À la une

Hommage à Gisela Labouvie-Vief

Le Décanat de la FPSE a appris le décès, le 22 décembre dernier, de Gisela Labouvie Vief (aussi connue sous le nom de Gisela Vief), professeure ordinaire de 2005 à 2011.

Née en 1945, elle a effectué sa scolarité initiale puis ses études universitaires à l'Université de Saarland (Allemagne) où elle a obtenu une maîtrise (major) en psychologie. Elle a poursuivi ses études aux USA: gérontologie (Southern California University, 1964-1972) puis un PhD en psychologie développementale (West Virginia University). Elle a occupé plusieurs postes professoraux, notamment à l'Université du Wisconsin, Harvard University, et Wayne University, tout en maintenant des liens avec l'Allemagne, en particulier avec le Center for Human Development à Berlin, l'un des lieux les plus connus en psychologie du développement en Allemagne, où elle a été invitée à de nombreuses occasions. Elle était très intéressée par la théorie piagétienne, et notamment les travaux de Piaget sur l'équilibration et par son approche constructiviste ; ceci a d'ailleurs influencé la perspective épistémologique dans laquelle elle s'est elle-même placée pour avancer des hypothèses sur l'importance des régulations. Elle appréciait les travaux de Piaget et les citait souvent. Sa carrière a été brillante, couronnée de nombreux prix et honneurs, américains mais également dans d'autres pays. Sa production scientifique a été très prolifique comme en attestent les nombreux projets de recherche financés, des articles dans d’excellentes revues, et plusieurs ouvrages qui lui ont permis d'être reconnue internationalement en tant que spécialiste du développement socio-cognitif tout au long de la vie adulte.

À Genève, Gisela Labouvie-Vief a été recrutée par appel en 2005 comme professeure ordinaire, avec la mission d'élargir aux aspects socio-cognitifs les études et enseignements du Lifespan qui s'y déroulaient déjà dans une perspective plus strictement cognitive. Elle a dirigé plusieurs travaux d'étudiants, dont des Masters, et le doctorat de deux étudiants. Elle a donné de nombreux enseignements. Après sa retraite en 2011, Gisela Labouvie-Vief est restée très active, et bénéficié de bourses, en particulier pour un fellowship au réputé Hanse-Wissenschaftskolleg à Bremen pour y écrire un nouvel ouvrage. Sa curiosité s'étendait à une compréhension plus globale du développement humain, y intégrant les aspects cérébraux, affectifs et cognitifs.

La vie de Gisela Labouvie-Vief ne se limitait évidemment pas à ses aspects académiques. Membre du Mind & Life Institute, elle étudiait les sciences contemplatives, pratiquait le violoncelle ainsi que le modelage. Ses collaborateurs se souviennent de sa force de caractère et de ses analyses très fines de tout ce qui touchait au développement humain.

Nous adressons toutes nos pensées à sa famille et à ses proches.

17 janvier 2023
  À la une