À la une

Cycle de conférences publiques en ligne dans le cadre du cours "Regard interdisciplinaire sur la migration forcée"

Lesbos : la honte de l’Europe - 24 novembre 2020

18h30 | La conférence sera en ligne sur cette page: https://www.unige.ch/cite/evenements/semaine-des-droits-humains/sdh2020/lesbos-la-honte-de-leurope/

Prof. Jean Ziegler, Professeur honoraire de l’Université de Genève et conseiller du Conseil des droits de l’homme des Nations unies

De retour d’une mission pour l’ONU sur l’île grecque de Lesbos en mai 2019,  il publie un livre-témoignage sur ce qu’il nomme « la honte de l’Europe ». Un texte court en forme d’indignation contre les campements insalubres des cinq îles de la mer Egée où s’entassent aujourd’hui plus de 40 000 demandeurs d’asile, la plupart originaire d’Afghanistan, de Syrie, d’Irak, d’Iran et du Soudan.  Il dénonce la déshonorante impéritie de l’UE et apostrophe vertement ses dirigeants (Lesbos, la honte de l’Europe, Seuil, 2020).
 
Cette conférence est organisée dans le cadre  du cours interdisciplinaire « Regard interdisciplinaire sur la migration forcée » en partenariat avec la Semaine des droits humains.


Les paradoxes de la migration - 26 novembre 2020

18h30 | webinaire zoom

Prof François Ansermet, Professeur honoraire à l'Université de Genève, ancien directeur du Département de psychiatrie de la Faculté de médecine, membre du Comité Consultatif National d’Ethique à Paris.

La migration met en jeu l’identité, la révèle aux autres autant qu'au migrant lui-même - d'autant  plus quand il s’agit d’une migration forcée. Mais l’identité est à la fois ce qui assimile et ce qui singularise: une série de paradoxes entrent en jeu qui peuvent aboutir tant au rejet qu’à la possibilité d'une issue, suivant le type de rencontre  dans ces situations extrêmes.


Causes de la migration forcée. Souveraineté des États et droits humains.
Quelques illustrations avec Assange, Snowden, les réfugiés de Syrie et du Venezuela.
Solutions pragmatiques - 17 décembre 2020

18h30 | webinaire zoom

Dr. Alfred de Zayas, juriste et historien américain et suisse, professeur de droit international à la Geneva School of Diplomacy, ancien haut fonctionnaire au Haut-Commissariat pour les Droits de l'Homme de l’ONU. De 2012 à 2018, il a été expert indépendant pour la promotion d'un ordre international démocratique et équitable et a présenté 14 rapports à l'Assemblée Générale de l’ONU et au Conseil des Droits de l'Homme, ainsi qu'une centaine de communiqués de presse sur la banque mondiale et le FMI, les paradis fiscaux, les traités de libre-échange, l'arbitrage international, la protection des "lanceurs d'alerte", et le droit à l'autodétermination. En 2018, il achève son mandat avec un rapport à contre-courant sur le Venezuela. Il est l'auteur de 9 livres et quelque 200 articles dans des revues juridiques et d'histoire.

Les migrations forcées soulèvent de nombreuses questions relatives à la dignité et aux droits de l’homme. Les victimes méritent notre solidarité, mais il est crucial de comprendre et de dénoncer les causes de ces mouvements migratoires. D’une part, les États-Unis et l’Europe ont une responsabilité dans les facteurs ‘push’ qui incitent les ressortissants des pays du Tiers-Monde à fuir des conditions de vie inhumaines. D’autre part, des ressortissants des pays occidentaux eux-mêmes sont menacés par des politiques de contrôle de l'accès à l'information. La persécution des lanceurs d’alerte en est une illustration extrême, mais à la censure s’ajoutent le passage sous silence et l'autocensure, qui ébranlent les fondements de notre démocratie.

26 novembre 2020
  À la une