GRAFE-MAIRE

PROJETS

Projet " Principes d’une didactique fondamentale de la grammaire. Analyse de la situation en Suisse romande, expérimentation de dispositifs innovants et réexamen du statut de la transposition des objets grammaticaux " (FNS n°100019_179226, 2018-2022)

 La partie ingénierie de ce projet est soutenue par le Logo2cr2d.png

Présentation

Ce projet de recherche est motivé par les difficultés que rencontre l’enseignement grammatical en Suisse romande et dans les autres communautés francophones : de nombreux élèves ont d’importants problèmes de maitrise pratique et théorique des notions et règles grammaticales, et nombre d’enseignants sont désorientés par l’hétérogénéité des systèmes notionnels et des méthodes proposés dans les programmes et les manuels.

Cette situation suscite trois questions. La première est d’ordre méthodologique : s’il est admis désormais que la grammaire inclut les règles de la textualité tout autant que celles de la syntaxe phrastique, les méthodes d’enseignement sur ces deux axes doivent-elles être similaires ou différentes ? La deuxième question découle de la double orientation des objectifs assignés à l’enseignement grammatical, à savoir construire des connaissances du système de la langue et développer des compétences utiles pour la production et la compréhension de textes. Pour y faire face, divers dispositifs sont en concurrence, certains se caractérisant par une insertion du travail grammatical au sein d’activités centrées sur la production/compréhension des textes, d’autres différenciant nettement deux temps didactiques, l’un exclusivement consacré à l’analyse grammaticale, l’autre exploitant les acquis de cette analyse dans des activités textuelles : lequel de ces dispositifs privilégier ? La troisième question a trait à l’hétérogénéité des modèles théoriques de référence et des objectifs pratiques de l’enseignement grammatical : dans quelle mesure ces facteurs requièrent-ils une adaptation de la théorie de la transposition didactique aux conditions particulières de l’enseignement grammatical ?

Le présent projet a pour but de fournir des réponses à ces trois ordres de questions, tout en élaborant des propositions concrètes de clarification des objectifs et d’amélioration des dispositifs de l’enseignement grammatical. Il sera centré sur deux objets emblématiques des deux axes du domaine grammatical : - la fonction de complément du nom dont les recherches didactiques ont montré qu’elle donnait lieu à des activités cloisonnées d'identification et de dénomination, sans prise en compte de son rôle dans l’organisation textuelle ; - les valeurs des temps du passé dont les recherches ont montré qu’elles s’enseignaient en prenant comme seuls supports des récits littéraires, sans extension à d'autres genres textuels et sans perspective de construction d'un savoir systémique relatif aux valeurs potentielles de l’ensemble des temps verbaux. Pour ces deux objets, il s’agira de clarifier la situation de leur enseignement, par une analyse des ressources didactiques, par un examen des représentations qu’ont les enseignants de ces objets et des conditions de leur
enseignement et par une analyse des difficultés rencontrées par les élèves. Il s’agira ensuite d’élaborer et d’évaluer les effets de deux types de séquences d’enseignement, l’une conçue selon un principe d'intégration et l’autre selon un principe d'interaction entre travail grammatical et travail textuel, et en tenant compte des résultats obtenus, de construire des séquences d'enseignement (avec mode d’emploi) diffusables dans les milieux scolaires et de formation. Il s’agira enfin de mettre en évidence les particularités de la transposition didactique des deux objets sous analyse et, sur cette base, d’élaborer un modèle de la transposition potentiellement généralisable à toutes les rubriques similaires du domaine grammatical.

Cette recherche pourra ainsi avoir un triple impact : elle fournira des indications nuancées sur les modalités efficaces d’articulation entre enseignement grammatical et enseignement textuel, exploitables par les enseignants, les formateurs et les concepteurs de programmes ; elle fournira des éléments pour l’élaboration de supports didactiques plus pertinents ayant trait aux objets examinés ; elle permettra un approfondissement de la problématique de la transposition didactique tenant compte des spécificités de l’élaboration et de la circulation des savoirs grammaticaux.