Trajectoires

 Nominations - Automne 2022

 

Christina Hertel

HERTEL_Communiqué de presse_01dec2022.png
Professeure assistante
Faculté d’économie et de management

Bio-Express

Christina Hertel obtient un master en management, puis un doctorat en entreprenariat à l’Université de Munich (TUM) en 2018. Par la suite, elle devient associée de recherche postdoctorale, puis chargée de cours à la Chaire d'entrepreneuriat et de commercialisation des technologies à l’EPFL. Ses recherches portent sur l'entrepreneuriat en tant que moyen de résoudre des problèmes locaux et sociétaux et en particulier sur les solutions entrepreneuriales collectives ainsi que sur la mesure de la durabilité et de l'impact des startups. Pour ses travaux sur l'entrepreneuriat communautaire, elle reçoit le prix de la recherche Roman Herzog. Elle a donné des cours sur l'entrepreneuriat durable en Allemagne, en Autriche et en Suisse, et a co-initié et dirigé l'école d'été internationale sur l'entrepreneuriat durable à l’Université de Munich. Depuis 2019, elle travaille au développement d'un cadre permettant d’évaluer la durabilité des startups et leur impact. Permettant aux dirigeant-es de développer une stratégie de durabilité exploitable, cet outil alimente une vaste base de données destinée à faire progresser la recherche sur la performance sociale des entreprises. Christina Hertel est nommée professeure assistante en Entreprenariat à la Faculté d’économie et de management en décembre 2022.

 

Olivier Michielin

Portrait Prof. O. Michielin.png
Professeur ordinaire
Faculté de médecine
Département de médecine

Bio-Express

Olivier Michielin est titulaire d’un master en physique de l’EPFL et d’un diplôme fédéral de médecin obtenu à l’UNIL en 1997. Il rejoint ensuite le laboratoire de Martin Karplus, futur lauréat du prix Nobel de chimie 2013, aux universités Harvard et de Stasbourg, où il travaille sur la modélisation du complexe TCR-peptide, et obtient un MD-PhD en 2001. De retour en Suisse, il rejoint le l’Institut suisse de bioinformatique (SIB) en tant que chef de groupe dans le domaine de la modélisation moléculaire. Parallèlement, il se forme en oncologie médicale au CHUV.

Nommé professeur assistant à la Faculté de biologie et médecine de l’UNIL en 2004, il est professeur associé en 2011, puis professeur ordinaire en 2019. Au CHUV, il est successivement nommé responsable de la Clinique du mélanome, médecin adjoint au Centre pluridisciplinaire d’oncologie, puis, en 2016, médecin-chef du Centre d’oncologie de précision. En 2017, il initie, avec ses collègues des HUG et du CHUV un «tumorboard» moléculaire conjoint entre Genève et Vaud. Cette plateforme clinique de discussion et d’interprétation des données moléculaires complexes vise à faciliter la prise en charge des patient-es. Spécialiste de l'oncologie de précision, Olivier Michielin allie recherche fondamentale et clinique notamment afin d’intégrer les données «multi-omiques» en vue de déterminer le traitement optimal pour chaque malade et de développer de nouvelles immunothérapies. Il est en outre membre du Comité de la Société européenne d’oncologie médicale et membre du Groupe suisse de recherche clinique sur le cancer.

En octobre 2022, Olivier Michielin est nommé professeur ordinaire au Département de médecine de la Faculté de médecine de l’UNIGE et chef du Département d’oncologie des HUG. Il prend également la tête du nouveau Service d’oncologie de précision des HUG et la vice-coordination du Centre de recherche translationnelle en onco-hématologie (CRTOH) de la Faculté de médecine de l’UNIGE. Il est aussi nommé Co-directeur du Centre suisse du Cancer de l’arc lémanique (SCCL).

> Page personnelle

 

Didier Wernli

Wernli2020_portrait.png
Professeur associé
Faculté des sciences
Global Studies Institute

Bio-Express

Didier Wernli est titulaire d’un diplôme fédéral de médecine (2008), d’un master en affaires internationales de l’Institut de hautes études internationales et du développement (2010), d’un doctorat en médecine humaine (2013) et d’un doctorat interdisciplinaire en études globales (2019) de l’UNIGE. Après un début aux HUG en 2009, il rejoint le Global Studies Institute en 2013 afin d’y mettre en place un master en santé globale. En parallèle, il développe une recherche collaborative qui le mène à co-fonder et à diriger le laboratoire genevois de gouvernance transformative en 2018. De 2018 à 2021, il occupe également la position de professeur assistant invité à l'École de santé publique de l'Université de Hong Kong. En août 2022, Didier Wernli est nommé professeur associé au sein du Global Studies Institute.
Ses recherches portent principalement sur la gouvernance globale des maladies infectieuses avec un accent sur l’antibiorésistance. Il s'intéresse à ces problématiques sous l’angle de la tension entre efficacité, résilience et durabilité, de la complexité institutionnelle et du lien entre l’évidence scientifique et les politiques dans le contexte mondial. Didier Wernli est l’auteur de plus de 40 publications scientifiques. Sa double formation, en sciences naturelles d’une part, humaines et sociales, de l’autre, ainsi que ses travaux sur l’interdisciplinarité, lui donnent le profil pour développer le champ émergent de la diplomatie computationnelle au sein de l’écosystème genevois du multilatéralisme.

