire du cinéma. La Revue du Ciné-club universitaire: Du muet à Maddin., octobre 2014 (3), 11-16

Production

Ciné-club universitaire

cineclub(at)unige.ch

022 379 77 24

Array
(
    [0] => stdClass Object
        (
            [meta] => stdClass Object
                (
                    [id_group] => 12271
                    [nb] => 1
                    [group_name] => Du muet à Maddin
                    [group_url] => maddin
                    [group_sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, octobre 2014
                    [gestionnaires] => Array
                        (
                            [0] => stdClass Object
                                (
                                    [id_personne] => 8514
                                    [nom] => Ciné-club universitaire
                                    [prenom] => 
                                    [email] => cineclub@unige.ch
                                    [tel] => 022 379 77 24
                                    [url] => 
                                    [id_gestion] => 5
                                    [libelle] => Production
                                    [privacy] => 0
                                )

                        )

                    [periode_span_debut] => 2014-10-01 00:00:00
                    [periode_span_fin] => 2014-10-01 00:00:00
                    [group_tags_matiere] => Array
                        (
                            [0] => cinéma
                        )

                    [key_flagship] => 0
                    [id_flagship] => 12271
                    [date] => stdClass Object
                        (
                            [periodes_effectives] => 1
                        )

                )

            [group] => Array
                (
                    [0] => stdClass Object
                        (
                            [error] => 
                            [id_prestation] => 12271
                            [id_originale] => 
                            [titre] => Du muet à Maddin
                            [titre_url] => maddin
                            [sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, octobre 2014
                            [periode_span_debut] => 2014-10-01 00:00:00
                            [periode_span_fin] => 2014-10-01 00:00:00
                            [periode_nb] => 1
                            [periode_popularity_id] => 71877
                            [periode_popularity_percent] => 1
                            [periode_popularity] => 2014-10-01 00:00:00
                            [chapo] => 
                            [corps] => 

Édito

On oublie souvent qu’il n’y a pas une seule histoire du cinéma, mais deux. En effet, avec l’arrivée du cinéma sonore à la fin des années 1920, c’est une deuxième histoire qui commence et qui continue encore. Mais avant cette histoire, il y en a eu une autre, celle du cinéma muet. C’est lui qui a posé les fondements de la forme filmique, et son héritage reste lourd, même à notre insu. En même temps, il y a tout un langage propre au muet qui s’est perdu de façon irréparable, trop subtil ou trop brutal pour être admis dans l’histoire bavarde qui s’ouvre avec le sonore.

Il appartient aux grands artistes de se pencher sur des langages oubliés pour renouveler les formes esthétiques. Parmi les réalisateurs d’aujourd’hui, c’est sans doute le Canadien Guy Maddin qui a su le mieux puiser dans le cinéma muet pour recréer sa chair avec de nouvelles âmes. Son oeuvre prend comme référence explicite cette première histoire silencieuse du cinéma, et lui octroie une nouvelle actualité en la récrivant d’une façon radicalement moderne.

Il fallait bien sûr que le Ciné-club universitaire rende hommage au cinéma muet, car un de ses buts est de donner une nouvelle vie aux chefs-d’oeuvre du passé. Il fallait aussi rendre hommage à Guy Maddin, car le Ciné-club veut être un refuge et une plateforme de visibilité pour les grands auteurs contemporains. Et quel meilleur guide pour le muet que Maddin? Quelle meilleur invitation au cinéma de Maddin que les films qu’il aime, du muet au sonore? C’est pour cela que, pour ce cycle, nous avons demandé à Guy Maddin quels sont ses films favoris, ceux qui l’ont influencé, ceux qui le hantent, en donnant une place essentielle aux films muets. Nous avons fait un choix de six de ces films pour les confronter avec sept grands films et quelques-uns des meilleurs courtsmétrages de Maddin lui-même.

Nous vous proposons donc douze séances de spiritisme cinématographique, où l’on aura la chance de convoquer deux classiques incontournables: Foolish Wives et The Wind. Nous vous présenterons aussi deux films avec Lon Chaney, l’un des acteurs emblématiques du cinéma muet. Les personnages tragiques qu’il incarnait alors réapparaissent sous de nouveaux visages dans les films de Maddin, spécialement dans The Saddest Music in the World et Archangel. Le mélodrame, qui a eu une influence décisive sur le réalisateur canadien et en particulier sur Careful, est ici représenté par le grand film de Douglas Sirk, Imitation of Life. Bring me the Head of Alfredo Garcia, de Sam Peckinpah, nous ouvrira de nouvelles perspectives sur le côté obscur du cinéma de Maddin, tandis que le film peu connu Mad Love, de Karl Freund, avec un inoubliable Peter Lorre, est une source directe d’inspiration pour Cowards Bend the Knee.

Nous espérons vivement que ces douze séances permettront d’établir un dialogue intense entre quelques films phare de l’histoire du cinéma et l’immense oeuvre encore en cours de ce grand médium qui s’appelle Guy Maddin.

Sommaire

  • Marcos Mariño, Édito, p.1
  • Marcos Mariño, Guy Maddin: pastiche, parodie, nostalgie, p.3-9
  • Ana Luisa Castillo, Maddin: entre fantômes, souvenirs et histoire du cinéma, pp.11-16
  • Margaux Terradas, Le stéréotype féminin et le cinéma muet, pp.17-21
  • Julien Dumoulin, Maddin et l’influence symboliste, pp.23-27
[remarque] =>

La revue au format papier

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi (Du muet à Maddin – Octobre 2014) et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro «Du muet à Maddin», octobre 2014 de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: Du muet à Maddin. Octobre 2014 (3).

Pour citer un article de la Revue

Castillo, Ana Luisa. (2014). Maddin: entre fantômes, souvenirs et histoire du cinéma. La Revue du Ciné-club universitaire: Du muet à Maddin., octobre 2014 (3), 11-16

[annule] => 0 [date_nb] => 1 [inscr_date_debut] => [inscr_date_fin] => [participant_min] => 0 [participant_max] => 0 [participant_cardinalite] => 1 [id_regle] => [participant_current] => 0 [difficulte_rang] => [difficulte] => [tag_structure] => document [tag_matiere] => cinéma [dates] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_periode] => 71877 [date_debut] => 2014-10-01 00:00:00 [date_fin] => 2014-10-01 00:00:00 [id_periode_libelle] => [periode_ponderation] => [periode_libelle] => [lieu_id] => [lieu_libelle] => [lieu_rue] => [lieu_num] => [lieu_localite] => [lieu_npa] => [lieu_x] => [lieu_y] => [lieu_acces] => ) ) [gestionnaires] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) [prix] => Array ( ) [liens] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_lien] => 41 [position] => [libelle] => La Revue du Ciné-club universitaire: Du muet à Maddin. Octobre 2014 [url] => //www.unige.ch/dife/index.php/download_file/10117/ [embed_status] => 0 [embed] => ) ) [class_of_managers] => Array ( [5] => stdClass Object ( [libelle] => Production [members] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) ) ) ) ) ) )