Santé Psychologie

Actions et campagnes santé

En raison de la situation sanitaire, la collecte d'automne de sang est annulée. Néanmoins, les besoins en sang sont grands et il est nécessaire de constituer des réserves avant la période de Noël, où les donneurs et donneuses se font plus rares.

Nous invitons donc les étudiantes et étudiants, collaborateurs et collaboratrices à faire un don de sang dès à présent et jusqu’à fin décembre au Centre de Transfusion Sanguine (CTS) des HUG en prenant rendez-vous en ligne.

Retrouvez toutes les informations sur le site des HUG.

Campagne de sensibilisation

Donner son sang est important. Vous pourriez avoir envie de contribuer à cette campagne pour les raisons suivantes :

  • Vous n’avez pas besoin de vous rendre dans un milieu hospitalisé, tout est fait pour faciliter les démarches
  • Vous contribuez à sauver des vies
  • Un jour, vous-même, pourriez avoir besoin du sang d’une autre personne

Deux fois par année, au printemps et en automne, une collecte de sang est organisée à l’Université de Genève. Le but est de sensibiliser la communauté universitaire au don du sang et de récolter le plus possible de poches sanguines pour sauver des vies.

Pendant les semaines de collecte de sang, aux entrées des bâtiments principaux (Uni Mail, Uni Dufour, Sciences II et CMU) vous trouverez des stands d’information. Vous aurez la possibilité de vous inscrire pour donner votre sang, sans vous déplacer à l’hôpital.

Tout est fait pour rendre les démarches faciles, rapides (moins d'une heure) mais strictement professionnelles. A votre pause de midi ou entre deux cours, des médecins certifiés et infirmier-ères expérimenté-es répondront à toutes vos questions et vous accompagneront dans votre don de sang.

La campagne de sensibilisation au don du sang est une action conjointe menée par le service Santé et Psychologie, l'Association des étudiants en médecine et le Centre de transfusion des Hôpitaux Universitaires de Genève.

Puis-je donner mon sang ?

Vous êtes motivé-es à faire don de votre sang, mais ne connaissez pas les conditions pour le faire? Voici la liste des critères pour donner votre sang:

  • Avoir plus de 18 ans
  • Être en bonne santé
  • Peser plus de 50 kilos
  • Vérifiez que vous n’avez pas de contre-indications à l’aide de la liste pdf [DONNER LA LISTE]

Afin de préparer au mieux votre don du sang, veillez à :

  • La veille de votre don ne faites pas de sport intense, et ne mangez pas un repas lourd et trop arrosé.
  • Le jour du don, manger un bon petit déjeuner (ne venez pas à jeun) et buvez 1 litre d’eau

Les étapes du don du sang

Donner son sang ne prend moins d'une heure ! Voici les étapes lors de votre rendez-vous :

  1. Vous répondrez au questionnaire médical qui évalue votre état de santé actuel
  2. Vous passerez un entretien confidentiel avec un médecin ou un-e infirmier-ère du Centre de Transfusion pour définir votre aptitude au don
  3. Un-e infirmier-ère contrôlera votre hémoglobine (piqûre au doigt) pour éliminer le risque d’anémie, ainsi que votre tension artérielle et votre pouls
  4. Le prélèvement durera environ 10 minutes, temps suffisant pour recueillir 450ml de sang.
  5. Une petite collation vous sera offerte, le temps de vous reposer un peu

Ces différentes étapes sont des exigences du Service suisse de transfusion afin d’assurer la sécurité des receveurs et des donneurs. Tous les renseignements fournis sont traités de manière strictement confidentielle.

Pour en savoir plus

Notre médecin du service Santé et Psychologie se tient à votre disposition toute l’année pour répondre à vos questions concernant le don du sang. N'hésitez pas à prendre rendez-vous en ligne.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de donner votre sang tout au long de l'année au Centre de transfusion sanguine.

LIENS UTILES :

Visuel don d'organes

Qu'est-ce que c'est ?

