Enseignement spécialisé

Stage 2 MESP

Du 17.03.25 au 12.05.25 (stage compact de 6 sem: lundi, mardi, jeudi, vendredi)

Séance de lancement :
Jeudi 6 mars 2025,
de 17h15 à 19h00,
Salle : (à venir)

Co-formation :

Date : (à venir)

8h30-12h00/13h30-16h00

1. Développer et exercer les compétences pédagogiques, didactiques, sociales et communicationnelles de la fonction d'enseignant∙e spécialisé∙e dans les différents contextes institutionnels de l'enseignement spécialisé.


2. Développer et exercer les différentes modalités de collaboration avec les parents ainsi que les partenaires professionnel∙les de l'enseignement ordinaire et de la pédagogie spécialisée.


3. Apprendre à planifier, mettre en oeuvre et réguler l'enseignement en tenant compte des besoins pédagogiques et didactiques particuliers des élèves, des programmes scolaires et des contingences institutionnelles.


4. Savoir recourir et intégrer dans son activité professionnelle les outils d'évaluation, d'enseignement et d'aménagement spécifiques aux différents contextes de scolarisation.


5. Développer une posture professionnelle dans ses dimensions instrumentales, socio-affectives et relationnelles.

 

 

 

Les trois stages en responsabilité de la MESP occupent une place centrale dans le parcours de la formation. Il est important que l’étudiant∙e, le/la formateur/trice de terrain (FT) et le/la formateur/trice universitaire (FU) prennent connaissance de leurs rôles et tâches respectifs dans le but commun de formation à la profession d’enseignant∙e spécialisé∙e.


L’étudiant∙e

Le formateur/la formatrice de terrain

Le formateur/la formatrice universitaire

 

Durant le stage en classe spécialisée, l’étudiant∙e sera progressivement capable de…

… au niveau du contexte institutionnel :

  1. Recourir aux informations pertinentes sur le fonctionnement des classes d’enseignement spécialisé et de la classe en particulier.

  2. Repérer les caractéristiques de la fonction d’enseignant∙e spécialisé∙e exerçant en contexte de classes d’enseignement spécialisé au sein d’un établissement scolaire ordinaire.

  3. Repérer les particularités du contexte institutionnel qui infléchissent l’activité professionnelle d’enseignant∙e spécialisé∙e.

… au niveau des tâches collaboratives de l’enseignement :

  1. Intégrer son activité d’enseignant∙e spécialisé∙e au fonctionnement institutionnel selon ses spécificités.

  2. Interagir selon divers modes de collaboration avec le/la FT, les différents partenaires des classes d’enseignement spécialisé et de l’établissement scolaire.

  3. Se sensibiliser aux modes de collaboration famille-école en vigueur dans les classes d’enseignement spécialisé, ainsi qu’aux moyens de communication et d’évaluation mis en place.

  4. Participer au travail de réflexion et de régulation multi-professionnelle lors des dispositifs des classes d’enseignement spécialisé et de l’établissement scolaire prévus à cet effet.

… au niveau des tâches pédagogiques et didactiques de l’enseignement :

  1. Analyser et s’ajuster aux conditions pédagogiques et didactiques mis en place par les classes d’enseignement spécialisé et la classe en particulier.

  2. Prendre connaissance des objectifs d’enseignement en cours en se référant au PER, aux projets pédagogiques et didactiques des élèves et à la planification.

  3. Identifier, en collaboration avec le FT, les besoins pédagogiques et didactiques particuliers des élèves en fonction des tâches à accomplir et savoirs à apprendre.

  4. Connaître et recourir aux moyens et outils pédagogiques et didactiques d’enseignant∙e.

  5. Planifier et préparer des activités didactiques en prenant en compte les indications du/de la FT, les savoirs à enseigner, les besoins particuliers des élèves et le collectif de la classe.

  6. Mettre en œuvre et réguler des activités d’enseignement et d’apprentissage en contexte de classe d’enseignement spécialisé et des dispositifs de collaboration prévus au sein de ce contexte.

  7. Participer aux situations pédagogiques et didactiques de l’ensemble de l’établissement scolaire (décloisonnements, semaines à thème, ACT, éducation physique, journal d’école,etc).