> Page personnelle

 

Vera Chau

2022.10_Vera_Chau.png
Professeure assistante
Faculté d’économie et de management

Bio-Express

Vera Chau débute sa carrière en tant qu’analyste dans l’investissement bancaire avant d’occuper le poste d’associée de recherche au Columbia Business School. Elle obtient un bachelor en économie et un bachelor en relations internationales à la New York University, ainsi qu’un doctorat en finance à la Booth School of Business de l’Université de Chicago en 2022. Durant cette période, elle occupe un poste d’assistante d’enseignement pour des cours de finance, de statistiques et d’économétrie au sein du programme MBA de l’Université de Chicago.
Ses domaines de recherche se trouvent à l'intersection de la finance et de l'économie de l'énergie, avec des implications importantes en finance durable et environnementale. Elle s’intéresse en particulier aux problématiques d’adoption de nouvelles technologies en raison de changement technologique et de croissance endogène, ainsi qu’à l’impact des intermédiaires financiers sur la finance des ménages.
En septembre 2022, Vera Chau est nommée professeure assistante à la Faculté d’économie et de management de l’UNIGE et intègre le Geneva Finance Research Institute (GFRI). Elle y enseigne des cours d’évaluation d’actifs financiers.

> Page personnelle

 

Luca Caricchi

Caricchi_photo_nov_IL.png
Professeur ordinaire
Faculté des sciences
Département des sciences de la Terre

Bio-Express

Luca Caricchi effectue des études en sciences de la Terre à l’Université de Pérouse (Italie), puis une thèse de Doctorat à l’ETH Zürich (2008). Après un post-doctorat au CNRS à Orléans (France), il obtient une bourse post-doctorale NERC et rejoint l'Université de Bristol (Royaume-Uni). Nommé professeur assistant au Département des sciences de la Terre de l’UNIGE en 2012, il devient professeur associé en 2017 et accède à la fonction de professeur ordinaire en novembre 2022. Luca Caricchi dirige le groupe de pétrologie et volcanologie et dirige le Département des sciences de la Terre depuis juillet 2022.
Ses recherches portent sur l'étude des processus contrôlant le taux de récurrence des éruptions volcaniques et la formation de gisements de minerai, essentiels pour la transition vers une production d'énergie durable et renouvelable. Les recherches du groupe de pétrologie et volcanologie menées à l'Université de Genève depuis 2012, ont mis en évidence le rôle central que joue la quantification du taux d'apport et de transfert de magma à travers la lithosphère terrestre dans le contrôle de l'activité volcanique et la répartition des gisements de minerai. Les recherches du groupe portent ainsi sur la génération de nouveaux proxies permettant la quantification des flux de magma à l'aide d'approches statistiques et d'apprentissage automatique. Le groupe de recherche que Luca Caricchi dirige a récemment commencé à étudier les liens entre l'évolution géotectonique de notre planète et l'apparition de la vie en mettant l'accent sur le traçage de la composition des gaz volcaniques émis au cours de l'histoire de la Terre. Luca Caricchi est auteur et co-auteur de plus de 60 articles scientifiques évalués par des pairs.

> Page personnelle

 

Maël Lebreton

Maël lbreton.png
Professeur assistant
Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation
Section de psychologie

Bio-Express

Après un master en biosciences obtenu à l’École normale supérieure de Lyon, Maël Lebreton réalise une thèse de doctorat en neurosciences cognitives qu’il soutient en 2013 à l’Université Pierre et Marie Curie. Ses travaux explorent le système cérébral d’évaluation chez l’homme et combinent expériences comportementales et neuroimagerie fonctionnelle. Intéressé par l’approche interdisciplinaire liée aux neurosciences de la décision et du comportement économique, Maël Lebreton rejoint ensuite le Département d’économie de l’Université d’Amsterdam, où il poursuit ses travaux entre 2014 et 2018. Durant cette période, il enrichit son bagage technique d’une forte composante de modélisation computationnelle et étend ses centres d’intérêt à la métacognition, à l’apprentissage par renforcement, aux décisions sociales et aux croyances motivées.

En 2018, grâce à un subside Ambizione du FNS, Maël Lebreton rejoint le Centre interfacultaire en science affective (CISA) de l’UNIGE où il poursuit des travaux mêlant expériences comportementales, modélisation computationnelle et neuroimagerie fonctionnelle sur une large palette de questions touchant au comportement humain (apprentissage, prise de décision, métacognition) et aux biais cognitifs.

