Événements

Cours en accès libre

DFL-Banniere-web.jpg

Nouvelles technologies et établissements financiers: quel futur pour la relation client?

Depuis plusieurs décennies, les établissements financiers intègrent des outils technologiques pour améliorer leur organisation et les services fournis à leurs client-es. Cela étant, force est de constater une intensification importante de cette tendance ces dernières années, au point que c’est désormais la relation client-e en elle-même qui tend à se digitaliser. Dans une logique similaire, les produits financiers deviennent numériques, avec l’émergence de nombreux cryptoactifs. Cette évolution ultime pose la question de savoir ce qu’il va advenir de la relation client-e : l’utilisation des nouvelles technologies va-t-elle rapprocher les établissements financiers et leurs client-es ou, au contraire, les éloigner ? Dans ce dernier cas, de nouveaux entrants, qu’il s’agisse de start-ups fintech ou de géants de la technologie, vont-ils en profiter pour venir concurrencer efficacement les établissements financiers classiques ?

À l'occasion d'un cours en accès libre, Adrien Alberini et Philipp Fischer, tous deux responsables de modules et intervenants dans le cadre du Certificat de formation continue en droit de la finance digitale (CAS DFL), aborderont les aspects juridiques essentiels liés à la digitalisation de la relation client-e et des produits financiers, aspects qui sont fondamentaux à la mise en œuvre efficace de tout projet technologique au sein d’un établissement. Dans une perspective transversale propre au CAS DFL, Philipp et Adrien échangeront sur les enjeux qui relèvent du droit des marchés financiers, de la protection des données, du droit des obligations et de la propriété intellectuelle. Ils mettront notamment en exergue la manière dont certaines technologies, telles que la blockchain et l’intelligence artificielle, sont appréhendées juridiquement dans le secteur bancaire et financier. Les échanges seront modérés par la Professeure Aline Darbellay, également responsable de module et intervenante au sein du CAS DFL.

Ce cours en accès libre aura lieu le 10 février 2022, de 12h15 à 13h00. Il pourra être suivi en présence ou à distance. Pour les personnes qui suivront la conférence en présence, une collation sera offerte. Les intervenant-es seront disponibles de 13h00 à 13h30 pour répondre aux questions du public (en présence et en ligne), tant sur les sujets discutés pendant le cours que sur le programme du CAS DFL, étant rappelé que ce programme est ouvert à toute personne, juriste ou d’un background différent, s’intéressant à la digitalisation du secteur financier.

 

Les Intervenant-es

 

Prof. Aline DARBELLAY

Prof. Aline DARBELLAY
Directrice du CAS

Dr Adrien ALBERINI

Dr Adrien ALBERINI
Co-directeur du CAS

Philipp Fischer

Philipp Fischer
Responsable de module

 

Aline Darbellay, directrice du Certificat de formation continue en droit de la finance digitale, est professeure assistante au Centre de droit bancaire et financier de l’Université de Genève, titulaire d’un doctorat en droit de l’Université de Zurich et d’un LL.M. en droit comparé de l’Université de San Diego. Ses enseignements se situent dans les domaines du droit des marchés financiers, du droit bancaire et du droit commercial. Ses recherches portent principalement sur les questions liées aux marchés des capitaux et au droit des technologies financières (FinTech).

Adrien Alberini, co-directeur du Certificat de formation continue en droit de la finance digitale, est docteur en droit, titulaire d’un LL.M. in Law, Science & Technology de l’Université de Stanford et avocat au Barreau de Genève. Il exerce, publie et donne des conférences principalement en droit des affaires, avec un accent sur les questions tant de droit public que de droit privé liées aux nouvelles technologies. Il effectue en parallèle de la recherche académique dans ce domaine.

Philipp Fischer, responsable de module du Certificat de formation continue en droit de la finance digitale, est titulaire d’un LL.M. in International Finance de la Harvard Law School et avocat au Barreau de Genève. Après avoir travaillé au sein d’études d’avocats à New York, Zurich et Genève (2010 – 2016), il a co-fondé l’étude OBERSON ABELS SA en 2016. Il pratique le droit bancaire et financier, ainsi que le droit de la protection des données et le droit des sociétés.

Les termes utilisés pour désigner des personnes sont pris au sens générique; ils ont à la fois la valeur d'un masculin et d'un féminin.