Recherches

Recherche FNS n°100013_143453/1

 

 

 Nous remercions le Fonds National Suisse de la Recherche pour le subside octroyé,

ainsi que tous nos autres partenaires.

 

R_FNS_jugement.JPG

Étude des jugements d’évaluation des apprentissages et des pratiques de modération sociale  

Lucie Mottier Lopez (requérante principale), Walther Tessaro & Laurent Filliettaz

Le but de la recherche était d’étudier et de comprendre la dynamique des jugements évaluatifs des enseignant·es tels qu’ils sont ancrés dans leurs pratiques professionnelles, dans le cadre plus particulièrement d’évaluations certificatives à l’école primaire genevoise. Compte tenu de la centration actuelle sur la notion de compétence (dans le plan d’études romand, dans les moyens d’enseignement, dans les évaluations externes – PISA et cantonales, notamment), l’étude s’est centrée sur des tâches évaluatives complexes en français, langue première (production écrite de divers genres textuels) et en mathématiques (résolutions de problèmes additifs et multiplicatifs). Ce sont sur ces tâches que les enseignant-e-s disent éprouver plus spécialement des difficultés dans leur pratique évaluative.

Une des originalités fortes de la recherche était d’étudier les pratiques évaluatives des enseignant-e-s sur un plan individuel, c’est-à-dire quand l’enseignant·e corrige les travaux de ses élèves seul·e dans sa classe, et sur un plan collectif, c’est-à-dire dans le cadre de dispositifs de modération sociale. Ces derniers exigent des confrontations de jugements entre plusieurs enseignant·es à partir de leurs propres évaluations afin de soutenir la construction d’une culture d’évaluation commune. Les modérations sociales sont considérées comme étant susceptibles de renforcer la qualité des jugements évaluatifs des enseignant-e-s en termes notamment de cohérence, de comparabilité, de validité (e.g., Wyatt-Smith, Klenowski & Gunn, 2010).

Les buts généraux de la recherche étaient : (1) étudier la référentialisation (Figari & Achouche, 2012) des jugements évaluatifs sur un plan individuel et collectif, dont l’articulation entre les référents internes et externes qui servent de repères aux enseignant·es ; (2) étudier les dynamiques de modération sociale et les formes de raisonnements collectifs accomplis par les enseignant·es quand elles et ils confrontent leurs jugements d’évaluation et cherchent à construire un consensus ; (3) spécifier les critères de qualité des jugements évaluatifs du point de vue des acteur·rices de terrain ; (4) dégager ce qui relève d’une culture commune (Mottier Lopez, 2012) en évaluation dans le contexte de l’étude.

En termes de dispositif de recherche : les quatre degrés du deuxième cycle de l’école primaire genevoise étaient concernés (élèves de 8-12 ans). Deux cohortes d’enseignant·es ont été impliquées successivement : 18 enseignant·es de 5-6PHarmos, puis 13 enseignant·es de 7-8PHarmos. Trois volets ont organisé la recherche auprès de chaque cohorte : (1) observation du jugement évaluatif en acte de l’enseignant·e en train d’évaluer des travaux de ses élèves, associée à un entretien semi-directif (une fois en français, puis une fois en mathématiques) ; (2) réunions de modération sociale réparties sur trois jours ; (3) réplication du volet 1.

Dans la requête, nos hypothèses de travail étaient les suivantes : (a) derrière la variabilité inter-enseignant·es et inter-établissements concernant les modes d’évaluation et les jugements évaluatifs des enseignant·es, certains référents sont susceptibles d’être communément admis et partagés par les enseignant·es, dont les repères proposés dans le plan d’études officiel, les moyens d’enseignement, les épreuves externes, ainsi que les directives et documents élaborés par l’institution scolaire ou lors de formations continues. Pour que ces référents externes puissent jouer un rôle de régulation sur les pratiques d’évaluation interne, des démarches de confrontation et de construction d’un sens commun sont nécessaires. Les pratiques de modération sociale, fondées sur des échantillons d’épreuves authentiques d’élèves, sont susceptibles de contribuer à la construction de ce sens commun et de produire des effets de régulation sur les pratiques des acteur·rices de terrain, sous condition cependant que les référents utilisés pour interpréter les productions des élèves puissent être explicités et confrontés à des indicateurs objectivables tout au long du processus de référentialisation. (b) Si certains référents à l’évaluation sont susceptibles d’être communément admis et partagés entre enseignant·es, d’autres restent intimement liés aux situations sociales dans lesquelles la pratique évaluative se déploie. Le jugement évaluatif de l’enseignant·e reste « marqué » par ces situations spécifiques et circonstances locales. Certains aspects de l’évaluation sont alors foncièrement situés (Lave, 1988). Par le moyen des pratiques de modération sociale, des critères de qualité sont aussi susceptibles de s’élaborer à propos de cette spécification de l’évaluation à l’origine, entre autres, des variations irréductibles entre les jugements individuels.

