Le point sur la réforme de Bologne

Où en est la réforme de Bologne?

On a beaucoup entendu parler de cette réforme à l’époque de son implantation. La structure bachelor-master-doctorat et les ECTS font maintenant partie intégrante de notre paysage académique.

Faut-il pour autant conclure que le processus de Bologne est derrière nous?

Connaissez-vous bien les principes de la réforme de Bologne?

Et, surtout, savez-vous quelles sont leurs implications pour vos enseignements et programmes?

Quelle est la philosophie de Bologne?

 

Bologne, c’est une réforme décisive des études supérieures, mais c’est surtout une philosophie. Cette philosophie repose sur certains principes-clés. En voici six qui sont particulièrement importants* :

 

1. Enseignement centré sur l’étudiant et son apprentissage

Il s’agit d’une approche où la personne qui apprend est au centre des réflexions pédagogiques. Selon cette approche, on axe les programmes d’études et les enseignements autour du développement des compétences de l’étudiant. On organise la formation en vue des résultats souhaités. L’étudiant participe de façon active à son apprentissage. Il s’implique dans le choix de son parcours et de son rythme d’apprentissage.

 

2. Charge de travail et ECTS

Dans une approche centrée sur l’étudiant, on s’intéresse à la charge de travail de ce dernier. On veille à ce qu’elle soit transparente et réaliste. La charge de travail, c’est l’indication du temps qu’un étudiant va utiliser pour atteindre les résultats d’apprentissage attendus (learning outcomes). On comptabilise le travail effectué en classe, mais aussi en dehors. Les ECTS permettent de mesurer la charge de travail. Consultez notre dossier thématique sur la charge de travail et les ECTS.

 

3. Employabilité

L’employabilité fait référence à l’aptitude des diplômés à intégrer le marché du travail et à évoluer au sein de celui-ci. Dans une optique d’employabilité, la formation universitaire poursuit les buts suivants selon la CRUS (Checklist employabilité, 2013):

  • préparer à une carrière académique;
  • préparer à des activités exigeantes dans des secteurs à caractère scientifique et dans l’économie;
  • soutenir les diplômés à s’engager socialement;
  • créer des passerelles entre le milieu académique et le monde professionnel pour promouvoir l’innovation;
  • permettre aux diplômés de s’adapter aux évolutions de la société et du monde professionnel;
  • promouvoir la mobilité en lien avec l’apprentissage tout au long de la vie.

 

4. Mobilité

La réforme de Bologne vise à encourager la mobilité académique et professionnelle. La mobilité horizontale fait référence à la mobilité pendant un cursus d’études. Il s’agit d’encourager les étudiants à réaliser dans le cadre de leurs études un séjour dans un autre cursus, de durée variable. La mobilité verticale désigne la mobilité entre les niveaux bachelor et master. Elle consiste à changer d'institution ou de branche d’études à l’issue d’un cycle d’études. Cela permet d’obtenir un profil de formation spécifique et de diversifier les combinaisons de cursus.

 

5. Lifelong learning

La réforme de Bologne invite les hautes écoles à intégrer l’apprentissage tout au long de la vie (lifelong learning). Cela passe, entre autres, par la reconnaissance des acquis et une offre de programmes de formation continue. Renforcer l’ouverture, la flexibilité et la perméabilité des formations sont des stratégies qui favorisent le lifelong learning. La charte de l’EUA (European University Association) sur l’apprentissage tout au long de la vie offre plusieurs repères sur ce sujet.

 

6. Assurance qualité

Un des objectifs prioritaires de la réforme de Bologne est de garantir la qualité de l’enseignement supérieur. Des lignes directrices pour la gestion de la qualité existent au niveau européen. En suisse, c’est l’AAQ (Agence suisse d’accréditation et d’assurance qualité) qui garantit et favorise la qualité de l’enseignement et de la recherche dans les hautes écoles. Dans ce contexte, les institutions élaborent des mécanismes pour garantir la qualité des formations qu’elles offrent. L’Université de Genève s’est ainsi dotée d’une Politique qualité. Découvrez-la.

 

* Repris et adaptés des documents officiels hébergés sur le site de l'EHEA (European Higher Education Area)

 

En savoir plus sur les principes de Bologne

Directives Bologne pour les hautes écoles suisses (2015)

Recommandations de la CRUS (2012)

Document de référence européen sur les ECTS

Dossiers thématiques de swissuniversities (site de la nouvelle Conférence des recteurs des hautes écoles suisses)

 

Bologne, qu'est-ce que ça implique pour moi?

 

Voici quelques conseils pour appliquer les principes de Bologne dans votre programme ou votre enseignement. Ils se basent sur l'expérience de l'équipe du pôle SEA et s'appuient sur les documents officiels de la réforme de Bologne et les documents de référence pour la Suisse.

