Département de philosophie

english   français

Home       History       Publications      Projects       Workshops       Schedule       Collaborations

 

Noteworthy MA dissertations

On this page we advertise some noteworthy Master dissertations completed within Thumos. Click on the dissertation title to reach the text or to contact the author.

 

Roberto Keller (2019) − Emotions for Persons

Abstract

This work offers a descriptive and normative analysis of personal emotions: admiration, contempt, pride, and shame. These emotions seem to have a peculiar link to persons: (i) they are intentionally directed towards persons and (ii) they evaluate persons for who they are (Bell 2011, 2013; Kauppinen 2019).

This simple observation gives rise to five lines of inquiry that are investigated in the present work. Firstly, it needs to be determined whether these emotions are truly exclusively directed towards persons and why this is so. Secondly, it needs to be determined what it means to evaluate someone for who they are rather than for what they do. Thirdly, these emotions are often said to be global in nature: to contemn someone is to negatively evaluate them as a whole, all things considered. This observation needs to be carefully evaluated in order to establish whether these emotions evaluate persons globally or locally for some feature of theirs. Fourthly, these emotions are importantly influenced by the values that we care about and by the standards we expect others and ourselves to meet. The issue then will be to clarify the notion of attachement to a value and the nature and source of the standards that we expect others to meet. Fifthly, these emotions raise different normative questions, namely how they may come to be justified and correct.

In order to answer these questions, this work will proceed as follows. In the first chapter, the notion of emotion, sentiment, temperament, and character trait will be expounded. In the second chapter, the different types of psychological dispositions constituting personality will be distinguished and discussed in order to understand how these shape a person. In particular a distinction is drawn between those psychological dispositions that are constitutive of one’s evaluative sensibility and those that are not (Deonna and Teroni 2009). In the third chapter, personal emotions are carefully analysed one by one from a descriptive point of view and it is argued that these emotions are evaluations of persons with respect to their evaluative sensibility. This is both a refinement and a unification effort of the several theories of admiration (Zagzebski 2015, 2017; Kauppinen 2019) contempt (Mason 2003; Abramson 2010; Bell 2013) pride (Fischer 2012; Kauppinen 2017) and shame (Taylor 1985; Deonna et al 2012). The fourth chapter continues the inquiry into personal emotions by addressing the normative questions that remain to be answered: in particular which requirements need to be met in order for these emotions to be justified and correct. A defence of the possibility of the justification of these emotions is provided against recent attacks stemming from situationism (Harman 1999; Doris 2002, Vranas 2009). The possibility of personal emotions being correct is defended against recent attacks (Doris 2002) and a criticism of the existing defences (Bell 2011) is also offered.

Résumé

Ce travail offre une analyse descriptive et normative des émotions personnelles: l’admiration, le mépris, la fierté, et la honte. Ces émotions semblent avoir un lien spécial avec les personnes: (i) elles sont intentionnellement dirigées exclusivement vers des personnes et (ii) elles évaluent les personnes en vertu de qui elles sont (Bell 2011, 2013; Kauppinen 2019).

Cette simple observation donne lieu à cinq questions qui sont discutées dans ce travail. Premièrement, il est nécessaire d’établir si ces émotions sont effectivement exclusivement dirigées vers des personnes et pourquoi ceci est le cas. Deuxièmement, il faut comprendre ce que cela veut dire d’évaluer quelqu’un en vertu de la personne qu’elle est plutôt qu’en vertu de ses actions. Troisièmement, ces émotions sont souvent considérées comme ayant une portée globale sur la personne: lorsqu’on méprise une personne, on la méprise toute chose considérée. Cette observation doit être considérée attentivement afin de pouvoir établir si ces émotions évaluent les personnes de manière globale ou locale. Quatrièmement, ces émotions sont influencées de manière importante par les valeurs auxquelles nous sommes attachés et par les standards auxquels nous sommes sujets. Cette observation soulève la question de savoir ce que ça veut dire d’être attaché à une valeur et quelle est la nature et l’origine des standards auxquels on est sujets. Cinquièmement, ces émotions soulèvent plusieurs questions normatives, à savoir si elles peuvent être justifiées et correctes.

