Auxiliaire d’enseignements et recherches à l’unité d’Histoire moderne, département d’Histoire générale de l’Université de Genève (2014-2015), Mikhaël Moreau a soutenu en juin 2018 son mémoire : « A l’ombre des geôles. "Revêtir les prisons" à Genève au XVIIIe siècle. L’Evêché et ses prisonniers ».

Il est aujourd’hui engagé en tant que collaborateur scientifique FNS à la Haute Ecole de Santé Vaud (HESAV), dans le projet Expertiser la transgression et la souffrance. Savoir et pouvoir de la psychiatrie légale. Cette étude comparative sur les cantons de Vaud, Valais et Genève entre 1940 et aujourd’hui dirigée par Cristina Ferreira (Professeure associée HESAV) et Jacques Gasser (Professeur et chef du Département de psychiatrie du CHUV) s’inscrit dans le cadre du PNR 76 : « Assistance et coercition ».

Ses recherches portent sur l’histoire des dispositifs d’enfermement à fin d’assistance (internements, hospitalisations) ou de répression (peines et mesures), l’hybridation entre le civil et le pénal (normes, pratiques, figures et lieux), ainsi que les expériences subjectives des personnes ayant subi un enfermement en Suisse romande entre le XVIIIe siècle et la seconde moitié du XXe siècle.

 Contribution à des publications

Michel Porret et al., L’ombre du diable. Michée Chauderon, dernière sorcière exécutée à Genève, Genève, Georg, 2009.

 Communications

« "Revêtir les prisons" à Genève à l’époques des Lumières : l’Évêché et ses détenus », Conférence pour le Groupe d’étude du XVIIIe siècle de l’Université de Genève (12 novembre 2018).

« "Revêtir les prisons" à Genève au XVIIIe  siècle : les prisons urbaines de l’Évêché et ses prisonniers », Contribution aux journées d’études internationales « Une nouvelle histoire de la prison et de l'enfermement » (Paris 8, EHESS, 7-8 novembre 2018).