 

Vous êtes responsable d’un programme

  • Énoncez les compétences que les étudiants doivent acquérir pendant la formation. Communiquez-les sur le site web du programme, dans vos publications et dans le supplément au diplôme. Consultez notre dossier sur les learning outcomes.
  • Intéressez-vous à l’approche-programme. Selon cette approche, les apprentissages visés sont le point de départ pour organiser et piloter la formation (Prégent, Bernard, & Kozanitis, 2009). Découvrez l’approche-programme.
  • Vérifiez que les ECTS sont attribués correctement dans le programme. Assurez-vous que la charge de travail de l’étudiant est raisonnable tout au long du programme d’études. Encouragez les enseignants à se coordonner entre eux pour éviter les surcharges à certaines périodes.
  • Clarifiez les débouchés, soit les métiers académiques et non académiques auxquels le cursus peut mener. Inspirez-vous de ces débouchés pour contextualiser la formation. Intégrez une composante pratique au programme.
  • Rendez possibles différents parcours académiques. Pensez aux étudiants qui effectuent un séjour de mobilité à l’UNIGE ou à l’étranger.
  • Annoncez les enseignements (y compris le calendrier et l’horaire) le plus tôt possible pour que les étudiants puissent planifier leur parcours académique à long terme.
  • Intégrez formellement le développement des compétences transversales à votre cursus. Encouragez l’enseignement explicite de stratégies d’apprentissage.
  • Consultez régulièrement les corps estudiantin, enseignant, administratif et technique pour réguler la formation. Impliquez-les dans l’évaluation du programme.

 

Pour aller plus loin

Découvrez les ressources pour les responsables de programme.

 

Vous êtes responsable d'un enseignement

  • Clarifiez les apprentissages visés par vos enseignements en termes d’objectifs à atteindre. Formulez ces objectifs du point de vue de l’étudiant : « A la fin du semestre, vous serez en mesure de … ». Découvrez notre dossier sur les learning outcomes.
  • Communiquez ces objectifs par écrit à vos étudiants. Rédigez un plan de cours complet qui peut servir de base à l’octroi d’équivalences.
  • Adoptez des méthodes qui engagent la participation active des étudiants. Proposez-leur des tâches complexes, des défis intellectuels stimulants.
  • Estimez la charge de travail associée aux activités que vous proposez. Demandez régulièrement à vos étudiants combien de temps ils consacrent à votre cours. Investissez pleinement les crédits associés à votre enseignement.
  • Intégrez dans votre enseignement des références à des situations authentiques. Il s’agit de situations tirées de la réalité, en lien avec la discipline et les professions liées (Prégent et al., 2009). Cela peut être un événement, un phénomène, un cas, une problématique, etc.
  • Renforcez et explicitez les liens entre théorie et pratique (exercices, applications de résultats de recherche ou d’une théorie...). Invitez vos étudiants à utiliser le contenu de votre cours dans différents contextes.
  • Offrez plusieurs choix à vos étudiants. Vous pouvez par exemple proposer différents sujets pour un travail, ou encore plusieurs modalités pour la réalisation ou l’évaluation d’une production. Mettez à profit l’hétérogénéité de votre public en intégrant une composante culturelle à vos activités.
  • Entraînez vos étudiants à apprendre à apprendre. Encadrez-les de façon à les responsabiliser. Prenez le temps d’expliciter pourquoi vous utilisez telle ou telle méthode (par ex. travail en équipe) et expliquez-leur comment apprendre de façon efficace dans votre cours.
  • Évaluez régulièrement votre enseignement. Vous pouvez recourir à l’évaluation institutionnelle ou personnalisée. L’auto-évaluation et l’observation par un pair ou un conseiller pédagogique sont d’autres alternatives intéressantes.

 

Pour aller plus loin

Envie de perfectionner votre enseignement? Visitez nos pages de soutien à l'enseignement.

Venez au pôle SEA consulter ou emprunter ces ouvrages :

Barkley, E. (2010). Student Engagement Techniques. A Handbook for College Faculty. San Francisco: Jossey-Bass.

Berthiaume, D., & Rege Colet, N. (Éds.) (2013), La pédagogie de l'enseignement supérieur : repères théoriques et applications pratiques, Vol. 1. Berne : Peter Lang. 

Prégent, R., Bernard, H., & Kozanitis, A. (2009). Enseigner à l’université dans une approche‐programme. Montréal : Presses Internationales Polytechnique.

Viollet, P. (Ed.) (2011). Méthodes pédagogiques pour développer la compétence. Paris : De Boeck/ESTEM.

A l’origine, quels étaient les objectifs ?

 

La Déclaration de Bologne a été signée en juin 1999, par 29 pays européens dont la Suisse. Elle visait alors la construction d'un espace européen de l’enseignement supérieur (EEES).