Afin de répondre à ces questions, ce travail procèdera de la manière suivante. Dans le premier chapitre, la notion d’émotion, de sentiment, de tempérament, et de trait de caractère seront présentées. Dans le deuxième chapitre, les différents types de dispositions psychologiques qui constituent la personnalité seront distinguées et discutées afin de mieux comprendre de quelle manière elles constituent une personne. En particulier, une distinction doit être faite entre les dispositions qui constituent la sensibilité évaluative d’un agent et celles qui ne la constituent pas (Deonna and Teroni 2009). Dans le troisième chapitre, les émotions personnelles sont analysés une par une d’un point de vue descriptif: la thèse défendue dans ce chapitre est que les émotions personnelles sont des évaluations d’une personne vis-à-vis de leur sensibilité évaluative. Cette prise de position est un raffinement ainsi qu’un effort d’unification des différentes théories de l’admiration (Zagzebski 2015, 2017; Kauppinen 2019) du mépris (Mason 2003; Abramson 2010; Bell 2013) de la fierté (Fischer 2012; Kauppinen 2017) et de la honte (Taylor 1985; Deonna et al 2012). Le quatrième chapitre continue l’analyse des émotions personnelles en essayant d’apporter une réponse aux questions normatives mentionnées plus haut: plus spécifiquement il est nécessaire de mieux comprendre comment ces émotions peuvent être justifiées et correctes. La possibilité que ces émotions soient justifiées est défendue contre des attaques issues du situationisme (Harman 1999; Doris 2002, Vranas 2009). La possibilité que ces émotions soient correctes est défendue contre des attaques récentes (Doris 2002) tout en rejetant des solutions existantes (Bell 2011) proposées contre ces critiques.

 

Giacomo Mazzucchelli (2019) – Comprendre la “maladie suisse” : une approche philosophique de la nostalgie

Abstract

Summer is over. You came back from holiday yesterday and today you restart working. While heading to your office, you think back to last evening, when you were drinking a good glass of Chianti just in front of the sea. A sudden feeling of joy warms your heart, but it quickly vanishes leaving room to a bittersweet taste in your mouth once you sadly join your desk and see your colleagues. From the Odyssey till Proust’s masterpiece In Search of Lost Time, nostalgia has been the subject of famous writers and artists. However, despite being a quite pervasive and universal phenomenon, analytic philosophers have tended to neglect it and focus more on basic or moral emotions. My master thesis aims to fulfil this gap by offering an overall philosophical account of nostalgia.

After a general introduction of the affective domain and their key features – intentionality, epistemic status, and phenomenology – two main accounts are explored: the “naivety” and the “poverty of the present” theories. Both accounts consider nostalgia as essentially involving a kind of comparison between the past and the present of the agent. While the first posits an “epistemic gap” between the two temporal dimensions – the subject in the past is conceived as more “naïve” and less conscious of his surroundings than he is today –, the second holds that nostalgia consists in an evaluative judgement made by the agent, where his past is seen as “better” than or “preferable” to his present.

The two accounts seem to capture something essential to nostalgia, but they face some serious objections. In fact, while the “epistemic gap” introduced by the naivety theory simply appears to derive from the mnemonic dimension and thus from the presence of two different perspectives (the one of the subject remembering and the one of the subject “remembered”) common to many other emotions (regret, melancholia, etc.), an evaluative judgment seems neither necessary nor sufficient for having an emotion. A fine-grained version of the “poverty of the present” theory is then explored, where the judgement is only dispositional and focused on specific aspects of the present and the past episode of the agent. Even if this new version looks at first glance more promising and able to account for most of nostalgic episodes, it seems to be undermined by the case of “Proustian nostalgia”. This one, as recalled by Proust’s famous madeleine, describe nostalgic occurrences presenting particular features: they’re typically ephemeral, imply a strong sense of immersion, are generally more (phenomenologically) positive and, what’s more, do not seem to involve any comparison from the subject between his past and his present.

Besides, as A. S. Howard (2012) points out, some Proustian nostalgia may be directed towards “neutral” (or even negative) past matters of fact, and the subject can be perfectly aware of this, while nonetheless feeling nostalgic. This awkward feature seems due to a kind of golden patina marking the memory and adding a fictional element to it. Therefore, Proustian nostalgia present, according to A. S. Howard, another version of the infamous paradox of fiction. In my work, I argue that A. S. Howard’s intuition is only partly right. After discussing analogies and dis-analogies between ordinary and fictional emotions – as well as their (epistemic) norms –, I do distinguish internal and external elements within a fiction. While the first ones strictly concern the content of the fiction, the others characterize more the way the fictional story and its characters are represented. An example of it is what is usually called “framing effects” in the visual and cinematographic arts. Framing effects suppose the idea that the choice of a cinematographic technique, such as a close-up or a long tale, may significantly modulate our emotions. My intuition is that a similar mechanism applies to Proustian nostalgia: the golden patina invoked by A. S. Howard corresponds to an external “fictional” (and mnemonic) element. Marcel’s memory is, strictly speaking, faithful to his past: he rightly remembers dunking the madeleine in his tea, his home, and his village. Depending on the degree of the fictional patina, I argue therefore that Proustian nostalgia can be considered as genuine episodes of nostalgia. The introduction of the framing effects and the distinction between internal and external fictional elements allow me to propose a unified account of the bittersweet emotion, by treating Proustian nostalgia as a borderline case.