  8. Savoir initier et poursuivre une relation avec chaque élève fondée sur une confiance et des attentes réciproques dans le respect des élèves et des règles de vie de l’établissement scolaire.

  9. Comprendre les interactions complexes d’un groupe d’élèves au sein des classes d’enseignement spécialisé et de l’établissement scolaire et les réguler avec le/la FT.

… au niveau de la posture professionnelle :

  1. Ajuster ses actions dans des situations imprévues en demandant de l’aide au/à la FT ou à tout-e autre partenaire professionnel-le.

  2. Reconnaître les réussites et les obstacles rencontrés, les partager et les réfléchir avec le/la FT, l’équipe multi-professionnelle ou les partenaires de l’établissement scolaire.

  3. Adopter une posture d’analyse et de régulation de son activité professionnelle dans ses dimensions sociales, instrumentales, cognitives et socio-affectives.

  4. Identifier ses besoins de formation dans une prise de distance avec le quotidien institutionnel.

Avant le stage :

 

Avant le début du stage, l’étudiant∙e prend contact avec le/la formateur/trice de terrain et il/elle passe une journée (ou son équivalent) dans la/les classe(s) d’enseignament spécialisé. Le/la formateur/trice communique à l’étudiant∙e les différents projets en cours. L’étudiant∙e s’approprie les projets et les objectifs d’enseignement. En outre le/la formateur/trice lui communique les informations nécessaires sur les différentes situations d’intégration et/ou de collaboration avec les autres membres de l’équipe, ainsi que les caractéristiques et besoins des élèves. Ils entament une réflexion commune à propos du projet de stage selon les rubriques du canevas prévu à cet effet.

Pendant le stage :

 

Durant les 4 premiers jours de stage, l’étudiant∙e observe son/sa FT en activité dans les différentes tâches pédagogiques, didactiques et collaboratives menées. Il s’agit d’une observation participante de la part de l’étudiant∙e. Cette première période d’observation lui permet d’approfondir son projet de stage en concertation avec le/la FT et de le rédiger. Le projet de stage est à rendre au/à la FU de référence à l’issue de ces 4 jours.

Les 4 jours suivants, l’étudiant∙e et le/la FT co-planifient et co-élaborent certaines séquences didactiques que l’étudiante mettra lui-même/elle-même en œuvre. Le/la FT adopte lors de la mise en œuvre de ces séquences, une posture d’observateur/trice participante.

Durant les 16 derniers jours de stage, l’étudiant∙e assume la responsabilité de la fonction d’enseignant∙e.

Il/elle participe aux moments de régulation avec le/la FT (au moins cinq heures de réunions par semaine durant le stage) s’appuyant sur les instruments d’observation fournis. Il/elle participe à une séance tripartite formative à l’IUFE en présence du/de la formateur/trice universitaire, d’autres étudiant∙es et formateurs/trices de terrain.

Durant le stage, l’étudiantassume la responsabilité des tâches en l’absence du/de la FT, au minimum durant une journée (journée de coformation).


Après le stage

 

L’étudiant∙e effectue un retour sur le fonctionnement du stage et mène une réflexion sur son projet de stage. Il/elle participe ensuite à la réunion tripartite d’évaluation (étudiant∙e/FT/FU) au cours de laquelle il/elle présente une analyse (d’une durée de 20 minutes) portant sur une problématique relative à l’exercice de son activité professionnelle en lien avec une situation de collaboration au sein des classes d’enseignement spécialisé ou avec une classe ordinaire de l’établissement scolaire. Il/elle peut choisir de présenter son analyse de manière individuelle ou collaborer avec un∙e autre étudiant∙e ayant effectué son stage dans le même dispositif de classes d’enseignement spécialisé.

Évaluation formative

 Tout au long du stage, l’étudiant∙e et son/sa formateur/trice de terrain ont des échanges sous forme de réunions formelles et moins formelles (environ cinq heures par semaine) pour discuter et réguler les différents aspects de l’activité professionnelle mise en œuvre et à mettre en œuvre au regard des objectifs généraux et spécifiques du stage. A cet effet, un instrument d’évaluation formative est fourni aux deux partenaires. La réunion polypartite ou tripartite réunissant étudiant∙e(s), FT et FU contribue aussi à l’évaluation formative du stage.

