DIDROMEPS 2022

ENSEIGNER LES CAPACITÉS TRANSVERSALES EN ÉDUCATION PHYSIQUE ?

 

JEUDI 20 JANVIER 2022

 

Programme de la journee d'étude

Document de présentation

 

SUPPORTS DES PRÉSENTATIONS DU MINI-SYMPOSIUM

Axelle Bouvier – IUFE. Enseigner la collaboration de façon intégrée au processus d'enseignement-apprentissage des savoirs disciplinaires en badminton. L'exemple du jeu en duo.

Claude-Emmanuel Perez-Cano – INSPE de Dijon. La coopération comme objet d’apprentissage à travers les activités physiques, sportives et artistiques en EPS. 

Anthony Van de Kerkhove – IUFM d’Orléans. La coopération comme moyen pour les apprentissages moteurs en EPS : Enjeux, illustrations en mini-handball et en badminton.

Bernard Poussin – IUFE. La course en peloton : la coopération au service des apprentissages disciplinaires.

 

SUPPORTS DES PRÉSENTATIONS DE LA TABLE RONDE

Daniel Deriaz – IUFE. "Compétences transversales" et éducation physique : quelques éléments de réflexion.

Nicolas Margas – ISSUL. La troisième voie de socialisation : rôles des contextes émotionnels inhérents aux APS dans la construction des compétences sociales en EPS.

Philippe Delmege – DIP. Les enseignants du primaire face à la question de l'importance et des modalités d'enseignement actuelles des CT en EP.

 

Enseigner les capacités transversales en éducation physique ?

Si l’inconsistance de la notion de compétence transversale n’est plus à démontrer (Boanca & Starck, 2019 ; Rey, 1998 ; Tardif & Dubois, 2013), il ne demeure pas moins pertinent de s’intéresser d’une façon ou d’une autre à tous ces savoirs non disciplinaires et qui n’ont pas lieu de constituer des disciplines à part (Reuter, 2013). L’éducation physique parait pourtant être un espace didactique propice au développement des capacités transversales (Cronin et al., 2020). Or d’une part la finalité de l’éducation physique dans le PER n’est pas le développement des capacités transversales (Forest, Lenzen & Ohmann, 2018). D’autre part le temps d’enseignement alloué à notre discipline n’est pas extensible au point d’envisager l’aménagement de situations d’enseignement dédiées. Par conséquent, en accord avec les propositions de Goudas (2010), il semble qu’une piste d’action réside dans l’intégration de leur enseignement au processus d’enseignement-apprentissages dédié aux savoirs disciplinaires.

Cette intégration ne semble pourtant pas si évidente. A ce titre, Parlebas et Dugas (2005) relèvent par exemple une tendance à la magie de la tâche (Marsenach, 1991) quant à ces savoirs. Il semble en effet réducteur de penser qu’évoluer en équipe dans un sport collectif suffise à apprendre à collaborer, ou que de créer une chorégraphie suffise à développer la pensée créatrice, etc. Confrontés à la formation des enseignants d’éducation physique de demain, il est pourtant récurrent de constater ce genre de pratiques et/ou de discours. Mais sommes-nous réellement outillés en tant que formateurs à accompagner les jeunes enseignants sur ce sujet ? Comment, en plus des régulations visant l’acquisition des savoirs pour enseigner (Hofstetter & Schneuwly, 2009), réguler efficacement les enseignants sur ce sujet lorsqu’une occasion se présente ? 

L’objectif de cette journée d’étude vise à engager des pistes de réflexion et d’action pour mieux accompagner les stagiaires ou les étudiants sur ce sujet. La conférence d’ouverture ouvrira la thématique en mettant à discussion ce qu’implique cette modalité intégrative que nous évoquions dans la pratique enseignante. Le mini-symposium qui suivra visera à donner la place à des projets concrets quant à la collaboration en tant qu’apprentissage pour certains, au service des apprentissages disciplinaires pour d’autres. Enfin une table ronde conviant des experts de différentes natures visera à réfléchir aux enjeux de s’intéresser aux capacités transversales pour la recherche, la formation et l’enseignement. Daniel Deriaz, à l’origine de ce questionnement au sein de l’équipe Deep.Ge nous présentera une vision holistique quant à la nécessité de s’intéresser aux capacités transversales dans le cadre de la recherche, de la formation et de l’enseignement en éducation physique. Florence Ligozat abordera une perspective comparatiste dans une tentative de caractérisation de ces objets d’enseignement particulier. Nicolas Margas présentera la façon dont les contenus disciplinaires constituent des leviers déterminants à l’apprentissage des capacités transversales. Philipe Delmege conclura cette table ronde en abordant les enjeux institutionnels d’une telle démarche face aux réformes en cours des prescriptions relatives à l’enseignement obligatoire genevois.

Pour s’inscrire dans l’esprit qui guide les journées DIDROMEPS, les participants seront amenés à interagir avec les contributeurs tout au long de la journée. Des espaces d’échanges seront régulièrement ouverts afin de laisser la place aux questionnements latents, aux spécificités cantonales et aux expériences personnelles des formateurs présents. La richesse de cette journée dépendra donc autant de la qualité des présentations que de la représentation des différentes HEP cantonales.

Affiche_image.png