A la Une

L’Académie de droit international humanitaire et de droits humains finaliste du concours Jean Pictet en droit international humanitaire

L’équipe anglophone de l'Académie de droit international humanitaire et de droits humains, centre conjoint de la faculté de droit et de l'Institut universitaire des hautes études internationales et du développement a atteint les finales du concours Jean Pictet. Durant une semaine, du 6 au 13 mars dernier, Berta Fernández Rosón (Espagne), Melina Fidelis Tzourou (Grèce) et Yulia Mogutova (Russie), étudiantes du LL.M. in International Humanitarian Law and Human Rights ont représenté l’Académie à Denpasar (Indonésie), où se déroulait la 34ème édition du concours de droit international humanitaire (DIH) Jean Pictet. La préparation de cette équipe a été encadrée par Monsieur George Dvaladze, assistant et doctorant à la Faculté de droit.

Le Concours Jean-Pictet (http://www.concourspictet.org/indexen.html) est une formation et compétition en DIH et autres branches de droit international applicables dans les conflits armés. Il permet chaque année à des équipes francophones et anglophones d’étudiant-e-s venant du monde entier et sélectionnées à partir d’un dossier écrit qu’ils/elles devaient préparer, de « sortir le droit des livres » par des simulations et des jeux de rôles. Les participant-e-s sont évalué-e-s par le jury (composés de personnes pratiquant le droit international humanitaire) non seulement sur leurs connaissances théoriques mais également sur leur capacité à endosser le rôle de différents acteurs impliqués dans l’application du droit dans les conflits armés contemporains.

Ainsi, nos étudiantes ont revêtu le dossard de déléguées du CICR, le treillis de membres de groupes armés, le costume de représentantes du Ministère de la Défense ou encore du Ministère des Affaires étrangères. Leur capacité à adopter des arguments juridiques en conformité avec leur rôle a convaincu le jury, qui leur a permis d’accéder aux finales du prestigieux concours. Cette intense semaine a été marquée par des mises en situations réelles – telles que négocier l’accès à une enclave auprès d’un groupe armé pour y faire passer de l’aide humanitaire – mais aussi de riches échanges avec les membres du jury et les participants venus de 30 pays, réunis autour de leur passion pour cette branche du droit international, souvent appelée « droit de Genève ». Nous félicitons les finalistes et leur souhaitons un bon retour à Genève en pleine santé et une bonne fin de leurs études.

17 mars 2020
  A la Une