En 2021, à la suite de l’obtention d’une bourse ERC Starting Grant, il divise son temps entre l’École d’économie de Paris et le CISA. En septembre 2022, il est nommé professeur assistant à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation en parallèle à son statut de chercheur associé à l’École d’économie de Paris. Son groupe de recherche présente une forte diversité thématique autour des questions des bases neurales, affectives et cognitives des comportements et des décisions économiques.

 

Tommaso Venturini

Venturini photo.png
Professeur associé
Faculté des sciences de la société
Medi@LAB-Genève

Bio-Express

Tommaso Venturini obtient un doctorat à l'Università degli Studi di Milano en 2007. Il poursuit sa carrière en tant que chargé de recherche au CNRS.
En 2021, il devient professeur associé suppléant, avant d'être nommé professeur associé en méthodes numériques en août 2022 au sein de la Faculté des sciences de la société avec un rattachement principal au Medi@LAB-Genève, Institut des sciences de la communication, des médias et du journalisme. Tommaso Venturini enseigne et mène des recherches sur les pratiques sociales du numérique et plus spécialement les cartographies des controverses. Sa venue permet en outre de diffuser au sein de la Faculté le recours aux méthodes relatives au champ du numérique en association avec de nombreux collègues dans des enseignements variés. Elle constitue également un apport important à la stratégie numérique de l’Université.

> Page personnelle

 

Caroline Samer

Caroline Samer.png
Professeure associée
Faculté de médecine
Département d’anesthésiologie, pharmacologie, soins intensifs et urgences

Bio-Express

Caroline Samer obtient un diplôme de médecin en 2001 à Genève. Après une spécialisation en médecine interne et en pharmacologie et toxicologie cliniques, elle effectue un doctorat dans le domaine de la pharmacogénomique, puis un stage post-doctoral en pharmacologie moléculaire à Sydney. De retour aux HUG en 2009 comme cheffe de clinique puis médecin adjointe, elle est nommée responsable du Centre d’information thérapeutique en 2015, dans le Service de pharmacologie et toxicologie cliniques, et de l'Unité de pharmacogénomique et de thérapie personnalisée, en 2019.

Ses recherches s'attachent à personnaliser et sécuriser la thérapeutique médicamenteuse (approche de médecine de précision) en mesurant les interactions gènes-environnement-maladie au niveau pharmacocinétique et en exploitant les avancées des diverses technologies -omiques, notamment la pharmacogénomique. Elle est aussi présidente du Groupe suisse de pharmacogénomique et de thérapie personnalisée, vice-présidente de la Commission d'éthique de la recherche du canton de Genève, présidente élue de la Société suisse de pharmacologie et toxicologie cliniques, présidente de la section clinique et membre du Comité exécutif de l’Union internationale pour la pharmacologie clinique et fondamentale (IUPHAR) ainsi que de celui du Conseil des organisations internationales des sciences médicales (CIOMS).

Privat-docent de la Faculté de médecine de l’UNIGE en 2017, puis professeure assistante en 2020, Caroline Samer est nommée professeure associée au Département académique d’anesthésiologie, pharmacologie, soins intensifs et urgences de la Faculté de médecine et médecin-cheffe du service de pharmacologie et toxicologie cliniques des HUG en octobre 2022.

> Page personnelle

 

Guy Haller

Haller_2021.png
Professeur associé
Faculté de médecine
Département d’anesthésiologie, pharmacologie, soins intensifs et urgences

Bio-Express

Guy Haller obtient un diplôme de médecin à Genève en 1993. Après un doctorat en médecine en 1997 et un titre de spécialiste en anesthésie-réanimation, il complète sa formation avec un Master en informatique médicale (Université de Bath, UK) et un PhD en épidémiologie (Université de Monash-Melbourne, Australie).
En 2006, il devient médecin adjoint, puis médecin adjoint agrégé dans l’Unité d’anesthésie gynéco-obstétricale et ophtalmologique du Département de médecine aiguë des HUG, poste qu’il partage à 50% avec une activité dirigée vers la qualité des soins et l’épidémiologie au service qualité des soins et au service d’épidémiologie clinique. E
n 2015, il prend la direction du projet stratégique 20/20 «Excellence clinique et qualité» des HUG. En parallèle, il enseigne la gestion des services de santé et la qualité à l’Université de Monash en tant que professeur associé. Il dirige plusieurs travaux et un groupe de recherche autour des facteurs de risque organisationnels des complications iatrogéniques et des problématiques de mesure et d’amélioration de la qualité des soins. Privat-docent de la Faculté de médecine de l’UNIGE, puis professeur assistant au Département d’anesthésiologie, pharmacologie, soins intensifs et urgences en 2021, Guy Haller est nommé professeur associé et médecin-chef du Service qualité des soins des HUG en octobre 2022.