 

Évaluation certificative


La certification comporte 3 volets qui donnent lieu au bilan certificatif.

 

Volet 1 : Les compétences professionnelles de l’étudiant∙e

Volet 2 : Les compétences d’analyse de l’activité professionnelle

Volet 3 : Le respect du dispositif

 


Bilan certificatif

 

Pour réussir le stage, l’étudiant∙e doit obligatoirement obtenir l’appréciation « suffisant«  (S) à chacun des trois volets de l’évaluation certificative. Le bilan certificatif est établi conjointement par le/la FT et le/la FU selon l’échelle d’évaluation prévue par le Règlement d’étude de la MESP (note de 6 à 3.5 ; 6 = excellent niveau de maîtrise ; 5.5 = très bon niveau de maîtrise ; 5 = bon niveau de maîtrise ; 4.5 = niveau de maîtrise satisfaisant ; 4 = niveau de maîtrise suffisant ; 3.5 = non-acquis).

  1. En cas de résultat insuffisant à l’un des 3 volets de l’évaluation certificative, la note de 3.5 est attribuée au stage de la formation pratique.

Volet I et/ou volet III « insuffisant » : L’étudiant-e effectuera un stage compensatoire (d’une même durée que le stage initial) dans un autre lieu de stage, aux dates qui seront proposées par la responsable des stages.

Volet II « insuffisant » : une nouvelle réunion tripartite est organisée afin que l’étudiant-e puisse présenter une nouvelle analyse. La nouvelle note attribuée au stage figurera dans le relevé des notes du semestre suivant

  1. En cas de problème constaté pour l’évaluation du volet 1 (Compétences professionnelles de l’étudiant) ou du volet 3 (Respect du dispositif), mais ne donnant pas clairement lieu à un insuffisant, le/la FT et le/la  FU sursoient à la certification du stage et en informent la responsable académique des stages. Au regard des instruments d’évaluation formative et du parcours de formation de l’étudiant∙e, l’équipe de formateurs/trices des stages statue sur des modalités de régulation que l’étudiant∙e doit faire (période de stage additionnelle). En cas de période de stage additionnelle, l’étudiant∙e doit effectuer une à deux semaines supplémentaires (maximum 1/3 du temps du stage), avec des objectifs spécifiques à atteindre et le/la FT et le/la FU procèdent à l’évaluation certificative au terme de cette période. Un résultat insuffisant entraîne la note 3.5 au stage et les modalités de rattrapage sont définies. 

 

Ce contrat pédagogique régit le stage F4E40605 « Enseigner en classe spécialisée » en complémentarité avec le contrat-type (cf. annexe).

 

 

Jours de présence dans la classe du/de la titulaire :

 

Les stagiaires sont présent∙es le lundi, le mardi, le jeudi et le vendredi dans les classes. Le mercredi, ils/elles ont en principe des cours à l’université.

 

Si le/la formateur/trice de terrain est absent∙e de manière régulière l’une de ces huit demi-journées en raison d’une décharge liée à des périodes d’enseignement le mercredi matin ou d’une décharge d’âge, trois possibilités s’offrent à lui/elle par ordre de priorité:

 

 

 

  1. Le/la stagiaire vient en classe le mercredi matin si cette organisation est compatible avec ses horaires de cours et/ou son activité professionnelle.

  2. Si la première possibilité n’est pas envisageable, alors le/la stagiaire reste en classe malgré l’absence du/de la titulaire formateur/trice. Il/elle assume ses tâches d’enseignement en présence de l’enseignant∙e complémentaire, à condition que les élèves ne soient pas sous la responsabilité d’un remplaçant∙e durant ces périodes. Par ailleurs, dans ce cas de figure, l’enseignant∙e complémentaire doit être informé∙e de la présence du stagiaire lors de ses périodes d’enseignement.

