Centres et programmes affiliés

Grands projets

Dialogue des Cultures

La rapidité de l’information, l’essor des nouvelles technologies axées sur le savoir, l’augmentation considérable des phénomènes de mobilité et de migrations, auxquels s’ajoute quantité de facteurs liés à ce que l’on appelle la globalisation, tous ces phénomènes font en effet que les cultures, qui autrefois communiquaient de manière sporadique, aujourd’hui cohabitent et même s’interpénètrent. Ainsi, c’est sur le plan culturel qu’apparaissent nombre de nouveaux défis aussi bien que de nouveaux dangers.
     
A travers l’organisation d’un authentique « Dialogue des Cultures », le Centre de Compétences Dusan Sidjanski en études européennes (CCDSEE) en association avec le Centre Européen de la Culture (CEC) veut mettre en place une stratégie visant à apporter des réponses concrètes à cet enjeu qui marquera les décennies à venir. Dans sa démarche conjointe, le CCDSEE et le CEC souhaitent s’appuyer sur les nombreux réseaux internationaux qui existent à Genève, et associer étroitement selon sa pratique éprouvée les autorités cantonales et la Confédération. Le dialogue des cultures s’appuie de surcroit, comme l’ONU et les organisations internationales spécialisées et son gouvernement, sur une mobilisation des médias régionaux, nationaux et internationaux qui suivent ces nombreuses activités, ainsi que sur les réseaux sociaux.

Descriptif complet du projet

Dialogue des cultures à l’aube du XXIe siècle, hommage à Denis de Rougemont, dir. D. Sidjanski (en coll. avec F. Saint-Ouen), Bruxelles, Bruylant (Coll. du CEC), 2007, 263 p.

Avant-Propos (PDF)
Table des Matières (PDF)

L’Union européenne face à la montée des régions

Le but de la recherche préparatoire et du colloque scientifique est d’analyser ces dynamiques en les replaçant dans une approche fédéraliste de la construction européenne, sachant qu’il ne s’agit pour autant pas de l’approche majoritaire dans l’Union Européenne. La complexité et le caractère multidimensionnel de cette question supposent également d’adopter une démarche interdisciplinaire.

Le colloque réunira le 24 et 25 octobre 2019 à l’Université de Genève environ 20 personnes venant des milieux académiques, politiques ou économiques. Chacune des 6 régions emblématiques sélectionnées (voir ci-dessous) sera représentée au moins par deux personnes ayant des opinions différentes, voire opposées, sur la question de l’autonomie et de l’indépendance. Des spécialistes du fédéralisme ainsi que des représentants de l’Union Européenne y participeront également. Leur rôle sera de mesurer l’impact des tendances sécessionnistes, non seulement sur les Etat concernés, mais aussi sur l’ensemble de l’Union Européenne, de tirer des leçons et de formuler des recommandations.

Descriptif complet du projet

Suisse - Union européenne : A la recherche d’un cadre durable

Il s’agit d’examiner l’évolution des relations entre l’Union Européenne et la Suisse suivant une approche interdisciplinaire : politique, sociétale, culturelle, économique, juridique, science et recherche, sécurité et défense, en faisant ressortir les éléments d’interdépendance et en contribuant à la recherche de solutions durables aux problèmes existants entre la Suisse et l’UE. Paradoxalement, la Suisse qui est le pays le plus intégré dans l’Union, n’est pas membre.

L’originalité consiste à porter l’attention sur les deux acteurs, c’est-à-dire pas seulement la manière dont la Suisse regarde l’Union Européenne mais aussi dont l’Union Européenne regarde la Suisse, ce qui se fait rarement dans ce genre de projet.

Les objectifs sont principalement au nombre de six :

  • Analyser l’interdépendance entre la Suisse et l’UE et son évolution sous un angle dynamique ;
  • Faciliter et promouvoir la compréhension mutuelle ;
  • Garantir une pérennité aux relations Suisse-UE en leur assurant un cadre et une sécurité à long terme.
  • Diffuser les résultats en français, allemand, anglais, auprès des responsables-clés du dossier et auprès du grand public au travers des médias.
  • Offrir la possibilité à des post-docs de poursuivre leurs recherches et ne pas laisser se perdre leurs compétences.
  • Fournir une base scientifique et des données objectives aux acteurs politiques et aux médias en Suisse.

Descriptif complet du projet