Archives

Journée d'étude 2016 de Raisons éducatives

Vendredi 5 février 2016 | Uni Mail | 9h–17h

 

Le partage des savoirs
dans les processus de recherche en éducation

Coordination: Florence Ligozat, Maryvonne Charmillot et Alain Muller

 

La problématique de la journée porte sur les conditions de partage des savoirs qui se développent dans le cadre de processus de recherche impliquant diverses formes de relations entre des praticiens et/ou usagers des institutions d’enseignement et de formation (1) d’une part et des chercheurs, investigateurs de pratiques d’enseignement/apprentissage et/ou de formation, d’autre part.

Au-delà des dispositifs de recherche qui s’inscrivent explicitement dans des approches dites «collaboratives», «coopératives» ou «participatives», il s’agit de proposer une réflexion théorique, épistémologique et méthodologique sur le développement des rapports entre les différents acteurs dans la temporalité des processus de recherche relevant des sciences de l’éducation.

La formulation d’un tel objectif appelle nécessairement une problématisation des termes employés pour désigner les rapports entre les chercheurs et les autres acteurs («partage», «collaboration», «coopération», «participation», etc.) pour échapper aux implicites liés à leur polysémie. Par ailleurs, il semble inévitable de considérer les rapports entre les acteurs des processus de recherche sous l’angle des théories et modèles sous-jacents, de leurs finalités, mais aussi de leurs retombées effectives.

Une telle ambition pourra paraître bien vaste, en regard de la pluralité du champ des recherches en sciences de l’éducation et des profils de recherches qui s’y déploient. Sans prétendre à une couverture exhaustive des différents types de recherches menées dans le domaine, cette problématisation nous paraît pouvoir être ancrée dans un panel d’études de cas traitées par les contributeurs de l’ouvrage. En les invitant à (re)questionner les rapports entre chercheurs et praticiens/usagers developpés dans la temporalité d’un (ou plusieurs) processus de recherche qu’ils ont eu l’occasion de mener, nous proposons de créer les conditions d’une réflexion sur le « partage des savoirs » entre chercheurs et acteurs d’instances socio-éducatives.

 

Avec la participation de

Jean-Louis Genard (Université libre de Bruxelles) & Marta Roca i Escoda (Université de Lausanne)

Marco Allenbach (HEP Vaud)

Kristine Balslev (Université de Genève) & Roxane Gagnon (HEP Vaud)

Francia Leutenegger, Glaìs Sales Cordeiro & Carole Veuthey (Université de Genève)

Florence Piron (Université de Laval, Québec)

Denise Shelley Newnham (Glion Institute of Higher Education)

Myriam Gremion & Nilima Changkakoti (Université de Genève)

Kim Stroumza & Sylvie Mezzena (HES-SO)

Paul Olry (Institut Supérieur d'Agronomie, Dijon)

Nicolas Perrin (HEP Vaud) & Katja Vanini De Carlo (Enseignante DIP et Université de Genève)

Mireille Morellato (CREAD - Université de Bretagne occidentale) & Serge Quilio (Université de Nice)

Florence Ligozat (Université de Genève) & Corinne Marlot (HEP Vaud)

Stéphane Clivaz & Anne Clerc-Georgy (HEP Vaud)

(1) Cette formule pourrait surprendre. Nous aurions pu parler seulement de «praticiens» ou «professionnels en prise directe avec le travail d’éducation, d’enseignement et/ou de formation», mais avec le terme «usagers des institutions d’éducation et de formation» nous souhaitons inclure (ou ne pas exclure a priori) les processus de recherche portant sur les apprentissages scolaires et/ou expérientiels (informels), impliquant une relation entre chercheurs et apprenants directement.


Dans le cadre de la préparation de chacun des numéros de la revue Raisons éducatives, sous les auspices de la Section des sciences de l'éducation de l'Université de Genève (SSED), le Comité de rédaction et la SSED organisent une Journée d'étude ouverte à tou·te·s les membres de la Section et à toutes les personnes intéressées à réfléchir sur la problématique du numéro à paraitre.

5 février 2016
  Archives