Claudia Berger - 牧晨曦


Je suis chargée d’enseignement du chinois moderne à l’Unité des études chinoises, Dpt ESTAS, Faculté des lettres de l’Université de Genève depuis plus de 25 ans, principalement pour les étudiant-e-s du Baccalauréat académique de 1re et 2e années, mais aussi en formation continue.

Après une première formation en sciences de l’éducation à l’École normale de Neuchâtel (devenue la HEP BEJUNE), j’ai obtenu une Licence en lettres de chinois et d’anglais de l’Université de Genève en 1993. Je m’intéresse à la linguistique appliquée, notamment dans le cadre de l’enseignement du chinois et du français langues 2, à tous les domaines impliquant les compétences plurilingues et multiculturelles des élèves du primaire au tertiaire en Suisse, ainsi qu’à la formation des enseignant-es en didactique des langues.

Mes projets majeurs : création en 2008 d’un projet intitulé ChineWeb qui teste diverses recherches sur l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’enseignement du chinois. En 2009, suite à une formation TECFA sur les projets e-Learning, création et intégration dans ChineWeb d’un cours eTandem semestriel entre des étudiant-es de français de l’Université du Hubei à Wuhan en Chine et des étudiant-es du BA3 de chinois de l’Université de Genève, avec WANG SZILAS Jue, qui a écrit une thèse sur le sujet, ZHANG Ling Frank et LIANG Huan Denis, tous les deux enseignants à Wuhan. Des étudiant-es de chinois de l’INALCO à Paris se sont également joint-es à ce cours en ligne dès la rentrée académique 2012, d’abord sous la responsabilité de Mme Zhitang DROCOURT, puis de Mme Hong DAVID.

Depuis 2015, je suis active dans la formation des enseignant-es de chinois à divers niveaux associatifs : l’Association suisse pour l’enseignement du chinois (ASEC), l’Association de didactique des langues étrangères suisses (ADLES), et l’Association européenne de l’enseignement du chinois (EACT-AEEC), où je représente la Suisse par l’ASEC. J’entretiens aussi un faible espoir que les langues dites distantes (arabe, chinois, coréen, hindi, japonais etc.) soient enseignées un jour comme option spécifique au secondaire supérieur dans le système éducatif suisse, lorsqu’on ne parlera plus des didactiques des langues, mais de la didactique des langues.