Événements

Numérisation et patrimoine: que devient l’objet?

Débat autour de l’archéologie et du patrimoine culturel à l’ère de la transformation numérique

Le numérique impacte de plus en plus le monde réel. Cette confrontation du réel au virtuel pose de nombreux défis aux archéologues, aux juristes, aux musées, aux artistes, aux collectionneurs et collectionneuses et bien sûr au public. Ira-t-on encore au musée en 2040? Faut-il encore conserver à tout prix les œuvres et objets d’art anciens? À qui les œuvres numérisées appartiennent-elles vraiment? L’avenir de l’art et de notre patrimoine culturel est en train d’être redéfini, et les compétences des professionnel-les du domaine devront forcément être mises à jour. Deux professeurs de l’Université de Genève, Lorenz Baumer et Marc-André Renold, ont confronté leurs points de vue d’archéologue et de juriste sur ces questions, avec l’apport d’Anne Laure Bandle, enseignante, chercheuse et avocate.

 

Les Intervenant-es et l'objet

 

Prof. Lorenz BAUMER

Prof. Lorenz BAUMER
Faculté des lettres, UNIGE

Prof. Marc-André RENOLD

Prof. Marc-André RENOLD
Faculté de droit, UNIGE

Maîte Anne-Laure BANDLE

Dre Anne Laure BANDLE
Modératrice, UNIGE

Objet

L'objet
La statuette de l’Apollon de Mantiklos, représentant tous les objets d’art et d’archéologie

 

Lorenz Baumer a enseigné, avant sa nomination à l'Université de Genève, en archéologie classique aux Universités de Berne et de Bâle ainsi qu'à plusieurs reprises en qualité de directeur d'études invité à l'École pratique des Hautes Études (EPHE) à Paris et en qualité de professeur associé à l'université Paul-Valéry Montpellier III. Spécialiste de la sculpture grecque et des sanctuaires ruraux, il a aussi publié des études sur le portrait et la peinture hellénistiques, sur les reliefs historiques et les sarcophages romains et sur la Grèce à l’époque impériale et dans l’Antiquité tardive ainsi que sur la réception de la sculpture antique à l'époque moderne.

Marc-André Renold est professeur ordinaire à l’Université de Genève, responsable de l’enseignement de droit de l’art et des biens culturels. Il dirige le Centre du droit de l’art, une institution vouée à la recherche et à l’enseignement sur les questions juridiques relatives aux œuvres d’art et aux biens culturels. En outre, depuis 2012 il est titulaire de la Chaire UNESCO en droit international de la protection des biens culturels. Il est également avocat au Barreau de Genève où il pratique en particulier dans les domaines du droit de l’art, du droit civil et commercial international et du droit de la propriété intellectuelle.

Anne Laure Bandle est chargée de cours à l’Université de Genève, responsable d’un enseignement sur la philanthropie culturelle et le droit, et Directrice de la Fondation pour le droit de l’art. Elle est également avocate au Barreau de Genève où elle pratique en particulier dans le domaine du droit de l’art.

Les termes utilisés pour désigner des personnes sont pris au sens générique; ils ont à la fois la valeur d'un masculin et d'un féminin.