> Page personnelle

 

Sarah Scholl

Sarah Scholl_photo.png
Professeure associée
Faculté de théologie

Bio-Express

Après une licence en théologie, Sarah Scholl rédige une thèse sous la direction des professeurs Philippe Boutry (EHESS, Sorbonne) et Michel Grandjean (UNIGE). Le goût pour l’histoire, la sûreté de la méthode et l’élégance de sa plume ont dès leur début marqué les travaux de Sarah Scholl. En se penchant sur les débuts de l’Eglise catholique chrétienne à Genève, elle contribue à renouveler l’historiographie religieuse et politique de Genève à la fin du 19e siècle. Sa thèse est honorée du prix d’histoire de l’Institut national genevois. Forte de la conviction que l’histoire du christianisme prend tout son sens en lien avec l’histoire politique, culturelle et sociale, Sarah Scholl oriente depuis plusieurs années ses recherches sur des thématiques comme le nationalisme ou la transmission des valeurs religieuses. Avec l’appui du Fonds national suisse, elle a travaillé aux Université de Cambridge et de Laval et pris part aux travaux du groupe Sinergia « Lactation in history ». Intellectuelle très active dans la Cité, Sarah Scholl est, entre autres, membre du Conseil de la Maison de l’histoire et du Comité de la Société d’histoire et d’art. Elle devient maîtresse assistante en septembre 2018, puis accède à la fonction professeure associée à la Faculté de théologie de l’UNIGE en août 2022.

> Page personnelle

 

Sarah Stewart-Kroeker

Sarah Stewart_photo.png
Professeure associée
Faculté de théologie

Bio-Express

Originaire des États-Unis, Sarah Stewart-Kroeker étudie d’abord à la McMaster University, dans l’Ontario, avant de se tourner vers la théologie, d’abord à la Yale Divinity School (Connecticut) où elle effectue un master, puis au Princeton Theological Seminary (New Jersey) pour son doctorat. Elle est ensuite post-doctorante à la University of British-Colombia, à Vancouver entre 2014 et 2016. Son premier ouvrage, intitulé Pilgrimage as Moral and Aestheric Formation in Augustine’s Thought reçoit le Manfred Lautenschlaeger Award for Theological Promise en 2020. Son deuxième ouvrage, La Terre martyre, paraît en novembre 2022 à Genève. Ses travaux se situent à la croisée de l’éthique et de l’esthétique, de l’éthique environnementale et du politique, de l’affectivité et de l’imagination. Elle cherche à articuler les ressources historiques, y compris anciennes – comme l’œuvre du théologien/philosophe nord-africain Augustin d’Hippone (†430) –, avec les enjeux contemporains, notamment écologiques. Sarah Stewart-Kroeker occupe depuis 2016 la chaire Jacques de Senarclens en éthique théologique au sein de la Faculté de théologie. Elle est nommée professeure associée en août 2022.

> Page personnelle

 

Ilana Eloit

Eloit_photo.png
Professeure assistante
Faculté des sciences de la société
Études genre

Bio-Express

Ilana Eloit est nommée professeure assistante à plein temps à la Faculté des sciences de la société en août 2022 avec un rattachement principal à l'Institut des études genre.
Sociologue et historienne, titulaire d'un doctorat en études de genre de la London School of Economics, Ilana Eloit soutient sa thèse en 2018, sur la politisation du lesbianisme dans le mouvement de libération des femmes dans les années 70. Elle est ensuite post-doctorante au laboratoire d’études de genre et de sexualité du CNRS, puis, dès 2021, première assistante au Centre en études genre de l’Université de Lausanne, dont elle a été co-responsable. En tant que professeure assistante en études du genre et de la sexualité, spécialiste des théories et épistémologies féministes, lesbiennes et queer, tout comme des théories postcoloniales et intersectionnelles, Ilana Eloit contribue à développer les offres de cours et les recherches relatives aux discriminations croisées et à la construction des normes de genre et des sexualités.

 

Nina Zeyen

Zeyen_photo.png
Professeure assistante
Faculté des sciences
Département des sciences de la Terre

Bio-Express

Après un master en géochimie obtenu à l’Institut de Physique du Globe (Université de Paris), Nina Zeyen conduit sa thèse de doctorat à l’Institut de minéralogie, de matériaux et de cosmochimie, avant de la soutenir à l’Université Pierre et Marie Curie en 2016. Ses travaux portent alors sur l’étude des environnements de formation des microbialites, roches organo-sédimentaires constituées par l’activité de microorganismes et renfermant potentiellement les plus anciennes traces de vie sur Terre. Accordant une importante place à l’enseignement, Nina Zeyen poursuit une année en tant qu’enseignante-chercheuse au sein de cette même institution. En 2018, elle rejoint en tant que post-doctorante le Département des sciences de la Terre et de l’atmosphère de l’Université de l’Alberta, où elle poursuit ses recherches dans le domaine de la séquestration du carbone atmosphérique. Nina Zeyen est spécialiste des conditions de formation des minéraux de type carbonates et argiles. Elle s’intéresse plus particulièrement aux relations complexes entre le minéral, l’environnement et le vivant dans des milieux naturels et artificiels. En utilisant une approche à la fois expérimentale et analytique, Nina Zeyen étudie les mécanismes d’échange de cations dans des argiles de type smectite présentes en abondance dans des résidus de kimberlite de mines de diamants et met en évidence un nouveau type de réactivité pour la carbonatation minérale.
En septembre 2022, Nina Zeyen intègre le Département des sciences de la Terre à l’UNIGE en tant que professeure assistante en pré-titularisation conditionnelle. Son groupe de recherche travaille sur l’étude minéralogique de microbialites anciens, explorant leurs traces de vie et interprétant leurs environnements de formation ainsi que sur la carbonatation minérale de déchets industriels. Ces thématiques de recherche fondamentale et appliquée allient une approche interdisciplinaire et multi-instrumentale.