  3. Si aucune de ces possibilités n’est envisageable alors, le/la stagiaire est accueilli∙e dans la classe d’un∙e collègue d’une classe d’enseignement spécialisé au sein de l’école afin de pouvoir observer un contexte d’enseignement similaire. Si ce collègue accueille lui aussi un∙e stagiaire, alors les deux stagiaires peuvent envisager des modalités de co-enseignement durant cette demi-journée.

 

Maladie du/de la formateur/trice de terrain :

Les stagiaires peuvent remplacer leur formateur/trice de terrain pour l’équivalent d’une durée maximale de trois jours durant le stage. Ils ne peuvent le faire que s’ils/elles sont inscrit∙es comme remplaçant-e à l'OMP. Dans le cadre d'une structure privée subventionnée, se renseigner auprès de la direction-même. Ces remplacements ne doivent pas être compensés par des journées en présence des formateurs/trices. 

 

Autres types d’absences du/de la formateur/trice de terrain :

Les stagiaires, inscrit∙es comme remplaçant-e à l'OMP peuvent remplacer leur formateur/trice de terrain quelle que soit la raison de l’absence (formation continue individuelle ou collective).Dans le cadre d'une structure privée subventionnée, se renseigner auprès de la direction-même. Ceux-ci ne peuvent donc pas accompagner leur formateur/trice à une formation. Le remplacement effectué pour cause de coformation à l'Université fait partie intégrante du dispositif du stage et n’est en aucun cas rémunéré. 

La durée maximale de ces absences équivaut à 3 jours (y compris les absences pour cause de maladie).

 

 

 

 

 

 

 

Absences du stagiaire :

 

Les stagiaires doivent compenser leurs absences. Pour rappel, la présence en classe est requise durant 16 jours pour que le stage puisse être validé. Ces absences peuvent être remplacées à la convenance des partenaires soit durant la période de stage, soit à la fin du stage.

 

 

 

Dispositif de transformation de l’insertion professionnelle en dispositif de stage :

 

En choisissant de déposer une demande de dérogation, l’étudiant-e s’engage à rendre prioritaire son projet de formation dans le cadre de son insertion professionnelle

 

  1. Étapes formelles à suivre en amont de la demande :

 

a)         L’étudiant-e remplit le formulaire de demande de dérogation disponible sous l'onglet "documents internes du stage".

 Les informations contenues dans le formulaire de demande de dérogation permettent à la responsable académique des stages de la MESP de s’assurer que les conditions formelles à remplir pour initier une demande de dérogation conformément au RI stages, art. 1.6 et précisées dans les annexes, le sont effectivement (ou le seront) au moment de l’octroi de la dérogation.

 

En outre, ce document est visé pour accord, par le/la RP et le/la DESI responsable de la structure dans laquelle se déroulerait le stage. Ce visa, certifie que les conditions formelles annoncées correspondent à la situation actuelle de l’étudiant-e.

 

b)      L’étudiant-e rédige une lettre de motivation adressée au comité de programme de la MESP. Celle-ci lui permet d’exposer les motifs de sa demande tout en démontrant la pertinence d’un recours à ce dispositif particulier dans le cadre de son parcours de formation.

 

Le formulaire de demande de dérogation et la lettre de motivation sont à envoyer à stagesmesp(at)unige.ch

 

2. Une fois la dérogation accordée :

 

L’étudiant-e s’engage à respecter les exigences posées par le dispositif de formation, aux différentes étapes de la mise en œuvre de la transformation de l’insertion professionnelle en dispositif de stage.

 

Avant le début du stage :

a)       Participation à la séance de lancement du stage (spécifique au dispositif d’insertion professionnelle)

b)      Constitution d’un projet de stage:

  • Description de son contexte professionnel et des incidences de celui-ci sur son activité professionnelle d’enseignant.e spécialisé.e.
  • Mise en évidence des préoccupations liées à son activité professionnelle et des pistes de régulation déjà expérimentées.
  • Identification de besoins de formation en lien avec les objectifs spécifiques du stage
  • Mise en évidence et planification des temps consacrés à l’atteinte des objectifs de formation dans le cadre de son activité professionnelle (temps individuels et temps de régulation avec le, la FT externe).