Résumé

L’été est presque fini. Vous venez de rentrer de vos vacances et aujourd’hui vous retournez au travail. Pendant que vous vous dirigez au bureau, vous pensez un instant à votre dernière soirée, lorsque vous étiez en train de boire un bon Chianti avec l’horizon de la mer devant vous. Une soudaine sensation de joie s’empare de votre cœur, mais elle disparaît vite, laissant un goût aigre-doux dans votre bouche quand vous rencontrez vos collègues et rejoignez votre table de travail. De l’Odyssée à la Recherche de Proust, la nostalgie, émotion dont il est question ici, a attiré l’attention d’écrivains et d’artistes célèbres. Bien qu’elle constitue un phénomène répandu et presque universel, les philosophes analytiques l’ont souvent négligée, se focalisant davantage sur des émotions basiques ou de nature morale. Ce mémoire de maitrise a pour but de combler cette lacune, en offrant une approche philosophique générale de la nostalgie.

Après une esquisse, dans la section introductive, du paysage philosophique des émotions à travers l’illustration de leurs caractéristiques fondamentales – leur intentionnalité, leur statut épistémique et leur phénoménologie – deux approches classiques de la nostalgie sont critiquées : la théorie de la naïveté et celle de la pauvreté du présent. Les deux positions partagent l’idée que cette émotion consiste en une comparaison particulière entre le passé et le présent du sujet : selon la première, elle dérive d’un écart épistémique de l’individu entre la situation passée et actuelle – l’agent étant d’une certaine manière inconscient de l’environnement à l’époque. D’après la seconde, la nostalgie consiste plutôt dans une évaluation négative que ce dernier fait du présent, au profit d’un passé qui lui serait préférable.

Bien qu’elles semblent capturer des aspects essentiels de la nostalgie, les deux approches font face à d’importantes objections. En effet, « l’écart épistémique » introduit par la théorie de la naïveté parait dériver simplement de la dimension mémorielle et, par conséquent, de la présence de deux perspectives (celle du sujet qui remémore et celle du sujet « remémoré ») qui est commune à d’autres émotions (regret, mélancolie, etc.). Quant à l’approche de la pauvreté, elle implique un jugement. Or, un jugement évaluatif ne semble ni nécessaire ni suffisant pour éprouver une émotion. Une version plus raffinée de l’approche de la pauvreté du présent est également explorée. Dans celle-ci, le jugement est uniquement dispositionnel et dirigé vers des aspects spécifiques du présent et de l’épisode passé du sujet. Ce nouveau modèle, qui paraît être plus prometteur, est cependant remis en cause par l’existence d’un type particulier de nostalgie qu’exemplifie l’épisode proustien de la madeleine. Ces « nostalgies proustiennes » décrivent des instances de nostalgie présentant des caractéristiques particulières : elles sont typiquement éphémères, impliquent une forte sensation d’immersion, sont généralement plus (phénoménologiquement) positives et, qui plus est, ne semblent supposer aucune comparaison, de la part du sujet, entre son passé et son présent.