 

Philippe Millet

Millet_2016.png
Professeur associé
Faculté de médecine
Département de psychiatrie

Bio-Express

Philippe Millet effectue ses études à l’Université Claude Bernard de Lyon où il obtient un doctorat ès sciences (génie biologique et médical) en 1994. Après un bref passage dans le secteur privé, qui l’amène à travailler dans le domaine de l’imagerie nucléaire, il rejoint l’unité de neuroimagerie psychiatrique des HUG en tant que biophysicien en 1997. Il est, en outre, responsable depuis 2021 du laboratoire d’imagerie translationnelle en neurosciences psychiatriques. Ses travaux de recherche portent essentiellement sur des aspects méthodologiques en imagerie nucléaire appliquée à la neurotransmission cérébrale. Il développe notamment des approches quantitatives de l’imagerie PET et SPECT dans l'étude de différents systèmes de neurotransmission cérébrale et de la neuroinflammation. Il étudie aussi la neuroinflammation en relation avec les dépôts amyloïdes et les altérations comportementales et cognitives dans la maladie d'Alzheimer.
Sur le plan de l’enseignement, il est responsable du module pré-gradué « Imagerie PET et IRM en neurosciences ». Privat-docent de la Faculté de médecine de l’UNIGE en 2009, il est nommé professeur assistant au Département de psychiatrie en 2016, puis titularisé à la fonction de professeur associé en octobre 2022.

 

Perach Nuriel

Nuriel_photo.png
Professeure assistante
Faculté des sciences
Département des sciences de la Terre

Bio-Express

Perach Nuriel est géologue et travaille dans les domaines de la géochronologie, de la géologie structurale et de la géochimie afin d’étudier les processus tectoniques majeurs. Après avoir obtenu un doctorat à l'Université de Queensland en Australie en 2012, elle poursuit son travail en tant que chercheuse associée et boursière postdoctorale NSF à l'Université de Stanford, avant d'être nommée chercheuse au Geological Survey of Israel en 2015.
Grâce à son approche interdisciplinaire, Perach Nuriel étudie l'évolution des grandes failles transformantes, tels que les systèmes de la mer Morte, de l'Anatolie du Nord et de San Andreas. Ses travaux démontrent que les minéraux liés aux failles sont une source importante d'informations sur les processus de formation des failles et les temps de récurrence des tremblements de terre. Ces données sont essentielles pour les évaluations actuelles des risques de séismes et l'atténuation de leur impact. Ses travaux en géochronologie sont également appliqués à la datation de sédiments terrestres et de matériaux amorphes secondaires dans des environnements arides qui sont des analogues potentiels de la surface de Mars.
Perach Nuriel est nommée professeure assistante à la Faculté des sciences en septembre 2022 dans le domaine de la géochronologie et de la géochimie.


 

Valentina Borghesani

BorghesaniValentina.png
Professeure assistante
Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation

Bio-Express

Après un baccalauréat en psychologie délivré par l'Université de Bologne en 2010, Valentina Borghesani poursuit ses études à l'Université de Trente, où elle obtient, en 2012, une maîtrise en neuropsychologie. En 2017, elle soutient sa thèse de doctorat en neurosciences cognitives à la Sorbonne (Paris VI). La même année, elle rejoint l’Université de Californie, à San Francisco, pour mener des recherches postdoctorales en neurosciences cliniques. En 2020, elle rallie l'Université de Montréal pour approfondir ses connaissances en neurosciences computationnelles.

Son programme de recherche, intégrant des apports issus de la neuropsychologie expérimentale, de la neuroimagerie cognitive et de l'informatique, permet une synergie entre questions théoriques, besoins cliniques et outils analytiques de pointe. Dans ses travaux, Valentina Borghesani dévoile comment la connaissance sémantique est encodée dans des représentations corticales distribuées mais spécialisées. Elle souligne l'effet joué par la spécificité de la tâche et met en évidence que le partage des ressources corticales entre les tâches et les stimuli n'équivaut pas au partage du code neuronal. De plus, elle montre comment les représentations sémantiques neuronales dégradées ont de forts effets sur le comportement, et comment elles peuvent être partiellement compensées. Enfin, elle étudie comment les dommages au niveau des réseaux et fonctions liés au langage peuvent affecter ou épargner les connaissances sémantiques, soulignant le rôle critique du lobe temporal antérieur.