Six objectifs ont été définis pour développer la transparence, la comparabilité des grades académiques et la mobilité entre pays :

  1. Adopter un système de diplômes comparables;
  2. Adopter un système de formation basé sur deux cycles. Le premier cycle d’une durée d’au moins trois ans permet l’accès au marché du travail. Le deuxième cycle exige l’achèvement du premier cycle;
  3. Généraliser le système de crédits ECTS;
  4. Promouvoir la mobilité pour les étudiants, enseignants et chercheurs ;
  5. Promouvoir la collaboration en matière d’assurance de la qualité;
  6. Promouvoir la dimension européenne de l’enseignement supérieur.

Les ministres des pays signataires se réunissent régulièrement afin de décider des orientations politiques majeures de l’EEES.

Ces conférences ministérielles donnent lieu à des communiqués :

Erevan 2015

Bucarest 2012

Budapest/Vienne 2010

Leuven / Louvain-La-Neuve 2009

London 2007

Bergen 2005

Berlin 2003

Prague 2001

 

Au fil des ans, les objectifs définis en 1999 se sont développés. Plusieurs thématiques ont gagné en importance et sont au cœur des engagements des ministres, par exemple :

  • l'approche centrée sur l'étudiant et ses compétences
  • l'employabilité
  • les cadres de qualifications européens et nationaux, les learning outcomes
  • la dimension sociale et internationale de l’enseignement supérieur
  • l’égalité des chances
  • le lifelong learning (la formation tout au long de la vie)
  • les liens entre enseignement, apprentissage et recherche à tous les niveaux d’études

A ce jour, 48 pays européens adhèrent à ce processus qui a entraîné des réformes d’envergure en Europe et suscite un intérêt à l’échelle internationale.

En Suisse, c’est la Conférence des recteurs des universités suisses (CRUS) qui avait pour mandat de coordonner et piloter le processus de Bologne en Suisse. Depuis 1er janvier 2015, swissuniversities a repris cette mission.

 

Sources

Site de l'EHEA (European Higher Education Area)

Site de la Commission européenne 

Portail juridique de la Commission Européenne

 

En savoir plus sur les objectifs de Bologne et son historique

Site du Conseil de l’Europe

Site de l'EUA (European University Association)

Site de swissuniversities (nouvelle Conférence des recteurs des hautes écoles suisses)

 

15 ans après, que reste-t-il à accomplir ?

 

Au niveau européen

Dans le communiqué de la dernière conférence ministérielle en 2015, quatre priorités sont établies pour 2020 :

  1. Améliorer la qualité et la pertinence de l'apprentissage et de l'enseignement
  2. Encourager l’employabilité des diplômés tout au long de leur vie professionnelle
  3. Rendre les systèmes plus inclusifs
  4. Implanter les réformes structurelles dans tous les pays membres

 

En Suisse

Dans son rapport final 2012-14 du monitoring de Bologne, la CRUS tire un bilan de la mise en œuvre de Bologne dans les universités suisses. Elle relève que la réforme peut être considérée achevée d’un point de vue structurel. Toutefois, des ajustements doivent encore être faits pour compléter les changements de fond visés par la réforme.

Trois priorités sont identifiées pour la suite :

  • Achever la mise en œuvre du Cadre de qualifications pour le domaine des hautes écoles suisses (nqf.ch-HS). Ce cadre décrit et définit les niveaux de formation et les qualifications acquises au sein du système d'enseignement supérieur suisse. Il repose sur les éléments suivants : descripteurs génériques - conditions d’admission - crédits ECTS - titres. L’orientation des formations sur les compétences et les learning outcomes est un principe au cœur de la réforme de Bologne. Elle est amenée à se développer de plus en plus dans nos universités.
  • Consolider le bachelor universitaire afin d'accroître la liberté de choix des étudiants et encourager leur mobilité. Le bachelor doit être généraliste pour permettre la mobilité verticale (la réorientation entre le bachelor et le master).
  • Flexibiliser les études, par exemple en rendant possibles les études à temps partiel, la perméabilité entre les types de hautes écoles, les différents parcours de formation et l'apprentissage tout au long de la vie.

 

En savoir plus sur l’avancement de la réforme en Suisse et en Europe

Monitoring de Bologne 2012-2014 : Rapport final (CRUS, 2014)

Enquête Bologna With Students’ Eyes 2015

Qu’en est-il à l’Université de Genève ?

 

A l'Université de Genève, les programmes se développent en cohérence avec l'esprit de Bologne.

Vous créez, évaluez ou faites évoluer un programme ? Ce sont autant d’occasions d’achever les transformations visées par cette réforme.

Qu’il s’agisse d’un programme ou d’un enseignement, le pôle SEA peut vous accompagner pour :

  • Appliquer les principes de Bologne (modularisation, flexibilisation, mobilité, etc.)
  • Ajuster le programme aux réglementations et recommandations suisses et européennes 

Catherine HuneaultConseillère pédagogique

Bureau: 10 rue du Conseil-Général, 6e étage

Catherine.Huneault(at)unige.ch022 379 03 64

Soutien au développement des programmes de formation de base et approfondie

Consultez aussi

Les critères qualité des programmes de l'UNIGE

background image
top