Examen de français

Dispenses de l'examen de français

Il existe des dispenses sur deux bases différentes.

1) Est dispensé-e de l'examen de français le/la candidat-e :

  • de nationalité suisse ou liechtensteinoise ;
  • titulaire d'un diplôme de fin d'études secondaires supérieures suisse ou liechtensteinois remplissant les conditions d'immatriculation de l'UNIGE ;
  • titulaire d'un diplôme de fin d'études secondaires supérieures étranger remplissant les conditions d'immatriculation de l'UNIGE et dont la langue officielle d’enseignement est le français ;
  • titulaire d'un premier diplôme universitaire (bachelor ou titre jugé équivalent) obtenu dans une université et un programme reconnus par l’UNIGE, au terme d’une formation d’une durée de 3 ans minimum (au moins 180 crédits ECTS), et dont la langue officielle d’enseignement est le français ;
  • titulaire de l'attestation de réussite d'une année d'études complète de:
        - l'École de langue et de civilisation françaises (ELCF) de l'Université de Genève ;
        - l'Institut de langue et de civilisation françaises de l'Université de Neuchâtel ;
        - l'École de français langue étrangère de l'Université de Lausanne de niveau B2.
  • soumis-e à l’examen de français dans le cadre de l’ECUS (examen complémentaire des hautes écoles suisses) ;
  • à l’admission en Faculté de traduction et d’interprétation (FTI)
    • ayant réussi l’épreuve en français (langue active et passive) des examens d’admission spécifiques de la FTI (Baccalauréat universitaire en communication multilingue, Maîtrise universitaire en traduction et Maîtrise universitaire en interprétation de conférence);
    • dispensé-e-s, par la FTI, de l’examen d’admission pour l’accès à la Maîtrise universitaire en traduction, pour autant que le français fasse partie de sa combinaison linguistique
  • à un certificat complémentaire, si le programme ne l’exige pas ;
  • à une maîtrise universitaire, si le programme ne l’exige pas ;
  • à un certificat de spécialisation, si le programme ne l’exige pas ;
  • à une maîtrise universitaire d'études avancées en formation approfondie ;
  • à un doctorat.

Ces dispenses valent pour la totalité de l'examen (épreuves générale et complémentaire).

Nota bene :

  • Le/la candidat-e au Diplôme de français langue étrangère (DEFLE) offert par l’École de langue et civilisation françaises (ECLF) qui est dispensé-e de l'examen de français sur la base de sa nationalité ou sur la base d'un diplôme de fin d'études secondaires supérieures suisse ou liechtensteinois dont la langue d'enseignement officielle n'est pas le français doit passer un test de classement (à valeur indicative).
  • Pour l’admission au Diplôme d'études spécialisées en didactique du français langue étrangère (DESFLE), les compétences linguistiques sont vérifiées directement par l’ELCF lors de la préinscription. Aucune certification n'est requise.

2) Est dispensé-e de l'examen de français le/la titulaire d'un des diplômes suivants:

  • DELF (Diplôme d'Études de Langue Française) niveau B2 ;
  • DALF (Diplôme Approfondi de Langue Française) niveau C1 ou C2 ;
  • TCF avec au minimum le niveau B2 aux épreuves obligatoires et aux épreuves facultatives (complémentaires) ;
  • TCF DAP avec au minimum le niveau B2 aux épreuves obligatoires et à l'épreuve d'expression écrite (cette épreuve est obligatoire) ;
  • TEF (Test d'Evaluation du Français) avec au minimum le niveau B2 aux épreuves obligatoires et aux épreuves facultatives (complémentaires) délivré par la CCIP/Alliance française ;
  • Certificat des Cours d'été de l'Université de Genève.

Nota bene :

  • Le diplôme doit avoir été obtenu dans les 4 ans précédant la rentrée universitaire postulée (lundi de la semaine 8 pour le semestre de printemps ou lundi de la semaine 38 pour le semestre d'automne).
  • Ces dispenses ne valent que pour l'épreuve générale. Aucune dispense n'est accordée pour l'épreuve complémentaire exigée par la Faculté des lettres, y compris l'ELCF.