Entretien

La parole à...Sonia Halimi

IMG_7403-choisie-Sonia-OK.jpg

See this interview in English


La Professeure Sonia Halimi est codirectrice du Département de traduction depuis 2014 et responsable de l’Unité d’arabe de ce même département depuis 2013. Ses axes de recherche incluent l’enseignement à distance pour l’apprentissage de la traduction et, dans ce contexte, elle a joué un rôle déterminant dans le développement, par la FTI, d’une formation unique au monde : un Bachelor en Communication multilingue à distance. Disponible pour la combinaison arabe-français-anglais, cette formation appelée e-BA arabe a été lancée à la rentrée académique de l’automne 2019. Nous avons rencontré la Professeure Halimi pour en savoir plus.


Professeure Halimi, pourquoi (et pour qui) avoir créé un e-BA arabe ? 
L’idée d’un programme à distance au niveau du Bachelor a vu le jour lorsque j’ai pris mes fonctions à la tête de l’Unité d’arabe, en 2013. Elle a fait son chemin en passant par toutes les étapes réglementaires, et le processus de mise en place pédagogique et logistique, pour un lancement à la rentrée universitaire de 2019. 

L’e-BA arabe a d’abord été pensé pour les candidat-e-s établi-e-s dans des pays arabes, qui réussissent nos examens d’admission mais rencontrent des obstacles administratifs et financiers qui rendent impossible leur intégration à notre Faculté pour suivre les programmes en présentiel. L’e-BA arabe est également destiné à des candidat-e-s qui aspirent à une reconversion professionnelle mais ne peuvent pas renoncer à leur travail pour suivre une formation en présentiel.

De plus, l’offre de l’e-BA est motivée par les transformations que connaît la formation dans les métiers langagiers et la spécialisation croissante de la traduction au XXIe siècle. Elle matérialise les différents environnements d'apprentissage et les méthodes d'enseignement adaptées aux nouvelles technologies dans un monde de formation en constante mutation. L’e-BA arabe se veut flexible aussi bien au niveau du lieu de l’apprentissage que de la manière d’apprendre, et il répond en cela aux besoins d’un public d’apprenant-e-s de plus en plus sophistiqué et à des utilisateurs et utilisatrices de technologies. Il favorise ainsi le développement des compétences attendues sur le marché de l'emploi. 

Quelles sont les différences entre l’e-BA et le Bachelor traditionnel ? 
Le programme à distance est dispensé en parallèle du Bachelor en présentiel. Il contient les mêmes enseignements obligatoires et optionnels. Le programme inclut des cours de traduction, des cours communs de langue B (français et anglais), des cours de technologie de communication ainsi que des cours magistraux de spécialité. Il a la même valeur académique que le Bachelor en présentiel. En outre, il est régi par les Plan et Règlement d’études actuels. Concernant les examens, ils se dérouleront sur place, dans des centres partenaires. Les modalités d’examen sont identiques pour les deux types de Bachelor.

Quels obstacles a-t-il fallu surmonter pour réaliser ce projet novateur ? 
La mise en ligne d’enseignements aussi variés, par leur contenu et par les langues d’enseignement, a exigé avant tout le développement d’une vision commune avec les enseignant-e-s concerné-e-s, à travers des réunions régulières, des ateliers pédagogiques et des retours d’expérience. Tous les supports des cours concernés ont été repensés et adaptés pour être réalisés entièrement à distance dès la rentrée 2019-2020. Cela a requis un aménagement voire une transformation des contenus. Il a, de plus, été nécessaire d’avoir recours à des outils technologiques et des artefacts permettant de dynamiser les échanges synchrones (Smart notebook, Votamic). Sur le plan des stratégies pédagogiques et de l’articulation entre contenus, activités et accompagnements, des aménagements ont été réalisés avec les enseignant-e-s, en fonction de l’angle sous lequel chacun-e souhaitait aborder son cours, contribuant aussi à un développement professionnel. 

Je tiens à cet égard à transmettre ma reconnaissance à toutes et tous les collègues impliqué-e-s dans ce programme pour leur collaboration constructive et efficace, qui a été au cœur de nos échanges et rapports professionnels ces derniers mois. Je remercie également les conseiller-ère-s pédagogiques pour leur soutien essentiel et constant.

Quels avantages comporte l’e-BA arabe ? 
Pour l’étudiant-e, le programme favorise une approche dynamique et active qui stimule non seulement l’autonomie d’apprentissage, mais aussi l’élaboration de techniques de travail en équipe. La mise en place de l’e-BA arabe offre aussi la possibilité d’une mobilité virtuelle partielle avec les universités partenaires, dans le cadre des programmes de mobilité et d’échange en deuxième année du Bachelor. Il permet de pourvoir les étudiant-e-s d’échange, qui ne peuvent pas venir à Genève, de notre offre de cours et d’acquérir des crédits à la FTI.

Sur le plan international, l’e-BA arabe permet à la FTI de s’ouvrir à un public d’arabophones dans le monde entier. En effet, le fait de rendre accessible à distance un programme du niveau de notre Bachelor actuel aura aussi un impact sur le marché local de la traduction et des métiers langagiers. De façon réciproque, le programme en présentiel se développera grâce à son contact avec des contextes culturels variés. Cette expérience ouvrira ainsi des perspectives nouvelles tant sur le plan de l’enseignement que de la recherche. 

Enfin, l’e-BA arabe est un outil au service d’une science ouverte et connectée, portée par la stratégie numérique mise en place par l’Université de Genève face aux défis technologiques.

Dans ce contexte, la FTI développe-t-elle d’autres nouveautés numériques ? 
Oui, en effet. Dans la lignée de l’e-BA arabe, le projet de l’organisation des examens sur ordinateur, appelé e-Assessment, s’est déployé pour être en phase avec l’utilisation à grande échelle des outils informatiques dans le milieu professionnel de la traduction et avec le développement rapide des nouvelles technologies au sein de notre Université. 

De fait, les étudiant-e-s utilisent l’ordinateur pour leurs travaux tout au long de leur formation : réception des devoirs, recherches documentaires, échanges collaboratifs, réédition de leurs productions, réception des commentaires et du retour d’information de l’enseignant-e. La mise en place d’un dispositif d’examens e-Assessment devient ainsi un choix didactique dans la manière d’enseigner et d’évaluer les matières de nos programmes, au Bachelor et à la Maîtrise. Elle relève donc de la cohérence pédagogique. Le développement des plateformes d’enseignement utilisées par les enseignant-e-s de l’Université contribue, par ailleurs, à la dématérialisation du flux des travaux évalués. Enfin, le choix de recourir à l’ordinateur dans la phase de l’évaluation répond à une volonté de présenter à l’étudiant-e les conditions réelles de la profession, dans l’exercice de la traduction et les activités connexes ou pendant les tests d’embauche. 

L’e-Assessment, qui concerne à titre expérimental vingt examens de la session de janvier 2020, n’est qu’une facette d’une démarche globale de transformation numérique encouragée par l’Université de Genève. La vision de la FTI s’associe à cette démarche dans sa volonté d’introduire les innovations techno-pédagogiques dans l’enseignement et de former les traducteurs et les traductrices du XXIe siècle aux compétences numériques de haut niveau. La Faculté réaffirme ainsi son rôle de référence régionale, nationale et internationale.