Revues du ciné-club

Rainer Werner Fassbinder

2007_ccu_rainer_werner_fassbinder_thumb.png

Rainer Werner Fassbinder

La Revue du Ciné-club universitaire, janvier 2007

Édito

Rainer Werner Fassbinder occupe une place unique dans l'histoire du cinéma d'après-guerre. Du premier long métrage, L'Amour est plus froid que la mort (1969) au dernier, Querelle (1982), son œuvre constitue une mémoire saisissante de cette décennie.

Fassbinder a été un bourreau de travail. Il nous a laissé pas moins de quarante films, des mises en scène de théâtre, des écrits. Chaque heure, chaque jour, il lui fallait écrire, filmer, diriger des acteurs, capturer l'histoire, la politique, la réalité quotidienne, jusqu'à l'épuisement précoce de la vie. «Pour moi, c'était le plus souvent très important de faire les choses tout de suite, sans réfléchir à ce que je pouvais y perdre, sans prétendre à l'éternité» disait-il.

Son œuvre et sa vie se déroulèrent sous le signe du groupe, de la troupe. D'abord de théâtre (l'antitheater de 1968), la troupe de Fassbinder s'élargira et pratiquera l'interchangeabilité des fonctions (montage, musique, chant, scripte, …). Certains de ses membres les plus marquants sont présentés en p. 14.

Cinéaste impur, il mêla les conventions de l'opéra et le roman-photo, l'imitation d'Hollywood et le pamphlet politique. Admirateur de Douglas Sirk, il rêva de cinéma hollywoodien allemand. Comme les cinéastes de la nouvelle vague française, il savait alterner films expérimentaux (L’Année des treize lunes) et gros budgets classiques (Le Mariage de Maria Braun).

L'œuvre est considérable, et permet surtout aujourd'hui, au-delà de l'invention formelle et de l'originalité des sujets, de comprendre ce que fut le retour et l'installation de la démocratie en Allemagne.

Sommaire

  • Antoine Mathys, Édito, p.1
  • Paula Borer, Personnages types chez Fassbinder, pp.3-4
  • Antoine Mathys, L'Histoire avec une grande et une petite hache, p.5
  • Charlotte Rey, Quelques ingrédients des recettes de Fassbinder, p.7
  • Marco Sabbatini et Vania Jaikin, Le Droit du plus fort (Faustrecht der Freiheit), pp.11-12
  • Paula Borer et Charlotte Rey, Les actrices et acteurs de Fassbinder, pp.14-15

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: Rainer Werner Fassbinder. Janvier 2007 (1).

Pour citer un article de la Revue

Rey, Charlotte . (2007). Quelques ingrédients des recettes de Fassbinder. La Revue du Ciné-club universitaire: Rainer Werner Fassbinder., janvier 2007 (1), 7

Production

Ciné-club universitaire

cineclub(at)unige.ch

022 379 77 24

Array
(
    [0] => stdClass Object
        (
            [meta] => stdClass Object
                (
                    [id_group] => 12351
                    [nb] => 1
                    [group_name] => Rainer Werner Fassbinder
                    [group_url] => rainer-werner-fassbinder
                    [group_sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, janvier 2007
                    [gestionnaires] => Array
                        (
                            [0] => stdClass Object
                                (
                                    [id_personne] => 8514
                                    [nom] => Ciné-club universitaire
                                    [prenom] => 
                                    [email] => cineclub@unige.ch
                                    [tel] => 022 379 77 24
                                    [url] => 
                                    [id_gestion] => 5
                                    [libelle] => Production
                                    [privacy] => 0
                                )

                        )

                    [periode_span_debut] => 2007-01-01 00:00:00
                    [periode_span_fin] => 2007-01-01 00:00:00
                    [group_tags_matiere] => Array
                        (
                            [0] => cinéma
                        )

                    [key_flagship] => 0
                    [id_flagship] => 12351
                    [date] => stdClass Object
                        (
                            [periodes_effectives] => 1
                        )

                )

            [group] => Array
                (
                    [0] => stdClass Object
                        (
                            [error] => 
                            [id_prestation] => 12351
                            [id_originale] => 
                            [titre] => Rainer Werner Fassbinder
                            [titre_url] => rainer-werner-fassbinder
                            [sous_titre] => La Revue du Ciné-club universitaire, janvier 2007
                            [periode_span_debut] => 2007-01-01 00:00:00
                            [periode_span_fin] => 2007-01-01 00:00:00
                            [periode_nb] => 1
                            [periode_popularity_id] => 71902
                            [periode_popularity_percent] => 1
                            [periode_popularity] => 2007-01-01 00:00:00
                            [chapo] => 
                            [corps] => 

Édito

Rainer Werner Fassbinder occupe une place unique dans l'histoire du cinéma d'après-guerre. Du premier long métrage, L'Amour est plus froid que la mort (1969) au dernier, Querelle (1982), son œuvre constitue une mémoire saisissante de cette décennie.

