Départements et unités

Terminologie

La Faculté de traduction et d’interprétation a toujours accordé une place centrale à la discipline de la terminologie, élément-clé dans le travail du traducteur spécialisé. L’équipe Terminologie mène ses recherches sur différents aspects de la discipline, tant du point de vue de la recherche fondamentale que de celui de ses apports pratiques pour la traduction et la communication au sens large.

Membres : Aurélie Picton, Donatella Pulitano, Mélanie Maradan, Julie Humbert-Droz, Emma Thibert et Tessa Paci Innocenti.



Axes de recherche

Actuellement, les recherches de l’équipe s’articulent autour de quatre axes principaux :

  1. Observation de la variation terminologique en corpus

    La prise en compte de la variation dans les langues de spécialité est un des enjeux majeurs de la discipline ces dernières années. Nos recherches portent à ce jour essentiellement sur la variation diachronique (notamment la néologie [4] et la déterminologisation [5]) et se placent sur trois niveaux :

    - méthodologique : réflexion sur les méthodologies à mettre en œuvre pour le repérage de la variation en corpus spécialisés comparables, ainsi que sur la place et le rôle des experts de domaine dans l’analyse [6]

    - descriptif : analyse du fonctionnement sémantique et lexico-syntaxique des termes en situation de variation [1]

    - théorique : réflexion sur la place de la variation diachronique dans les théories de la terminologie (en particulier dans le cadre de la Terminologie Textuelle) [7]

  2. Néologie collaborative en langue de spécialité (thèse en cours de Mélanie Maradan)

    Nos recherches dans le domaine de la néologie collaborative se concentrent sur les trois aspects suivants :

    - identité des (é)locuteurs profanes réalisant des activités de création néologique

    - méthodes de travail et argumentation en néologie collaborative

    - rôle des locuteurs profanes dans le développement du lexique et chances de succès des ressources lexicales produites par collaboration

  3. Utilisation de corpus pour la traduction spécialisée

    Les corpus constituent non seulement une base de nos méthodologies de recherche, mais également un objet de réflexion à part entière. Nous nous interrogeons plus précisément actuellement sur deux aspects :

    - le développement de méthodologie(s) et de stratégies d’exploration outillée de corpus (mono- et multilingues), qui prennent en compte la réalité professionnelle du traducteur. Ces travaux visent à étendre les recherches en terminologie textuelle et en linguistique de corpus à la pratique de la traduction et à mieux comprendre les besoins du traducteur et les réponses que peuvent lui apporter les corpus [2]

    - la création de ressources à partir de corpus pour accompagner le processus de traduction (projet CRISTAL).

  4. Pratiques de la terminologie

    Nos réflexions sont nourries par des contacts privilégiés avec les milieux concernés par la question de la terminologie, notamment par le biais des associations spécialisées telles que Computerm. Nous participons également à la rédaction d'ouvrages de sensibilisation à la discipline et de bonnes pratiques.


Retour en haut de page

Projets

L’équipe est actuellement impliquée dans les projets suivants :

HUMANITARIAN ENCYCLOPEDIA

Type de projet : financements multiples
Date : 2016 – en cours
Partenaires scientifiques :
L’Encyclopédie, portée initialement par le CERAH (Université de Genève et IHEID), est un projet multipartenaires international. Il repose notamment sur l’interface entre acteurs/actrices et chercheurs/chercheuses du domaine humanitaire. Deux organes assurent le pilotage et l’implémentation du projet : le Advisory Board et le Scientific Committee.

Plus spécifiquement et actuellement, quatre personnes contribuent actuellement aux différentes activités de recherche sur ce projet :

  • Prof. Doris Schopper, Faculté de Médecine, Université de Genève, Suisse
  • Prof. Clara Egger, Centre for International Relations, Université de Groningen, Pays-Bas
  • Prof. Aurélie Picton, TIM/FTI, Faculté de Traduction et Interprétation, Université de Genève, Suisse
  • Prof. Pilar Leon, Department of Translation and Interpreting, Université de Grenade, Espagne

Tous les membres du projet et leurs différents rôles sont détaillés ici.

Au cours des dernières décennies, l’action humanitaire a connu un développement et une diversification sans précédent, en raison, d’une part, de besoins croissants liés à des crises majeures toujours plus longues, et, d’autre part, du rôle stratégique grandissant joué par l’aide humanitaire dans la gestion des crises internationales. Dans ce contexte, l’Encyclopédie humanitaire propose de fournir à une communauté humanitaire de plus en plus diversifiée un cadre de référence clair et complet, enrichi de savoirs locaux et contextualisé. Ancré dans une démarche collective et mobilisant partenaires humanitaires et académiques, cette initiative a pour but de mieux cerner l’évolution de l’usage des concepts humanitaires selon les époques, les contextes géographiques, les cultures organisationnelles et les professions. Dans quel but ? Harmoniser, améliorer et approfondir la compréhension des concepts centraux afin de renforcer la cohérence et l’efficacité de l’action humanitaire dans son ensemble. Ce projet s’appuie sur les dernières avancées dans les domaines de la terminologie et de la linguistique informatique pour analyser la diversité du langage humanitaire à partir d’un important corpus de textes du domaine, et en représenter les connaissances adéquatement. À travers un processus dynamique et participatif, notre approche mobilise une équipe interdisciplinaire associant des linguistes, des linguistes-informaticien·ne·s et les expert·e·s académiques et professionnel·le·s du domaine humanitaire pour créer cette Encyclopédie.

