Actualités

Une orientation tout au long de la vie pour relever le défi de la dé-standardisation des parcours professionnels

Les parcours professionnels ont changé au cours des dernières décennies avec une de-standardisation et une pluralisation des carrières. La mondialisation, un marché du travail plus flexible, de nouvelles formes d’emploi (job sharing, travail occasionnel, travail nomade, etc.) sont quelques-uns des nombreux facteurs qui modifient les frontières d’une carrière au parcours bien défini. Cette évolution entre en conflit avec une certaine imperméabilité des secteurs professionnels. Cette tension contribue à renforcer un paradoxe de la vulnérabilité, selon lequel une diversification des perspectives de carrière et l'accent mis sur le libre arbitre (agentivité personnelle) contribuent également à augmenter le sentiment d'incertitude et les inégalités sociales. Pour décrire une carrière que l’on pourrait qualifier de durable, constituée d’une séquence d’emplois aux conditions adéquates et dont les transitions sont sécurisées par un dispositif d’accompagnement adapté, il semble nécessaire de considérer l’individu (en se référant à cette agentivité et capacité d’auto-détermination), son contexte (proximal et distal) et l’évolution temporelle. Si l’on souhaite promouvoir des carrières durables, il semble nécessaire de faire la promotion à la fois de l’apprentissage tout au long de la vie pour les personnes qui poursuivent une activité dans un même secteur, et une orientation tout au long de la vie pour les personnes qui sont amenées à changer de secteur. Promouvoir la durabilité sur des marchés du travail flexibles et déréglementés peut se révéler difficile. Cette durabilité est cependant nécessaire pour promouvoir le bien-être des employés. Pour relever ce défi, une approche intégrative avec des actions au niveau micro et macro, de l’orientation tout au long de la vie aux politiques publiques de soutien à l’insertion et l’intégration professionnelle, est nécessaire.

13 octobre 2020
  Actualités