La greffe d’organes est un acte médical de la dernière chance. Elle est envisagée quand l’état du malade se dégrade et que seul le remplacement du ou des organes défaillants par un organe sain peut permettre sa survie. Dans la plupart des cas, les greffons proviennent d’un donneur décédé. Effectuer un don d’organes ou de tissus après le décès est un acte de générosité qui permet de réaliser des greffes afin de sauver la vie d’une autre personne, adulte ou enfant. Un seul donneur d’organes peut sauver jusqu’à sept personnes. Pourtant chaque année, en Suisse, des dizaines de patients décèdent faute de n’avoir pas reçu un organe à temps et environ 1415 personnes attendent une transplantation.

Campagne de sensibilisation

En 2020, le pôle santé social s’associe à la coordination du don d’organes et de tissus des Hôpitaux Universitaires de Genève pour proposer 3 journées de sensibilisation et d’information :

  • 3 Mars | Uni Mail | 10h à 16h30
  • 25 Mars | Sciences II | 10h à 16h30 (ANNULÉ)
  • 26 Mars | Uni Dufour | 10h à 16h30 (ANNULÉ)

Des professionnels seront présents sur les stands pour répondre à vos questions. Sur place, il sera également possible d'exprimer son choix sur le Registre National du don d’organes.

Qui peut être donneur ?

Le prélèvement d’un ou plusieurs organes ou tissus est envisagé après le constat du décès. Dans la grande majorité des cas, les donneurs sont des personnes décédées après un traumatisme crânien, un accident vasculaire cérébral ou parfois après un arrêt circulatoire. Les organes sont maintenus artificiellement en état de fonctionner jusqu’à l’opération de prélèvement. Il est également possible qu’une personne vivante soit volontaire pour faire don d’un organe, le rein principalement.

Toute personne peut donner ses organes. Peu de contre-indications existent. Il n'y a pas de limite d’âge inférieure ou supérieure. L’état de santé du donneur est décisif pour prendre une décision de prélèvement d'organes. Avant un prélèvement, le fonctionnement et l'état des différents organes sont examinés un par un.

Quels organes peuvent être transplantés et pour qui ?

Les organes qui pourront être transplantés aux patients sur la liste d'attente sont :

  • le cœur
  • les poumons
  • les reins
  • le foie
  • le pancréas
  • l’intestin

Nombre de maladies graves peuvent conduire à une transplantation: insuffisance rénale terminale, malformation ou maladie cardiaque, maladie du foie, mucoviscidose, certains cancers… Les patients sont inscrits sur une liste d’attente et l’attribution des organes est effectuée selon un cadre légal. Une personne transplantée peut reprendre une vie quasiment normale. Elle peut travailler, avoir des enfants, faire du sport, voyager. Elle doit cependant prendre un traitement à vie pour éviter le rejet de l’organe transplanté.

Quels tissus peuvent être greffés et pour quoi ?

Certains tissus peuvent également être greffés comme la cornée, les os, la peau, les vaisseaux, les valves cardiaques et pulmonaires. Les tissus sont essentiels au fonctionnement du corps humain. Les cornées sont indispensables à la vue et peuvent soigner les patients atteints de cécité cornéenne. Les os, les tendons, les ligaments, les ménisques assurent la qualité de nos mouvements, ils peuvent être remplacés par des greffons pour soigner différentes maladies comme le sarcome osseux. Les vaisseaux, les artères et les veines maintiennent notre circulation sanguine et peuvent être greffés dans certains cas de malformations cardiaques ou infections de prothèses. La peau nous protège, elle peut être greffée pour soigner les grands brûlés.

Exprimer son choix

La Suisse se base sur le principe du consentement présumé, c'est-à-dire que les personnes doivent avoir exprimé leur volonté par l’intermédiaire d’une carte de donneur (papier ou numérique), de directives anticipées ou par l’inscription sur le Registre National du don, gérée par Swisstransplant en ligne. En l’absence de documents ou de volontés retrouvés, les proches seront interrogés et ce sont eux qui donneront leur décision en se basant sur ce qu’aurait souhaité le défunt.

Pour en savoir plus

Notre médecin du service Santé et Psychologie se tient à votre disposition toute l’année pour répondre à vos questions concernant le don du sang. N'hésitez pas à prendre rendez-vous en ligne.

