Offre de formation 2012-2013

Les propositions de journées de formation continue pour 2012-2013

Pour les journées organisées dans la cadre de la formation continue du Département de l'instruction publique, inscrivez-vous à l'adresse suivante : DIP

Les journées de formation continue présentées ci-dessous sont organisées par l'ÉDHICE.

Charles Heimberg y sera discutant.

Que dire de l’histoire de l’Égypte ancienne dans le contexte scolaire ?, avec Youri Volokhine, maître d’enseignement et de recherche, Université de Genève
Vendredi 18 janvier 2013

L’enseignement de l’histoire de l’Égypte ancienne est courant dans l’enseignement secondaire, alors que peu d’enseignants l’ont étudiée au cours de leur formation. Les pratiques scolaires semblent souvent orientées sur l’étrangeté de cette société ancienne, comme par exemple les rituels de la momification. Or, est-ce là le plus important ? En tant que spécialiste de cette civilisation, Youri Volokhine présentera les éléments fondamentaux qui lui semblent devoir en être transmis à l’école.

La parole des témoins dans la transmission d’une intelligibilité du passé : un état des lieux entre histoire et littérature, avec Frédéric Rousseau, professeur, Université de Montpellier III et Charlotte Lacoste, docteure et enseignante, Université Paris VIII
Mardi 5 février 2013

« Je demeure convaincu qu’on ne lira pas en vain les pages où les bons témoins nous ont légué leur testament de soldats lucides, leur volonté de s’en tenir aux faits observés et aux émotions ressenties, avec leur foi indéracinable en l’action lente et sûre de l’humble vérité ». Ainsi se termine la première partie de l’ouvrage Du témoignage, un texte de Jean Norton Cru publié en 1930, un an après son fameux Témoins. La valeur des récits de témoignages pour notre compréhension du passé, et celle de la méthode critique de Jean Norton Cru, seront discutées de manière croisée par deux spécialiste, entre critique historienne et critique littéraire.

La figure de Jean Jaurès avant la Grande Guerre et ce qu’il importe d’en faire connaître, avec Alain Boscus, maître de conférences à l'Université de Toulouse Le Mirail
Vendredi 23 novembre 2012

Les 24 et 25 novembre 1912, Jean Jaurès participe à un congrès socialiste international qui se tient dans la cathédrale de Bâle et prononce un discours poignant contre la guerre qui s’annonce. Si elle est bien étudiée par les historiens, y compris sous l’angle de la multitude des milieux qui s’en réclament après coup, il y a lieu de se demander quelle est et quelle devrait être la place de cette grande figure progressiste dans l’enseignement de l’histoire. Ancien directeur du Musée Jaurès de Castres, l’historien Alain Boscus évoquera à la fois l’œuvre de Jaurès et ses usages passés et présents dans l’espace public.

L’influence du « fait religieux » dans les sociétés humaines : comment la traiter en classe d’histoire ?, avec Philippe Borgeaud, professeur honoraire, Philippe Matthey, maître-assistant & collaborateurs, Université de Genève
Lundi 5 novembre 2012

Cette journée de formation continue entend examiner l’influence du « fait religieux » dans l’histoire des sociétés humaine et les manières de la prendre en considération dans l’enseignement de l’histoire. Il y sera question, pour différents contextes historiques, de croyances, de rites, d’accommodations, en évitant des regards surplombants sur les doctrines et les institutions religieuses.

Les usages politiques du passé, avec Nicolas Offenstadt, maître de conférences, Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne
Lundi 11 mars 2013

L’usage public de l’histoire, un concept forgé dans les années 1980 par Juergen Habermas dans le contexte de la querelle des historiens sur l’interprétation des crimes de masse du national-socialisme, repris ensuite dans les années 1990 en Italie par l’historien Nicola Gallerano, est aujourd’hui une source de réflexion importante dans le monde francophone. Ce concept porte notamment, et de manière prévalente, sur la transmission scolaire de l’histoire. Mais il interroge aussi toutes les utilisations du passé qui émanent des acteurs politiques. Comment les historiens et les enseignants d’histoire se situent-ils à leur égard ? Comment peuvent-ils les soumettre à une critique historienne ? Comment les interactions entre leurs réflexions d’historiens et leur propre engagement dans la cité se jouent-elles ?

L'histoire et la mémoire, avec Lucette Valensi, directrice d'études émérite en histoire sociale de l'islam méditerranéen, EHESS
Mardi 9 avril 2013

Dans son ouvrage Fables de la mémoire. La glorieuse bataille des Trois Rois, (Chandeigne, 2005) l’historienne Lucette Valensi évoque une bataille d’août 1578 qui a vu mourir rien moins que le roi du Portugal, un ancien souverain marocain et son oncle qui avait pris le pouvoir soutenu par la Sublime Porte. Son étude porte sur les modalités d’organisation des narrations plurielles auxquelles cet événement va donner lieu. Elle nous propose ainsi une réflexion sur les mémoires et leur évolution jusqu’à aujourd’hui, non sans nous inviter aussi à interroger nos propres enjeux de mémoire contemporains. Partant de cet ouvrage, cette journée de formation permettra de travailler sur les finalités de l’histoire et sa production d’intelligibilité.

top