Session Formation initiale aux thérapies basées sur la mentalisation (TBM) - Paris 2019

Informations

Période

10 janvier 2019 - 12 janvier 2019
24 Heures enseignement en présence
3 jours: du 10 au 12 janvier 2019 / tous les ans

Langue

Français

Format

En présence

Renseignements

Jasmine LACHAT
+41 (0)22 379 94 23
mentalisation(at)unige.ch

Lieu

Paris

Inscriptions

Délai d'inscription

22 décembre 2018

Finance d'inscription:

env. CHF 1080.- (€900)

Objectifs

  • Accroître la capacité du patient à mentaliser, c’est-à-dire à comprendre l’expérience humaine comme étant sous-tendue par les besoins, émotions, motivations et intentions propres à chacun.
  • S’initier aux thérapies basées sur la mentalisation au moyen d’élaborations théoriques, de réflexions critiques, de cas cliniques et de méthodes pédagogiques innovantes
  • S’approprier les compétences cliniques et techniques permettant d’utiliser cette approche auprès d’adultes aux prises avec un trouble de la personnalité, avec troubles antisociaux et auprès des familles et des adolescents

Public

Psychologue clinicien, psychiatre, psychothérapeute, infirmier, éducateur, travailleur social, travaillant auprès de populations psychiatriques, possédant de bonnes connaissances du développement du trouble de la personnalité (psychodynamique, cognitivo-comportemental, biologique et social) attestant au minimum d’une année d’expérience de prise en charge thérapeutique (individuel ou en groupe), ayant bénéficié de supervisions, et, de préférence, fait un travail sur soi

Programme

Fondements théoriques de l’approche basée sur la mentalisation • Posture du thérapeute • Identifications des modes de pré-mentalisation • Interventions de base • Jeux de rôles • Interventions face à des comportements à risque • Mise en situation • Travail en groupe • Supervision vidéo • Évaluation de l’adhérence et des compétences

Direction

Prof. Martin DEBBANÉ, Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation (FPSE), Université de Genève

Coordination

Yasmina LACHAT, Université de Genève / Mario SPERANZA, Université de Versailles

Les termes utilisés pour désigner des personnes sont pris au sens générique; ils ont à la fois la valeur d'un masculin et d'un féminin.