Valentina Borghesani est nommée professeure assistante à la FPSE en septembre 2022 dans le domaine de la neurobiologie du langage.

> Page personnelle

 

François Grey

François Grey_photo.png
Professeur associé
Faculté d'économie et de management

Bio-Express

François Grey effectue ses études à l’Université de Copenhague, où il obtient un doctorat en physique en 1998. Au Centre national danois de micro- et nanotechnologie (Université technique du Danemark), il développe le concept d'usine de start-up en tant que directeur adjoint. En 2002, il est recruté par le CERN pour développer leur premier partenariat public-privé pour la recherche.
Par la suite, il occupe les postes de professeur invité à l'Académie chinoise des sciences, de directeur adjoint au Centre de nanomécanique et de micro-mécanique (Université de Tsinghua) et de responsable des sciences citoyennes au Centre pour la science et le progrès urbains (Université de New York). Depuis 2016, il est directeur de l'Initiative Tsinghua de Genève, un programme d'éducation lié aux objectifs de développement durable de l'ONU.
Le professeur Grey possède une vaste expérience de la gestion scientifique, de l'enseignement et de la communication. Au cours de la dernière décennie, il a notamment géré le développement d'une série de projets scientifiques citoyens en ligne dans un large domaine de recherche et a créé, en 2009, le Citizen Cyberlab, une organisation qui étudie les nouvelles formes de participation du public à la recherche scientifique.
Ses efforts de promotion de la science citoyenne dans les pays en développement ont été récompensés par une bourse de la Fondation Shuttleworth De plus, le professeur Grey a été nommé par le journal Higher Education comme l'un des douze innovateurs qui transforment les campus. Il est le co-auteur de sept demandes de brevet, dont cinq ont été accordées, et de plus de 100 publications scientifiques dans des revues internationales.
François Grey rejoint l’UNIGE en 2014 en tant que professeur invité au CUI. De 2016 à 2018, il est directeur de la stratégie numérique de l'Université. Il accède à la fonction professeur associé à la GSEM en août 2022.

> Page personnelle

 

Michel Gauthier-Clerc

Michel gauthier clerc_photo_IL.png
Directeur
Faculté des sciences
Scienscope

Bio-Express

Michel Gauthier-Clerc est titulaire d’un doctorat en médecine vétérinaire de la Faculté de médecine de Lyon, d’un doctorat en sciences de la vie et de la santé et de l’habilitation à diriger des recherches de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg. Ses travaux portent dans un premier temps sur les adaptations des manchots royaux à leur environnement. Durant douze ans, il dirige des programmes appliqués à la conservation des vertébrés, ainsi que sur les zoonoses, notamment les grippes aviaires à l’Institut de recherche de la Tour du Valat en Camargue. Il codirige également des ouvrages destinés à l’enseignement universitaire en écologie de la santé et en sciences de la conservation. Michel Gauthier-Clerc s’est toujours fortement impliqué dans le transfert des connaissances, en particulier en rédigeant des ouvrages destinés au grand public. Dès 2013, il accède à la fonction de chef de projet pour la construction du nouveau parc zoologique de La Garenne dans le canton de Vaud, dont l’une des missions centrales est la sensibilisation à la conservation de la faune suisse et de son environnement. Il dirige cette institution jusqu’à sa prise de fonction à la direction du Scienscope en septembre 2022.

> Lire plus

 

Géraldine Williaume

Géraldine Wiliaume_photo_setp_IL.png
Directrice
Faculté des sciences
Bioscope

Bio-Express

Géraldine Williaume est nommée directrice du Bioscope au sein de la Faculté des sciences de l’UNIGE en septembre 2022. Elle a pour mission de mettre en place des activités pédagogiques innovantes afin de valoriser les différents projets de recherche menés au sein de la Section de biologie de l’Université.
Géraldine Williaume effectue son parcours académique à la Sorbonne Université à Paris et obtient un doctorat en biologie du développement en 2020. Son sujet de thèse porte sur la quantification de l’induction neurale lors du développement embryonnaire. Dans le cadre de ce travail, elle développe une expertise en biologie moléculaire et cellulaire ainsi qu’en microscopie quantitative et segmentation 3D.
À la suite de son doctorat, Géraldine effectue une mission de chargée de médiation scientifique et de diffusion des connaissances au sein de la Sorbonne Université au cours de laquelle elle organise et anime diverses manifestations auprès des scolaires et du grand public. Elle a également enseigné auprès d’étudiant-es de bachelor et de master.

