2016

 L'éducation laïque et ses temporalités: usages et mésusages d'un concept

« morale laïque » et au développement d’une nouvelle littérature scientifique consacrée à ses fondateurs, la notion d’éducation laïque est de plus en plus d’actualité face aux défis de la construction d’une société pluriculturelle ainsi qu’à la présence insistante du thème des intégrismes dans le débat public. Par ailleurs, le mot « laïcité », très souvent évoqué, se caractérise par une grande variété d’usages : s’il est souvent synonyme d’empathie et d’acceptation d’un dialogue avec l’Autre, il peut aussi être utilisé pour nier les diversités et induire une assimilation culturelle. Nous interrogeons ici les théories, les pratiques et les temporalités de l’éducation laïque de la Révolution française jusqu’à nos jours, en passant par l’expérience des réseaux qui ont contribué à l’élaboration du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire dirigé par Ferdinand Buisson (1841-1932).

Il y a lieu d’analyser les liens entre les milieux intellectuels qui ont construit les systèmes de l’éducation publique et laïque de l’époque et les éducateurs qui ont initié les expériences de la pédagogie libertaire et des universités populaires, parmi lesquels James Guillaume (1844-1916) et Paul Robin (1837-1912). Ainsi des expériences et des pratiques pédagogiques visant à l’émancipation sociale par les savoirs peuvent-elles être mises à jour.

La laïcité pourrait dès lors aussi être comprise au sein du projet scolaire d’instruction et d’éducation dans le sens d’un dilemme contemporain, celui de savoir « comment faire valoir sans prescrire ». Par conséquent, nous interrogeons également ce patrimoine historique d’idées et de pratiques pédagogiques en fonction des défis et des débats actuels autour de l’enseignement et apprentissage de l’histoire, de la géographie et de la citoyenneté.

 

Organisation : Université de Genève (Faculté de Psychologie et Sciences de l’Éducation ; IUFE ; Équipe de didactique de l’histoire et de la citoyenneté-ÉDHICE ; Groupe d’étude sur la didactique de la géographie) 

Contacts :charles.heimberg(at)unige.ch ; jean-charles.buttier(at)unige.ch ; nora.koehler(at)unige.ch

 

Programme

Matin 9h30 – 13h00 (animé par Charles Heimberg) :

9h00-9h15

 

Accueil et introduction

9h15-9h45

Jean-Charles Buttier, Université de Genève

Historiographie des rapports entre éducation et religion pendant la Révolution française

9h45-10h15

Frédéric Mole, Université de Genève et Saint-Etienne

La construction de l’école républicaine : principe de laïcité et enjeu social

10h15-10h45

 

Discussion

11h15-11h45

Federico Ferretti, Université de Dublin

Ferdinand Buisson, James Guillaume et Paul Robin : l’éducation laïque entre libéraux et libertaires

11h45-12h15

Sylvain Wagnon, Université de Montpellier II

Francisco Ferrer, l’école républicaine et les principes de morale républicaine à l’usage des écoles rationalistes

12h15-12h45

 

Discussion

 

Après-midi 14h00-17h45 (animé par Jean-Charles Buttier) :

13h45-14h15

Charles Heimberg, Université de Genève 

Éducation et laïcité : usages et mésusages des mots dans les débats publics

14h15-14h45

Laurence De Cock, Universités Paris-Diderot et Lyon II

La laïcité dans l’après-Charlie

14h45-15h15

 

Discussion

15h45-16h15

Nicole Durisch Gauthier, Haute Ecole Pédagogique-Vaud

Enseigner les faits religieux à l’école publique : enjeux et débats actuels

16h15-16h45

Nora Köhler, Université de Genève

Le moment du Plan d’Études romand (PER) sous l’angle de l’éducation laïque

16h45-17h15

Anne Sgard, Université de Genève

Regard géographique sur la laïcité et le fait religieux  

17h15-18h00

 

Discussion et conclusion

La journée d'étude aura lieu le vendredi 26 février de 09h00 à 18h00, dans la salle salle PM 01(Pavillon Mail).

 


 

 

Le vendredi 14 octobre 2016 s'est tenue une journée d'études doctorales sur le thème Entre histoire et mémoires, avec Fatima Besnaci-Lancou, historienne et Nicolas Offenstadt, historien, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

top