Unité d'archéologie classique

Christopher Courault

Photo
M. Christopher COURAULT

Chercheur associé

+41 22 379 00 00
Courriel


Christopher Courault a une formation en archéologie classique et patrimoine avec une spécialité sur les villes d’Andalousie.

Après une licence en Histoire à l’Université de Savoie / Universidad de valladolid (2005-2007), il débuta sa formation en archéologie à l’université Aix-Marseille 1 (2007-2008), au centre de la Maison de la Méditerranée des Sciences de l’Homme où il travailla sur les céramiques romaines de Thonon-les-Bains. Dans un deuxième temps il axa sa recherche sur les villae littorales en Bétique, lors d’un séjour à l’université de Séville (2008-2009). C’est dans le cadre d’un deuxième Master interuniversitaire (université de Málaga, UPO (Séville), Huelva et Córdoba) (2009-2010) qu’il se spécialisa sur l’étude du monde urbain antique en Andalousie, et plus particulièrement sur les fortifications.

Il a soutenu sa thèse en 2016 avec mention internationale (université d’Edimbourg 2015-2016) intitulée : «Les remparts de Cordoue. Une investigation archéologique depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque Médiévale» où sous une perspective sur une large période chronologique allant de l’époque républicaine (IIème s. av. J.-C.) jusqu’à l’époque califale (Xème s. ap. J.-C.) il analyse la construction de l’enceinte depuis les carrières romaines, l’évolution du tracé, les changements de structure, ainsi que les réparations.

 

Il continue ses recherches sur les enceintes de Cordoue, mais également sur les remparts d’Italica (Séville-Santiponce) au sein du groupe Antiguas ciudades de Andalucía : desde la arqueología a la investigación social (membre depuis 2015). Son implication sur l’étude des fortifications urbaines l’amènera à co-organiser à la British School of Roma et Swedish Institute of Classical Studies les prochains 21-22 juin 2018 un workshop intitulé Constructing City Walls in Late Antiquity : an empire-wide perspective. L’objectif de cette réunion  est de comparer et partager les expériences sur les techniques constructives, la réutilisation de matériel, la perception des enceintes en leur temps etc.

 

Actuellement à travers le projet I+D Exemplum et spolia : el legado monumental de las capitales provinciales romanas en Hispania. La Córdoba romana y su reflejo en la ciudad posterior (dirigé par le Prof. Carlos Márquez Moreno) ses recherches portent sur une étude pétrographique qui consiste à définir les différentes propriétés de calcaire utilisé lors de la construction de différents édifices (théâtre, temple) tout en se basant sur le rempart urbain antique et ses réparations au cours de l’antiquité. L’objectif est de déterminer l’origine des blocs utilisés en fonction des carrières connues, mais également comment ces blocs ont été réutilisés lors de l’Antiquité Tardive. Cette activité est liée à un aspect complémentaire, celui du processus économique de la construction ; ainsi, il a organisé avec le Prof Carlos Márquez Moreno un workshop à l’Ecole Espagnole d’Histoire et Archéologie à Rome (mai 2017) Aspectos económicos de la construcción de edificios públicos en el Occidente romano. Son intérêt à quantifier le travail et les coûts de construction ne se limite pas l’antiquité mais également à l’époque médiévale islamique.


Collaborateurs scientifiques et chercheurs