Groupes de recherche en sciences de l'éducation

Intervention en situation scolaire : apprentissage et développement

Le groupe de recherche Intervention en situation scolaire est dirigé par le professeur Emmanuel Sander.

Domaines de recherche

Les recherches de l’équipe prennent leur ancrage en psychologie cognitive et sociale avec pour ambition de mettre leurs apports à disposition des enseignants afin de favoriser les apprentissages scolaires de tous. Elles se déclinent selon quatre axes de travail.

Conceptions des apprenants et des enseignants

L’équipe s’intéresse aux croyances concernant le redoublement, l’apprentissage, l’intelligence, l’évaluation et la justice, ainsi qu’au sentiment d’efficacité. Ceci soulève plusieurs questions : Quelles sont ces croyances ? Se modifient-elles avec le temps et/ou sous l’effet de la formation ? Comment sontelles structurées ? Quel est leur impact sur la façon de concevoir et de planifier l’enseignement ainsi que sur le sentiment d’efficacité des enseignants ? La façon dont ils organisent le rapport au savoir des élèves a-t-elle un effet sur leurs croyances ? Quel est l’impact des croyances des élèves sur leur motivation ?

La stigmatisation en contexte scolaire

Les apprentissages scolaires prennent place dans un contexte social susceptible de moduler le fonctionnement cognitif des élèves. Ce contexte peut avoir des significations différentes pour les élèves en fonction de leur appartenance groupale. Certains groupes sont sensibles à des phénomènes de stigmatisation qui peuvent influencer leur rapport aux situations d’apprentissage et d’évaluation et, donc, leur réussite scolaire. Dans ce cadre, nous travaillons notamment sur les élèves redoublants et sur les élèves en Réseaux d’éducation prioritaire (REP).

La gestion de la classe

Quel est le répertoire cognitif (croyances et connaissances) des enseignants et futurs enseignants en matière de gestion de la classe ? Comment les enseignants mobilisent-ils ce répertoire cognitif tout en tenant compte des facteurs situationnels et contextuels en vue de prendre des décisions durant les phases de planification et d’interaction en classe ? La construction et la mobilisation des savoirs des élèves en situation d’apprentissage Amener tous les élèves à être capables de résoudre des problèmes - scolaires ou non - est un des enjeux majeurs de l’éducation. De nombreuses recherches tentent d’avancer sur ce sujet délicat. Plusieurs hypothèses sont avancées : (1) certaines cognitives et/ou métacognitives, (2) d’autres motivationnelles, (3) d’autres émotionnelles. Les modèles actuels tendent à tenir compte des deux premières en y intégrant la dimension émotionnelle.