 

c)       Constitution d’un projet d’enseignement :

  • Identification des tâches, projets, activité à réaliser avec les élèves durant la durée du stage
  • Planification de leur réalisation (sur agenda)
  • Mise en évidence des liens avec les objectifs individuels et collectifs visés pour les élèves (articulation PEI/PER)
  • Identification et planification des tâches de collaboration avec les collègues directs, l’équipe, les parents, le réseau, etc.

 

d)      Articulation du projet de stage au projet d’enseignement

  • Identifier le potentiel de transformation de l’environnement de travail en environnement de formation
  • Montrer comment et en quoi ces deux projets peuvent être articulés dans cet espace-temps de transformation de l’insertion professionnelle en dispositif de stage

 

Pendant le stage :

 

a)       En présence des élèves :

  • Exercice des tâches d’ordre pédagogique, didactique et collaboratif (voir objectifs spécifiques à atteindre pour chaque stage)
  • Analyse et régulation dans l’action de sa posture professionnelle

 

b)      En l’absence des élèves :

  • Exercice des tâches d’ordre pédagogique, didactique et pédagogique (voir objectifs spécifiques à atteindre pour chaque stage)
  • Analyse et régulation a priori et a posteriori de sa posture professionnelle

 

c)       Réalisation des tâches d’enseignement en présence du, de la FT externe

  • Observation directe par le, la FT externe des tâches d’ordre pédagogique, didactique et pédagogique (deux demi-journées par semaine)

 

d)      Constitution d’un portfolio de formation :

  • traces vidéographiques de l’activité en situation d’enseignement et/ou de collaboration – 1 séance filmée par semaine (destinées aux séances d’autoconfrontation)
  • traces de productions écrites et orales des élèves (par ex : photos et audios)
  • traces de planification et textes/traces/fiches d’analyses a posteriori – bilan d’activité
  • traces des fiches d’observation et d’évaluation de l’activité des élèves,
  • traces des fiches de préparation de synthèse, TTC, etc.
  • traces du journal de bord rédigé avant et durant le stage.

 

e)       Participation aux échanges d’analyse et de régulation de son activité professionnelle avec le FT externe (4 heures hebdomadaires)

  • 2 séances hebdomadaire d’échanges de régulation (2 heures)
  • 1 séance d’autoconfrontation et/ou de remise en situation sur la base de traces, à l’activité professionnelle hebdomadaire (2 heures)
  • 1 séance d’évaluation formative tripartite avec le FU (1h30)

 

f)       Bilan réflexif accompagnant les traces du portfolio

  • Mise en évidence des apprentissages réalisés durant le stage, les transformations constatées de son activité professionnelle :
    • grâce au travail d’observation directe du FT et aux échanges de régulation avec lui, elle
    • grâce à l’analyse de sa propre activité individuelle (identification des traces pertinentes pour son portfolio de formation et analyses a priori-dans l’action- a posteriori) tout au long du stage
    • grâce à l’autoconfrontation de son activité filmée
    • Retour sur le projet de stage – bilan par rapport aux préoccupations initiales et aux besoins de formation mis en évidence

 

g)      L’évaluation certificative :

L’évaluation certificative demeure identique à celle prévue par les contrats pédagogiques des stages concernés. Celle-ci porte sur :

  1. Les compétences professionnelles d’enseignement spécialisé exercée en lien avec les objectifs spécifiques du stage (volet I)
  2. Les compétences d’analyse d’un épisode de l’activité professionnelle déployée lors d’une situation dans le cadre du stage (volet II)
  3. Le respect du dispositif de transformation de l’insertion professionnelle en dispositif de stage (volet III)
    1. Avant le début du stage
    2. Pendant le stage

 

 

 

Conditions formelles à remplir pour adresser une demande de dérogation au CP MESP

 

