Comme un serpent de pierre sur un dolmen : découvertes exceptionnelles dans l’Akkar, au Liban.

 

De drôles de formes dans la roche, des mises en gardes sur les vipères à cornes …  C’est au cours d’une mission de préservation des dolmens de Menjez, dans le nord du Liban, que la Dr. Tara Steimer, chargée d’enseignement au Laboratoire d’archéologie préhistorique et anthropologie (LAP) du Département F.-A. Forel des sciences de l’envrionnement et de l’eau, a fait une découverte étonnante.

En effet, depuis 2018, une équipe du LAP, composée du Dr. Florian Cousseau (Post-doc), Antoine Caminada (étudiant de master), et dirigée par la Dr. Tara Steimer et la prof. Marie Besse, travaille avec la municipalité de Menjez et le château-musée de Belesta (situé dans le sud de la France), à la valorisation des superbes dolmens occupant le territoire de Menjez depuis plus de 6000 ans. Cette recherche est possible grâce à un subside obtenu auprès du British Council, dédié spécifiquement à des projets de protection du patrimoine dans des zones de conflit.

C’est dans ce contexte que l’équipe a découvert et mis en valeur une série de gravures et bas-reliefs représentant des serpents, toute une iconographie inconnue pour la région jusqu’à ce jour. Une quinzaine de blocs de pierre, réunis sur une parcelle de terrain et présentant les mêmes gravures, évoquerait même la possibilité d’un sanctuaire…

Un article sur le sujet est à découvrir dans la revue CAMPUS de Mars 2019, disponible ici, pages 44 – 47.

 

18 mars 2019

Actualités

top