Visitez le site du projet Humanitarian Encyclopedia pour plus d’informations

 

L’équipe a été dernièrement impliquée dans les projets suivants :

OCEAN, utilisation monitorée de contextes riches en connaissances pour la révision

Type de projet : Projet DGLFLF (Délégation générale à la langue française et aux langues de France)
Date : 2015-2016
Partenaires scientifiques :

  • LINA (requérant), Nantes, France
  • TIM/FTI, Genève, Suisse
  • ILCEA, Grenoble, France
  • Université Paris 7, France
  • Université Rennes 2, France
  • CETIM, Toulouse, France

Suite au projet CRISTAL, le projet OCEAN vise à évaluer l’intérêt de l’utilisation/intégration de contextes riches en connaissances pour le processus de révision.

CRISTAL , Contextes RIches en ConnaissanceS pour la TrAduction terminoLogique

Type de projet : ANR (Agence nationale pour la recherche, France)
Date : 2011-2015
Partenaires scientifiques :
Responsable : LINA, Nantes, France
Partenaires : Lingua&Machina, Paris
Laboratoire CLLE-ERSS, Toulouse, France
TIM/FTI, Genève, Suisse

Dans ce projet, la tâche de l’équipe est d’évaluer l’apport des lexiques bilingues extraits associés à leurs contextes riches en connaissances dans une situation d’aide à la traduction. Elle s’appuie sur l’élaboration de différentes mises en situation, ainsi que la définition d’une méthodologie et d’un environnement d’utilisation (interface) pour cibler les informations à présenter au traducteur et leur impact sur la qualité de la traduction. Cette tâche est menée en collaboration avec Emmanuel Planas (LINA) et Amélie Josselin-Leray (CLLE-ERSS).

« Présence de l’espace chez le grand public »

Type de projet : R&T (Recherche et Technologies), Centre national d’études spatiales
Date : 2010-2011 (fin de financement, mais recherche toujours en cours)
Partenaires scientifiques :
Responsable : CLLE-ERSS, Toulouse, France, Anne Condamines
Partenaire : TIM/FTI, Genève, Suisse, Aurélie Picton
À l’occasion de ses 50 ans, en 2010, le Cnes a réuni différentes disciplines scientifiques pour questionner la place du spatial auprès du grand public. Anne Condamines et Aurélie Picton ont été sollicitées, en tant que linguistes, par le service de communication du centre pour analyser la manière dont le spatial, comme ensemble de connaissances spécialisées réelles ou imaginaires, se diffuse auprès du grand public, de façon plus ou moins consciente depuis les 50 dernières années. Le point de vue adopté est celui de la linguistique de corpus pour travailler la notion de « dynamique » et mieux l’appréhender en corpus comparables, entre langue de spécialité et langue générale.


Retour en haut de page

Collaborations

L’équipe Terminologie entretient des liens de collaboration, tant pour la recherche que pour la formation des étudiants, avec plusieurs institutions, notamment le laboratoire CLLE-ERSS (CNRS et Université de Toulouse), le CRTT (Université Lyon 2), l’Université Catholique de l’Ouest (Angers), l’OLST (Université de Montréal), l’IULA (Université Pompeu Fabra), l’Université de Hildesheim.


Retour en haut de page

Formation

Nous encadrons la formation en terminologie, terminographie, terminotique, corpus pour la traduction et lexicologie (appliquée et spécialisée) à la faculté. Cette formation permet aux étudiants de se familiariser avec les questions propres à ces domaines, ainsi qu’avec les outils et les méthodes les plus à jour pour les accompagner dans leur future profession. Plusieurs possibilités s’offrent aux étudiants qui suivent ces cours :

- stages en terminologie et technologies de la traduction

- encadrement de mémoires

- encadrement de thèses de doctorat

- participation aux recherches de l’équipe.


Retour en haut de page

Publications citées dans cette page

[1] Condamines, Anne, & Aurélie Picton. (2014). Étude du fonctionnement des nominalisations déverbales dans un contexte de déspécialisation. Actes du Congrès mondial de linguistique française (p. 697-711)

[2] Planas, E., Picton, A., & Josselin-Leray, A. (2014). Exploring the Use and Usefulness of KRCs in Picton, A. (2014). Métalangage et sentiment linguistique des experts : regard en langue de spécialité. Le Discours et la Langue, 6(1), 77-90.

[3] Translation: Towards a Protocol. Actes de Terminology and Knowledge Engineering (TKE 2014) (p. 188-197).

[4] A., Picton, A., & Dehaut, N. (2012). Rôle du temps et de la pluridisciplinarité dans la néologie sémantique en contexte scientifique: étude outillée en corpus. Dans Gérard, C. & Katabek, J. (Ed.) Néologie sémantique et analyse de corpus, Cahiers de lexicologie; 100 (p. 161-184). Paris: Classiques Garnier.

[5] Condamines, A., & Picton, A. (2012). Des communiqués de presse du Cnes à la presse généraliste. Vers un observatoire de la diffusion des termes. Dans Langues de spécialité et néologie, Journées du CRTT (Centre de Recherche en Terminologie et Traduction). (à paraître).

[6] Picton, A. (2011). Picturing Short-Term Diachronic Phenomena in Specialised Corpora. A Textual Terminology Description of the Dynamics of Knowledge in Space Technologies. Terminology, 17(1), 134-156.

[7] Dury, Pascaline & Aurélie Picton (2009) « Terminologie et diachronie : vers une réconciliation théorique et méthodologique ? », Revue Française de Linguistique Appliquée (RFLA), XIII.

[8] Aurélie Picton (2008) « Combining Clues to Explore Knowledge Evolution », In Actes de la Conférence internationale Terminology and Knowledge Engineering (TKE), Copenhague, Danemark, 19-21 août 2008.


Retour en haut de page