  • L’étudiant-e doit avoir informé la responsable académique des stages de la MESP de son intention d’adresser une demande de dérogation au CP MESP.
    • L’étudiant-e doit êtreau bénéfice d’un contrat d’engagement annuel en tant qu’enseignant-e spécialisé-e suppléant-e.
    • L’étudiant-e doit exercer la fonction d’enseignant-e spécialisée et non pas celle d’éducateur-trice social-e.
    • L’étudiant-e doit exercer sa fonction à un taux proche du taux exigé pour la réalisation du stage concerné par la demande de dérogation :
      • 30 à 50 % pour un stage filé 
      • 50 à 75 % pour un stage compact
      • La structure ou le dispositif au sein duquel l’étudiant-e exerce une fonction d’enseignant-e spécialisé-e doit correspondre au contexte visé par le stage concerné par la demande de dérogation
      • L’étudiant-e doit être engagé-e au sein de la structure ou du dispositif professionnel pour une année scolaire ou son équivalent.
      • Que ce soit en présence ou en l’absence des élèves, les tâches exercées par l’étudiant-e, doivent correspondre aux objectifs spécifiques du stage concerné par la demande de dérogation
      • L’étudiant-e doit avoir obtenu l’accord de la, du DESI et de la, du RP de la structure où il est engagé, sur les conditions de transformation de l’insertion professionnelle en dispositif de formation suivantes :
        • passage au taux d’activité nécessaire[1] pour réaliser le stage
          • 100% stages compacts
          • 50 % minimum stage filé
          • nombre de semaines de stage à effectuer correspond au nombre de semaines prévues lors des stages standards
          • présence au sein de la structure d’un,e FT externe de deux demi-journées d’observation hebdomadaires tout au long de la période de stage.
          • captations vidéo des séances d’enseignement et/ou des situations de collaboration dans lesquelles l’étudiant-e-s est impliqué-e-s à des fins d’autoconfrontation avec le FT externe.
          • L’étudiant-e doit avoir adressé sa lettre de motivation aux membres du comité de programme aux périodes suivantes :
            • 31 août si la demande concerne les stages F4E40601 – F4E40606 (semestre d’automne)
            • 31 octobre si la demande concerne les stages F4E40601 – F4E40605 (semestre de printemps)


[1] Ceci ne modifie pas le taux d’engagement par l’employeur mais change le temps de présence sur le lieu de travail/stage.

Objectifs :

Savoir analyser une pratique relative à l’activité professionnelle menée sur le lieu de stage dans sa dimension de collaboration avec un/des partenaires (enseignant-e (s) des autres classes d’enseignement spécialisé et/ou enseignant-e(s), maître(s)/maîtresse(s) spécialiste(s) de l’établissement scolaire, éducateur-trice, etc).

 

Composantes de la présentation d’une durée de 20 minutes

 

  1. Introduction présentant les éléments essentiels du contexte de stage

  2. Description et explication d’un épisode de l’activité professionnelle déployée dans une situation d’enseignement en classe spécialisée impliquant une dimension de collaboration vécue pendant le stage

  3. Mise en évidence la complexité de la situation

  4. Dégagement et énonciation claire du questionnement professionnel

  5. Analyse de la situation évoquée intégrant des outils de pensée et d’action pertinents et des liens avec les compétences professionnelles exercées durant le stage

  6. Propositions de pistes d’actions futures

  7. Structuration et formulation claires de la présentation

 

Durée de la présentation

Le temps de présentation de l’étudiant∙e est de 20 minutes. Les étudiant-es ayant effectué leur stage dans le même dispositif d’enseignement spécialisé ou au sein de la même école peuvent s’associer pour la présentation de la problématique. Ils/elles conviennent de la forme à donner à leur présentation et sa durée est alors proportionnelle au nombre d’étudiant-es. Une discussion entre le/la/les étudiant∙e(s), le/la/les formateur(s)/trice(s) de terrain et le/la/les formateur(s)/trice(s) universitaire complète-nt le moment d’analyse réflexive.

Evaluation

L’évaluation des compétences d’analyse de l’activité professionnelle (volet II) revient au/à la formateur/trice universitaire qui se réfère à l’objectif général et à chacun des objectifs spécifiques. Les items sont évalués à l’aide de 4 niveaux d’appréciation : Très satisfaisant (TS), Satisfaisant (S), Juste satisfaisant (JS) et Insuffisant (I). L’ensemble du volet II donne lieu à un résultat global certifiant que le niveau de compétences d’analyse de l’activité professionnelle dont l’étudiant∙e a fait preuve durant la réunion tripartite est « Suffisant » ou « Insuffisant ».