Fassbinder a été un bourreau de travail. Il nous a laissé pas moins de quarante films, des mises en scène de théâtre, des écrits. Chaque heure, chaque jour, il lui fallait écrire, filmer, diriger des acteurs, capturer l'histoire, la politique, la réalité quotidienne, jusqu'à l'épuisement précoce de la vie. «Pour moi, c'était le plus souvent très important de faire les choses tout de suite, sans réfléchir à ce que je pouvais y perdre, sans prétendre à l'éternité» disait-il.

Son œuvre et sa vie se déroulèrent sous le signe du groupe, de la troupe. D'abord de théâtre (l'antitheater de 1968), la troupe de Fassbinder s'élargira et pratiquera l'interchangeabilité des fonctions (montage, musique, chant, scripte, …). Certains de ses membres les plus marquants sont présentés en p. 14.

Cinéaste impur, il mêla les conventions de l'opéra et le roman-photo, l'imitation d'Hollywood et le pamphlet politique. Admirateur de Douglas Sirk, il rêva de cinéma hollywoodien allemand. Comme les cinéastes de la nouvelle vague française, il savait alterner films expérimentaux (L’Année des treize lunes) et gros budgets classiques (Le Mariage de Maria Braun).

L'œuvre est considérable, et permet surtout aujourd'hui, au-delà de l'invention formelle et de l'originalité des sujets, de comprendre ce que fut le retour et l'installation de la démocratie en Allemagne.

Sommaire

  • Antoine Mathys, Édito, p.1
  • Paula Borer, Personnages types chez Fassbinder, pp.3-4
  • Antoine Mathys, L'Histoire avec une grande et une petite hache, p.5
  • Charlotte Rey, Quelques ingrédients des recettes de Fassbinder, p.7
  • Marco Sabbatini et Vania Jaikin, Le Droit du plus fort (Faustrecht der Freiheit), pp.11-12
  • Paula Borer et Charlotte Rey, Les actrices et acteurs de Fassbinder, pp.14-15
[remarque] =>

Pour recevoir, gratuitement et par courrier postal, un exemplaire de la Revue, merci d'écrire à cineclub(at)unige.ch en précisant le numéro choisi et l'adresse postale de livraison.

La revue au format numérique

Pour télécharger ce numéro de la Revue, suivre ce lien.

Pour citer la Revue

La Revue du Ciné-club universitaire: Rainer Werner Fassbinder. Janvier 2007 (1).

Pour citer un article de la Revue

Rey, Charlotte . (2007). Quelques ingrédients des recettes de Fassbinder. La Revue du Ciné-club universitaire: Rainer Werner Fassbinder., janvier 2007 (1), 7

[annule] => 0 [date_nb] => 1 [inscr_date_debut] => [inscr_date_fin] => [participant_min] => 0 [participant_max] => 0 [participant_cardinalite] => 1 [participant_current] => 0 [difficulte_rang] => [difficulte] => [tag_structure] => document [tag_matiere] => cinéma [dates] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_periode] => 71902 [date_debut] => 2007-01-01 00:00:00 [date_fin] => 2007-01-01 00:00:00 [id_periode_libelle] => [periode_ponderation] => [periode_libelle] => [lieu_id] => [lieu_libelle] => [lieu_rue] => [lieu_num] => [lieu_localite] => [lieu_npa] => [lieu_x] => [lieu_y] => [lieu_acces] => ) ) [gestionnaires] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) [prix] => Array ( ) [liens] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_lien] => 60 [position] => [libelle] => La Revue du Ciné-club universitaire: Rainer Werner Fassbinder. Janvier 2007 [url] => //www.unige.ch/dife/index.php/download_file/10103/ [embed_status] => 0 [embed] => ) ) [class_of_managers] => Array ( [5] => stdClass Object ( [libelle] => Production [members] => Array ( [0] => stdClass Object ( [id_personne] => 8514 [nom] => Ciné-club universitaire [prenom] => [email] => cineclub@unige.ch [tel] => 022 379 77 24 [url] => [id_gestion] => 5 [libelle] => Production [privacy] => 0 ) ) ) ) ) ) ) )