GRAFE-FORENDIF

Helitte.ch

Histoire de l’enseignement de la littérature en « Français » et en « Italien »
(Suisse romande et Tessin, mi-XIXe-XXe siècles)

(durée prévue : de février 2021 à janvier 2025)

Subside FNS : 100019_197600/1 

 

Présentation

Ce projet de recherche se donne pour objectif d’historiciser l’enseignement de la littérature dans les disciplines « Français » et « Italien » sur l’ensemble de la scolarité obligatoire de l’espace de la Conférence intercantonale de l’Instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP) entre le milieu du XIXe siècle et les années 1980.

La recherche est motivée par le constat suivant : l’enseignement de la littérature en Suisse romande et au Tessin est soumis actuellement à une nécessaire reconfiguration. Celle-ci est liée d’une part à une remise en cause de la notion même de « littérature », en lien avec le développement du numérique et d’Internet. Elle découle d’autre part de nouvelles prescriptions qui posent désormais la littérature comme une composante essentielle de la langue maternelle, et ce dès les premières années du primaire, remettant en cause les pratiques en vigueur jusque-là au primaire et au secondaire.

Pour comprendre les enjeux actuels de l’enseignement de la littérature, la perspective historique apparaît comme incontournable. Nous partons en effet du postulat selon lequel, au sein des disciplines scolaires en constante évolution, les pratiques nouvelles se constituent à la fois à partir et contre les pratiques anciennes qui perdurent au fil du temps sous forme de couches sédimentées. C’est pourquoi, la présente étude portera sur la transformation de l’objet « littérature » dans les cantons de la CIIP depuis la mise en place des systèmes scolaires cantonaux au milieu du XIXe siècle jusqu’aux années 1980, qui voient l’émergence de la didactique des langues comme champ scientifique.

Deux axes en particulier seront envisagés :

  • Premièrement, quelle définition de la littérature se dessine dans l’enseignement de la langue maternelle à travers le temps, du point de vue des corpus littéraires sélectionnés, des objectifs visés, ainsi que des modalités d’enseignement privilégiés, en fonction des ordres d’enseignement et des publics d’élèves, filles et garçons de toutes les couches socio- culturelles ? Et sur la base de quelle périodisation ?
  • Deuxièmement, au sein de cette histoire de l’enseignement de la littérature, quels sont les points communs et les différences, d’une part en fonction des deux langues et cultures observées (français et italien), d’autre part en fonction des spécificités des différents cantons (catholiques, protestants, urbains, ruraux, (pré)industriel ou pas) et du rôle de certains acteurs politiques ou du monde scolaire ?

Pour traiter ces questions, la recherche se fondera sur l’étude d’un corpus de sources internes aux systèmes scolaires, recueillies dans les différents sites archivistiques des cantons de la CIIP : textes législatifs et prescriptifs (lois scolaires, règlements d’application, directives) et écrits des autorités et des acteurs politiques; ouvrages pour les enseignants et manuels scolaires ; fonds archivistiques des cantons (cahiers d’élèves, registres et planifications d’enseignants, etc.). Elle prendra appui ensuite sur une série de sources externes au système scolaire : presse romande et tessinoise ; revues pédagogiques ; etc. Ces diverses sources seront traitées selon une approche historico-didactique qui se fonde sur des concepts développés à la fois en histoire de l’éducation et en didactiques des langues et de la littérature.

En ambitionnant de rassembler, puis de mettre à disposition en open access l’ensemble des sources relatives à l’enseignement de la littérature en Suisse romande et au Tessin sur les deux derniers siècles, la présente recherche permettra d’abord la mise sur pied de nouvelles recherches sur l’histoire de l’enseignement en Suisse. Elle contribuera ensuite à une meilleure connaissance de l’histoire de l’enseignement de la littérature dans l’ensemble des cantons de la CIIP, constituant ainsi un apport inédit à l’historiographie des langues maternelles en Suisse. Enfin, elle fournira aux concepteurs de programmes, formateurs et enseignants des repères leur permettant de replacer les débats actuels sur l’enseignement de la littérature en Suisse dans le cadre d’une tradition pluriséculaire.

Membres :

Membres associés :

Collaboration :

Équipe de recherche en histoire sociale de l'éducation de l’Université de Genève (EHRISE)