Le Laboratoire RIFT a le plaisir de vous inviter à la seconde conférence du cycle « Vulnérabilité(s) et formation : des conceptions et des pratiques inventives ». L’intérêt central de cette thématique est d’articuler deux problématiques, celle de l’innovation en formation, et celle des publics à demandes particulières.

 

La vulnérabilité, une nouvelle catégorie morale ?

Par Nathalie Maillard, HETS et Collège de Genève
 Discurante : Janette Friedrich, RIFT, Université de Genève

Mardi 25 avril 2017 - 17h30 - Uni Mail - salle R030

La conférence sera suivie d'une verrée amicale.

Résumé

Nous sommes des êtres vulnérables. Depuis deux ou trois décennies, cette idée est venue s’imposer à la réflexion au sein de différentes disciplines. Le constat de notre vulnérabilité partagée a d’abord une portée anthropologique. Mais la philosophie morale et politique, l’éthique biomédicale ou encore les sciences sociales ont accueilli cette nouvelle notion pour en explorer aussi les dimensions normatives.

Pourquoi le concept de vulnérabilité émerge-t-il aujourd’hui ? Qu’est-ce qui, dans le mode de fonctionnement de nos sociétés ou dans notre situation historique, nous rend plus attentifs à ce phénomène ? La menace environnementale, l’augmentation de la précarité sociale, le vieillissement de la population ?

Il serait intéressant de s’interroger sur les raisons pour lesquelles le fait de notre vulnérabilité est devenu d’un seul coup plus saillant. Sans répondre directement à cette interrogation, je fais ici l’hypothèse que l’émergence de la notion de vulnérabilité signale l’épuisement ou les limites d’un certain modèle. Depuis la modernité, en effet, l’autonomie a joué un rôle central dans notre manière de concevoir l’être humain. Son respect a figuré au centre des conceptions morales et politiques dominantes – les conceptions kantienne et libérale. La vulnérabilité apparaît dès lors comme un instrument critique visant à interroger une anthropologie articulée autour des capacités rationnelles de l’homme et à contester la focalisation des théories morales sur la figure du sujet autonome. Chez Emmanuel Levinas et Paul Ricoeur, en bioéthique, dans les éthiques du « care » ou encore les réflexions de Martha Nussbaum à propos de la théorie rawlsienne de la justice, la prise en considération de la vulnérabilité complète et complique l’image de l’individu autonome en le replaçant dans ses modalités temporelles, relationnelles et corporelles – en soulignant à la fois sa dépendance et la fragilité essentielle de ses capacités. Elle propose ainsi une perspective morale à la fois plus complexe, plus riche et plus réaliste de ce qu’est la personne, en pensant à côté du respect de l’autonomie et ensemble avec lui, la sollicitude ou la responsabilité.

Dans tous les champs de la réflexion dans lesquels elle intervient, l’idée de vulnérabilité ouvre de nouveaux questionnements, éclaire des dimensions de la vie humaine laissées dans l’ombre, introduit des déplacements et des reconfigurations conceptuels. Cette intervention aura pour objectif, premièrement, de proposer une définition de la vulnérabilité qui lui conserve sa force analytique ; deuxièmement, de montrer dans quelle mesure la vulnérabilité constitue une nouvelle catégorie morale et ce que signifie utiliser ce concept comme catégorie morale ; troisièmement, d’interroger le potentiel critique de cette notion en mettant l’accent sur la conception alternative du sujet proposée par les philosophes qui font recours à l’idée de vulnérabilité.

 

21 mars 2017

Actualités 2017

top