Actualités ISE

Un article sur le commerce mondial des espèces de serpents menacées

Snake.jpg
Le commerce mondial des espèces de serpents venimeux et non-venimeux peut avoir un impact négatif sur la conservation de ces espèces, avec également un risque sanitaire lié aux morsures de serpents. Pour mieux comprendre ces enjeux et les tendances des dernières décennies, deux chercheurs de l'ISE, Fleur Hierink et Nicolas Ray (en collaboration avec l'Institut de santé globale, ainsi que EcoHealth Alliance – USA) ont analysé les données complètes du commerce des espèces de serpents listées par la CITES (1) durant les 44 dernières années.

Cette analyse met notamment en évidence les grands pays exportateurs (Ghana, Indonésie, Togo et Bénin) et importateurs (Chine et États-Unis), avec certaines espèces, comme les pythons, qui sont les cibles privilégiées de ce commerce. Une tendance croissante est observée pour les individus élevés en captivité (plutôt que sauvages), mais les serpents venimeux proviennent principalement de milieux sauvages.

L'article, intitulé "Forty-four years of global trade in CITES-listed snakes : Trends and implications for conservation and public health", a été publié dans la revue Biological Conservation. Il est accessible sur le site web Science Direct.

(1) La CITES est la "Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction". Elle veille à ce que le commerce international des spécimens d'animaux et de plantes sauvages ne menace pas la survie des espèces auxquelles ils appartiennent, et elle maintient une base de données globale de tous les permis octroyés pour ce commerce.

10 juin 2020
  Actualités ISE