Par ailleurs, les membres de la coordination du don d’organes et de tissus des Hôpitaux Universitaires de Genève sont également à votre disposition pour répondre à vos questions concernant le don d’organes et de tissus.

LIENS UTILES :

 

Bandeau mélanome

Qu'est-ce que c'est ?

Vous pensez ne pas faire partie de la population à risque? Personne n’est à l’abri. Il faut prendre conscience des risques encourus lors d’expositions prolongées et répétées au soleil. Cela comprend chaque exposition non protégée comme les repas pris sur une terrasse à la pause de midi, les activités sportives ou les promenades. Le mélanome malin est le quatrième cancer le plus fréquemment diagnostiqué en Suisse. À Genève, tout particulièrement, des études montrent l’incidence croissante du mélanome. (Référence: Epidémiologie du cancer. Le mélanome de la peau: état des lieux et prévention, OFS, 16.04.2012)

Nous ne sommes pas tous égaux devant le soleil. Il est important de se protéger en fonction de sa vulnérabilité. Les facteurs de risque sont les suivants:

  • Peau claire, type 1 ou 2
  • Nombreux coups de soleil avant l’âge de 15 ans
  • Plus de 50 grains de beauté de plus de 2 mm
  • Un parent proche qui a lui-même été touché par un cancer de la peau

Le bronzage est en fait un mécanisme d’autodéfense de la peau contre le soleil. Sous l’effet des rayons UV, les cellules de la peau appelées mélanocytes produisent la mélanine, un pigment brun qui confère à la peau sa couleur brune. Dès que la peau présente une rougeur, cela signifie qu’elle a été agressée. La peau rougit puis brunit pour se protéger du soleil. Un bronzage «sain» pour la peau n’existe pas. Les rayons UV provoquent des lésions dans les cellules de la peau. Ces cellules ont une certaine capacité à se régénérer mais elle diminue avec l’âge et avec les expositions au soleil. La peau est dotée d’une «mémoire»: elle enregistre les rayons UV qui ont été absorbés et débite notre «capital soleil».

Campagne de sensibilisation

Savez-vous que la Suisse est le 2e pays au monde le plus touché par le mélanome? Et que la catégorie de la population la plus touchée est les jeunes? Des chiffres qui ont poussé un groupe d’étudiant-es de la Faculté de médecine de l’UNIGE à agir afin sensibiliser la population estudiantine aux dangers du soleil et faire changer les comportements. Chaque printemps, ils organisent une semaine de prévention des cancers de la peau en collaboration avec le service Santé et Psychologie. Le but de ces journée est de vous permettre de venir poser vos questions au moindre doute et de faire examiner votre peau par des professionnels.

La semaine de prévention des cancers de la peau à l'UNIGE a lieu le 15 Mai 2020.

Le dépistage est complètement gratuit et a lieu sur chaque site mais l'inscription est un pré-requis obligatoire. Les inscriptions se font uniquement aux stands! Il n’y a pas d’inscription par mail ou par téléphone. Nous vous informons également que le nombre de places étant limité, nous ne pouvons garantir la participation de la totalité des personnes intéressées.

Comment me protéger ?

Le mot d’ordre est: prévention! Prendre les précautions nécessaires pour préserver votre «capital solaire» c’est éviter des effets irréversibles. Les bonnes raisons de changer vos habitudes face au soleil sont:

  • Retarder le vieillissement de la peau
  • Diminuer les risques de développer un cancer de la peau: carcinome basocellulaire, spinocellulaire et mélanome

Voici des gestes faciles à adopter pour protéger votre peau :