 

Sandrine Aeby Daghé

Sandrine aeby_photo_IL.png
Professeure assistante
Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation
Section des sciences de l’éducation

Bio-Express

Après une licence en lettres à l'Université de Lausanne obtenue en 1999, Sandrine Aeby Daghé entreprend ses activités de recherche à l’Institut de recherche et de documentation pédagogique de Neuchâtel (IRDP) dans les domaines de la didactique du français et de l'éveil aux langues dans le cadre du projet européen de recherche EVLANG. En 2002, elle rejoint l'équipe du GRAFE à l’Université de Genève en tant qu'assistante, puis maître-assistante. En 2008, elle soutient une thèse de doctorat en sciences de l’éducation et élabore un modèle d’analyse des genres d’activités scolaires et des gestes didactiques spécifiques à l’enseignement de la lecture/littérature au secondaire obligatoire. En 2009, elle obtient un financement du FNS pour un séjour post doctoral à l’Université du Pays basque au sein du groupe de recherche sur le bilinguisme ELEBILAB. Elle est nommée chargée d’enseignement à la Section des sciences de l’éducation de l’UNIGE en 2011.


Sandrine Aeby Daghé collabore à plusieurs projets de recherche soutenus par le FNS et portant sur l’analyse des objets enseignés dans les pratiques pédagogiques. Elle consacre ses recherches à l’ingénierie didactique en contexte multilingue ainsi qu’aux modélisations des pratiques d’enseignement, alliant lecture et production, dans des contextes didactiques où les langues coexistent. Sa participation en 2014-2015 à la recherche de l’UNESCO BIE Les résultats de l’apprentissage de la lecture dans les trois premières années de primaire : intégration du curriculum, enseignement, supports d’apprentissage et évaluation (Burkina Faso, Niger, Sénégal) lui a permis de mettre à l’épreuve la légitimité, la pertinence et la validité de ces outils d’analyse dans le contexte plurilingue de l’Afrique de l’Ouest. Les outils et les élaborations conceptuelles mis au point par Sandrine Aeby Daghé dans le domaine de l’enseignement de la compréhension et de la production de textes sont à l’origine des nombreuses publications et de collaborations internationales et nationales.


Sandrine Aeby Daghé est nommée professeure assistante à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation en août 2022 dans le domaine de la didactique des langues en contexte plurilingue.


> Page personnelle

 

Géraldine Pflieger

pflieger.png
Professeure ordinaire
Faculté des sciences de la société
Département de science politique et relations internationales

Bio-Express

Géraldine Pflieger est nommée professeure ordinaire en politiques urbaines et de l’environnement au sein du Département de science politique et relations internationales de la Faculté des sciences de la société en août 2022. Elle a été engagée comme maître d’enseignement et de recherche à l’UNIGE en 2010, puis comme professeure associée en 2014. Depuis 2017, elle est la directrice de l'Institut des sciences de l'environnement, centre interfacultaire rassemblant près de 150 chercheurs et chercheuses de cinq facultés et une trentaine de disciplines différentes. Elle dirige aux côtés du professeur Christian Bréthaut la Chaire UNESCO en hydropolitiques à l’UNIGE.
Ses travaux de recherche et ses publications portent sur la gouvernance internationale de l’environnement, les politiques climatiques, la gouvernance des ressources en eau et les politiques urbaines dans un contexte de transition écologique.
Elle est également engagée dans le service à la Cité auprès de diverses instances cantonales et communales, notamment dans les cantons de Genève, Vaud et Fribourg. Depuis 2020, elle intervient en tant que représentante scientifique dans la délégation suisse en charge des négociations internationales sur le climat.

> Page personnelle

 

Matteo Gianni

gianni.png
Professeur ordinaire
Faculté des sciences de la société
Département de science politique et relations internationales

Bio-Express

En août 2022, Matteo Gianni est promu professeur ordinaire au Département de science politique et relations internationales de la Faculté des sciences de la société, où il était professeur associé depuis 2011. Depuis 2014, il participe aux activités de recherche et de management du NCCR On the move, basé à l'Université de Neuchâtel.
Membre du Département de science politique et relations internationales, de l'Institut d'études de la citoyenneté et de l'Institut des études genre, Matteo Gianni est un spécialiste reconnu des questions de théorie politique normative de la citoyenneté, du multiculturalisme, des migrations et de l'intégration. Ses travaux portent sur la détermination de procédures politiques moralement justes et démocratiquement légitimes pour aborder les injustices dans les sociétés différenciées d'un point de vue religieux et culturel.
En parallèle aux recherches financées par le FNS, il mène des travaux sur la démocratie participative locale, notamment avec le Bureau de l'intégration des étrangers du canton de Genève, avec pour objectif de développer des institutions délibératives et d'améliorer ainsi l'intégration et la participation politique des résident-es.

