Impact des activités anthropiques sur la présence et la distribution de métaux toxiques, les β-lactamases à spectre étendu et la résistance aux carbapénèmes dans les rivières urbaines d'Afrique subsaharienne

La dissémination des métaux toxiques, de bactéries résistantes aux antibiotiques et de leurs gènes de résistance (ARGs) dans les écosystèmes aquatiques des Pays d'Afrique Subsaharienne sont encore très peu étudiées, malgré leurs impacts potentiels pour la santé humaine et les organismes aquatiques. Dans ce contexte, la co-contamination et la distribution saisonnière des métaux toxiques et des ARGs dans les sédiments des rivières recevant les eaux usées urbaines non traitées et les effluents hospitaliers de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo ont été étudiées. Les ARGs conférant la résistance aux β-lactames (blaCTX-M et blaSHV), la résistance aux carbapénèmes (blaVIM, blaIMP, blaKPC, blaOXA-48 et blaNDM) et la charge bactérienne totale ont été quantifiés en utilisant la réaction quantitative en chaîne par polymérase (qPCR) à partir de l'ADN total extrait des sédiments. Les résultats mettent en évidence (i) une forte pollution des rivières par les métaux toxiques en corrélation avec une forte abondance de la population bactérienne (16S rRNA) et de nombre de copies des ARGs, (ii) une pollution multidiffuse provenant de l'activité humaine contribuant à la propagation des métaux toxiques et des ARGs dans les rivières urbaines.

Les auteurs recommandent la prudence et la réglementation pour l'utilisation d'antimicrobiens en médecine humaine et animale, afin de limiter la propagation des ARGs et des bactéries multirésistantes dans l'environnement.

 https://archive-ouverte.unige.ch/unige:135648

18 mai 2020

Actualités 2020

top