  • Évitez de votre exposer au soleil entre 11h et 15h.
  • Appliquez un produit solaire à indice de protection 30 au minimum, en bonne quantité (30ml pour le corps entier d’un adulte), 30 minutes avant de s’exposer et renouveler toutes les 2 heures.
  • Un indice élevé ne signifie pas qu’on peut en mettre moins ou s’exposer plus longtemps. La seule protection valable est l’ombre.
  • N’oubliez pas les zones particulièrement exposées: la nuque, les lèvres, les oreilles, les mollets… d’autant que nous oublions trop souvent de les protéger.
  • L’indice de protection de votre crème ne doit pas diminuer à mesure que l’été avance et que votre peau bronze.
  • Respectez les dates de péremption, conservez votre crème à l’ombre et à l’abri de la chaleur.
  • Portez chapeau et lunettes (avec un bon filtre UV).
  • Ne vous protégez pas seulement lorsque vous vous allongez en plein soleil, mais aussi sous un parasol ou par temps nuageux, lorsque vous mangez sur une terrasse, vous faites du sport.
  • Évitez absolument le solarium. Il ne constitue pas une préparation à l’exposition au soleil, mais provoque au contraire un vieillissement prématuré de la peau et augmente le risque de cancer.

Pour en savoir plus

Notre médecin du service Santé et Psychologie se tient à votre disposition toute l’année pour répondre à vos questions liées à votre peau. N'hésitez pas à prendre rendez-vous en ligne.

LIENS UTILES :

  • Règles ABCD pour la prévention précoce du mélanome
  • Testez votre risque au soleil
  • Vidéo How the sun sees you, Thomas Leveritt

 

Projet vaccins

Pourquoi la vaccination ?

La vaccination est un moyen sûr de se protéger de nombreuses maladies : diphtérie, tétanos, poliomyélite, rougeole, coqueluche, oreillons… Autant de maladies potentiellement graves qui peuvent être évitées grâce à une vaccination correcte. Elle permet aussi de protéger ceux qui ne peuvent pas être vaccinés pour des raisons de santé. Ainsi, grâce à cette dernière, certaines maladies comme la variole ont disparu, alors que d’autres sont devenues extrêmement rares en Suisse. D’autres cependant, comme la rougeole, sont en augmentation depuis quelques années à cause de la diminution de la couverture vaccinale qui permet à la maladie de se propager plus facilement.

Projet vaccins : qu'est-ce que c'est ?

Le Projet Vaccins de l’AEMG est mené par quatre étudiants en médecine ayant constaté que les connaissances en matière de vaccination et la mise à jour des vaccins font défaut. Ce problème ne concerne pas seulement les étudiants. Selon l’OFSP, la couverture vaccinale de la population suisse n’est pas optimale. Ce groupe de quatre étudiants en médecine, en collaboration avec le Centre de vaccinologie et du service Santé et Psychologie de l'UNIGE ont donc décidé de monter un projet afin de permettre aux étudiant-es et collaborateur-trices de l’UNIGE de se renseigner sur leur statut vaccinal. Leurs campagnes sont une occasion de vérifier si l'on est à jour, de créer le carnet de vaccination électronique qui nous tiendra informé de cela tout au long de la vie, et de poser toutes ses questions sur la vaccination.

L’équipe du Projet Vaccins se déplace dans les différents bâtiments de l’Université pour ouvrir des carnets de vaccination électroniques pour les collaborateur-trices et les étudiant-es de l’UNIGE. L’équipe répond aux questions et ouvre un carnet électronique, si souhaité. Par la suite, l’équipe Projet Vaccin, formée et supervisée par la Pre Siegrist enregistre et valide les carnets. Les usagers sont informés par mail des vaccins à faire pour être protégé.

Pour en savoir plus

Notre médecin du service Santé et Psychologie se tient à votre disposition toute l’année pour répondre à vos questions. N'hésitez pas à prendre rendez-vous en ligne.

LIENS UTILES :

Vous souhaitez lancer une Action Santé ? Le service Santé et Psychologie a à cœur de consolider ses liens, d’initier de nouveaux échanges et de développer de nouveaux projets, dans une approche collaborative. Dans cet esprit de synergie et de développement de projets communs, nous pouvons mettre à disposition notre expertise et connaissances des problématiques étudiantes, ainsi que des ressources nécessaires à la co-construction de projets communs.

N'hésitez donc pas à nous soumettre une initiative, un projet, nous proposer une forme de collaboration ou des échanges interprofessionnels, nous sommes à votre disposition.