> Page personnelle

 

Jean Villard

Photo JV pour biographie - sans bordure.JPG
Professeur ordinaire
Faculté de médecine
Département de médecine

Bio-Express

Jean Villard obtient un diplôme de médecin à Genève en 1988, suivi d’un doctorat en 1992. Après une formation clinique en médecine interne et une spécialisation en pneumologie, il effectue entre 1995 et 1999, un MD/PhD. En 2000, il est nommé médecin associé à l’Unité d’immunologie de transplantation et au Laboratoire national de référence pour l’histocompatibilité des HUG, dont il prend la direction en 2002. En parallèle, il se spécialise en immunologie et allergologie, et parfait sa formation au Massachusetts General Hospital and Harvard Medical School . Il obtient un titre de spécialiste en 2002.
Privat-docent depuis 2001, il est promu à la fonction de professeur associé au Département de médecine interne des spécialités (devenu Département de médecine) de la Faculté de médecine de l’UNIGE en 2014. Il est également responsable de la plateforme des laboratoires de thérapie cellulaire et de transplantation au sein du Département diagnostique des HUG, avec la fonction de chef de service. Au bénéfice de plusieurs fonds de recherche, Jean Villard étudie en particulier l’immunologie de la transplantation, tant sur un plan fondamental que clinique dans le domaine de la transplantation de cellules souches hématopoïétiques et des greffes d’organes. Il est aussi membre du Comité directeur du Centre de recherche sur l’inflammation de la Faculté de médecine, créé en 2020. Ancien président du Comité médical de la fondation Swisstransplant, Jean Villard est engagé dans différentes structures nationales dans le domaine des greffes. Sur le plan international, il est le trésorier de la Fédération européenne d’immunogénétique. Il est nommé professeur ordinaire en août 2022. 

 

Marie Schaer

marie-schaer-1133x755_2022.jpg
Professeure associée
Faculté de médecine
Département de psychiatrie

Bio-Express

Marie Schaer effectue ses études de médecine à Genève et obtient un diplôme fédéral de médecin en 2005. Grâce à une bourse MD-PhD du FNS, elle poursuit sa formation en neurosciences et obtient en 2008 un doctorat de l’UNIGE et de l’EPFL. Elle mène ensuite en parallèle des recherches en neuroimagerie et une formation clinique en pédopsychiatrie. Après quelques années aux États-Unis, à l’Université de Stanford et au MIND Institute de UC Davis, elle revient en Suisse et est nommée privat-docent de la Faculté de médecine de l’UNIGE en 2015. L’année suivante, elle est nommée professeure assistante au Département de psychiatrie à la suite de l’obtention d’une bourse professorale du FNS. Depuis, elle poursuit ses recherches sur le développement cérébral chez de jeunes enfants avec autisme, tout en exerçant une activité clinique au sein de la Fondation Pôle Autisme. Elle est en outre membre du PNR Synapsy. Marie Schaer est nommée professeure associée au Département de psychiatrie en juillet 2022.

 

Olivier Maulini

olivier_maulini_2015.jpg
Directeur
Professeur ordinaire
Institut universitaire de formation des enseignant-es (IUFE)

Bio-Express

Olivier Maulini est nommée directeur de l’Institut universitaire de formation des enseignant-es (IUFE) de l’UNIGE le 15 juillet 2022, pour une durée de quatre ans.


Olivier Maulini est titulaire d'un doctorat en sciences de l'éducation et professeur ordinaire à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation dans le domaine de l’analyse du métier d'enseignant-e. Il dirige le Laboratoire de recherche Innovation-Formation-Éducation (LIFE) et a siégé au comité de la Société suisse de recherche en éducation. Ses recherches portent sur les pratiques pédagogiques et les institutions scolaires, le travail, le métier et la formation des professionnels/elles de l'éducation ainsi que sur les rapports entre savoirs, école et société. Après avoir exercé la profession d'instituteur dans une école primaire genevoise, Olivier Maulini a participé au transfert de la formation initiale des enseignant-es primaires et spécialisé-es à l'Université de Genève. Il a ensuite successivement occupé les fonctions de coordinateur du nouveau programme d'études, de vice-président de la Section des sciences de l'éducation, de directeur de la formation des praticiens-formateurs et de co-responsable de la formation romande en direction d'institutions de formation. Dans ce cadre, il a contribué au renforcement des liens entre la recherche en éducation, le terrain professionnel et les autorités scolaires.


La mission d'Olivier Maulini à la tête de l'Institut universitaire de formation des enseignant-es consiste tout d’abord à consolider l'édifice mis en place depuis 2010 sous la conduite des professeur-es Bernard Schneuwly, puis Isabelle Mili. Les formations pour l'enseignement primaire, secondaire, spécialisé et pour les tâches de direction et de formation des enseignant-es sont en plein développement en Suisse et dans le monde ; les programmes genevois devront continuer à s'inscrire dans ce mouvement, mais aussi contribuer à ses orientations et à la définition de ses normes d'accréditation. Un tel travail ne pourra s'opérer que de manière coordonnée et participative, en fédérant les facultés partenaires, le personnel académique, les étudiant-es, les professionnels/elles de l'école et le Département de l'instruction publique. En s'élargissant, les coopérations intercantonales et internationales ancreront les décisions locales dans le processus global de promotion de l'expertise et de l'autonomie des métiers de l'enseignement. Entre idéaux et réalités du travail éducatif, ce projet pourrait peu à peu installer l'IUFE dans son double rôle de réunion et de diffusion des savoirs au service de la Cité.


> Page personnelle