La recherche s'est déroulée entre 2013 et 2016. Elle s'est poursuivie par un ensemble d'études complémentaires visant à toujours mieux appréhender le jugement évaluatif situé de l'enseignant·e, notamment en termes de référentialisation en acte (débouchant sur des renouvellements théoriques de la référentialisation), de dilemmes évaluatifs rencontrés et de stratégies de résolution utilisées par les enseignant·es-évaluateur·rices.

 

Publications principales

Mottier Lopez, L. & Morales Villabona, F. (2018). Quand des enseignants de l’école primaire évaluent des résolutions de problèmes additifs : études des incidents critiques en cours de jugement. Mesure et évaluation en éducation, 41 (1), 125-161.

Mottier Lopez, L. (2017). Une modélisation pour appréhender la référentialisation dans l’évaluation des apprentissages des élèves. In P. Detroz, M. Crahay & A. Fagnant (Ed.), L’évaluation à la lumière des contextes et des disciplines (pp. 169-192). Bruxelles : De Boeck.

Mottier Lopez, L., & Pasquini, R. (2017). Professional Controversies between Teachers about their Summative Assessment Practices: A Tool for Building Assessment Capacity. Assessment in education, 24 (2), 228-249.

Mottier Lopez, L., & Dechamboux, L. (2017). D’un référentiel d’évaluation fixe à une co-constitution référentielle dynamique, ce que nous apprend le jugement situé de l’enseignant. Contextes et didactiques, 9, 12-29.

Mottier Lopez, L., Serry, S. & Sales Cordeiro, G. (2016). Évaluation certificative de productions écrites d’élèves : référence au modèle didactique du genre textuel dans l’épreuve et lors de la correction de « faits divers ». Recherche en didactique du français, 8, 27-61.

Morales Villabona. F. & Mottier Lopez, L. (2016). Quelle évaluation collaborative dans la modération sociale entre enseignants ? In L. Mottier Lopez & W Tessaro (Ed.), Le jugement professionnel, au coeur de l’évaluation et de la régulation des apprentissages (pp. 289-312). Bern : Peter Lang (collection Exploration).

Serry, S.. & Tessaro, W. (2016). Construction d'instruments d'évaluation certificative à l'école primaire: discours et pratiques d'enseignants genevois. In L. Mottier Lopez & W. Tessaro (Ed.), Le jugement professionnel, au coeur de l'évaluation et de la régulation des apprentissages (pp. 25-50). Bern : Peter Lang (collection Exploration).

Tessaro, W., Dechamboux, L., Morales Villabona, F., & Mottier Lopez, L. (2016). La modération sociale pour se former à l'évaluation des apprentissages. Education permanente, (208), 65-76.

Tessaro, W. (2015). Les épreuves externes comme soutien au développement professionnel des enseignants dans leurs pratiques d'évaluation certificative: les apports d'une recherche collaborative. Evaluer. Journal international de Recherche en Education et Formation, 1(2), pp. 49-65.

Mottier Lopez, L. (2013). Vers une culture de l’évaluation conjointement construite. In J.-F. Marcel & H. Savy (Ed.), Évaluons, évoluons. De l’évaluation dans l’Enseignement agricole (pp. 197-207). Educagri Editions Recherche.

Mottier Lopez, L., Tessaro, W., Dechamboux, L., & Morales Villabona, F. (2012). La modération sociale : un dispositif soutenant l'émergence de savoirs négociés sur l'évaluation certificative des apprentissages des élèves. Questions Vives, 6 (18), 159-175.