Recherche Public/Privé

L'éducation entre public et privé : Régulations, logiques d'établissement et stratégies familiales

 

Bénéficiaire du subside et fonction : Barbara Fouquet-Chauprade, Maitre d'enseignement et de recherche (FPSE). 

Recherche financée par le Fond National Suisse

Montant du subside FNS : 763'739.- 

Durée : 4 ans, début septembre 2024

 


Résumé de la recherche

Avec 20% d’élèves dans l’enseignement privé (contre moins de 5% en moyenne en Suisse, CSRE, 2015), Genève est le canton qui y scolarise le plus d’élèves. Il se caractérise par la coexistence d’un enseignement public fortement régulé par la puissance publique (sectorisation et faible autonomie des écoles) et un privé très peu régulé. Ce qui en fait un cas à part tant les systèmes éducatifs sont en général cohérents du point de vue de la conception des systèmes de régulation du public et du privé.

Ce projet de recherche vise à étudier la coexistence de ces deux marchés scolaires publics et privés. Nous faisons l’hypothèse que les écoles publiques comme les écoles privées ont des intérêts communs qui expliquent cette coexistence. C’est à les révéler et à comprendre les conditions de leur coexistence et de leurs interrelations que ce projet de recherche veut répondre. Pour cela, nous analyserons la façon dont les acteurs se saisissent de ces marchés, comment ils y contribuent, ce qu’ils représentent pour eux et ce qu’ils en font.

Il s’organise autour de trois axes de questionnement : Comment les marchés scolaires sont-ils régulés par l’action publique ? (Axe 1) ; Quelles sont les logiques d’action des établissements du secondaire du public et du privé ? (Axe 2) ; Quelles stratégies sont mises en place par les familles au sein de ces marchés scolaires ?(Axe 3)

Pour y répondre nous développons 3 études. L’étude 1 (par entretien) se centre sur la puissance publique et les acteurs intermédiaires. L’étude 2 (par entretien) se centre sur les logiques d’actions des établissements secondaires du public et du privé. L’étude 3 (par questionnaire et entretien) vise à mieux comprendre les stratégies et les représentations des familles au sein du public et du privé.

 

English version - Research summary
With 20% of students in private education (compared to less than 5% on average in Switzerland, CSRE, 2015), Geneva is the canton with the most students in private education. It is characterized by the coexistence of a public education system that is highly regulated by the public authorities (sectorization and little autonomy for schools) and a very lightly regulated private sector. This makes it a special case, given that education systems are generally coherent in terms of the design of public and private regulation systems.

The aim of this research project is to study the coexistence of these two public and private school markets. We hypothesize that both public and private schools have common interests that explain this coexistence. The aim of this research project is to reveal these interests and understand the conditions of their coexistence and interrelationships. To this end, we will analyze the ways in which players seize these markets, how they contribute to them, what they represent for them and what they do with them.

It is organized around three lines of inquiry: How are school markets regulated by public action (Line 1); What are the logics of action of public and private secondary schools (Line 2); What strategies are implemented by families within these school markets (Line 3).

To answer these questions, we are developing 3 studies. Study 1 (by interview) focuses on public authorities and intermediary players. Study 2 (by interview) focuses on the rationale behind the actions of public and private secondary schools. Study 3 (by questionnaire and interview) aims to better understand the strategies and representations of families within the public and private sectors.