En outre, comme souligné par A. S. Howard (2012), certaines instances de nostalgies proustiennes peuvent être dirigées vers des épisodes « neutres » (ou « négatifs ») du passé du sujet, et ce dernier, bien qu’il en soit parfaitement conscient, éprouve néanmoins de la nostalgie. Cet aspect « étrange » paraît être due à une espèce de « patine dorée » marquant le souvenir de l’agent et lui ajoutant un élément fictionnel. Ainsi, les nostalgies proustiennes présenteraient, selon A. S. Howard, une autre version du célèbre paradoxe de la fiction. Dans mon travail, je soutiens que cette intuition d’A. S. Howard n’est qu’en partie correcte. Après avoir discuté des analogies et dis-analogies caractérisant les émotions ordinaires et fictionnelles de même que leurs normes (épistémiques), je distingue, au sein d’une fiction, ce qui relève d’éléments internes ou externes. Alors que les premiers portent au sens strict sur le contenu de la fiction, les seconds concernent plutôt la façon dont l’histoire et ses personnages sont représentés. Un exemple à ce sujet est constitué par ce qu’on appelle « effets de framing » dans les arts visuels et cinématographiques. Les effets framing impliquent que le choix d’une technique cinématographique particulière, telle que l’usage d’un gros plan ou bien d’un plan-séquence, puisse modifier de manière sensible nos réponses affectives. Mon idée est qu’un mécanisme similaire s’applique au cas des nostalgies proustiennes : la « patine dorée » évoquée par A. S. Howard correspond plutôt à un élément fictionnel (mnémonique) externe. En effet, le souvenir de Marcel semble être, stricto sensu, fidèle à l’épisode du passé : il se rappelle correctement tremper un biscuit dans son infusion de thé, sa maison et son village d’enfance. Je défends ainsi que, selon le « degré de fictionalité » en jeu, les nostalgies proustiennes peuvent être considérées comme des émotions authentiques En conclusion, l’appel aux effets framing et la distinction entre éléments fictionnels internes et externes permettent de proposer une vision unitaire de cette émotion douce-amère, en traitant les nostalgies proustiennes comme un cas-limite de celle-ci.

 

Jean-Philippe Vuilliomenet (2019) – Évaluation du Relativisme Moral et Défense du Réalisme Moral

Abstract

In philosophy, metaethics is a field where we study ethics in a non-ethical way. Metaethicist’s goal is not to expose us a substantive theory of the good by defining it as the maximisation of utility or respect of categorical imperative demands. His goal is to understand the presuppositions and the semantical, normative, metaphysical, epistemical and psychological commitments of our moral thinking in order to give the best possible explication. Let’s take an example of moral judgement like “killing is bad”. Can we say that this sentence is true or false? If it is true, what can we say about the existence of moral properties like “being wrong”? Do they exist independently of our attitudes or, on the contrary, do they depend on them? If it makes sense to talk about moral truth and moral properties, what is the faculty that gives us knowledge of this moral reality? Among other things, here are some questions raised by this moral judgement which, at first glance, seemed so trivial.

The main purpose of this master thesis is to assess all aspects of moral relativism by showing that non-subjectivist moral realism gives us a better explication of the nature of morality than his critics usually claim.

My thesis begins with a detailed presentation of the semantical, ontological, normative and epistemical aspects of moral realism in order to provide well-defined targets to the objections of antirealists represented by non-cognitivism, J.L Mackie and G.Harman. From antirealism, I analyse different forms of moral relativism, thereby facilitating the G.Harman relativistic theory’s understanding. Then, I raise a series of objections against Harman’s position and moral relativism in general. Finally, I proceed to a favourable return to moral realism by making a decisive argument in its favour on one hand, and rejecting antirealistic objections to its epistemology and metaphysics.

Résumé

La métaéthique est un domaine de la philosophie où l’on étudie l’éthique de manière non-éthique. Le but du métaéthicien n’est pas de nous présenter une théorie substantive du bien, en ce sens où il ne cherche pas à le définir en tant que maximisation de l’utilité ou respect des impératifs catégoriques. Son entreprise théorique consiste à comprendre les présupposés et les engagements sémantiques, normatifs, métaphysiques, épistémiques et psychologiques de notre pensée morale afin d’en fournir la meilleure explication possible. Il suffit de s’attarder quelque temps sur le jugement moral « tuer est mauvais » pour en saisir toute la profondeur. Pouvons-nous dire de cet énoncé qu’il est vrai ou faux ? S’il est vrai, que dire de l’existence des propriétés morales comme « être mauvais » ? Existent-elles indépendamment de nos attitudes ou, au contraire, en sont-elles dépendantes ? S’il fait sens de parler de vérité morale et de propriétés morales, par quelle faculté en avons-nous connaissance ? Voici, entre autres, quelques questions que soulève ce jugement moral qui paraissait, au premier abord, si anodin.

Mon projet principal dans ce mémoire est d’évaluer le relativisme moral sous tous ses aspects tout en démontrant que le réalisme moral non-subjectiviste fournit une meilleure explication de la nature de la morale que ce que ses détracteurs affirment.

Mon travail débute par une présentation détaillée des aspects sémantiques, ontologiques, normatifs et épistémiques du réalisme moral dans le but de fournir des cibles bien définies aux objections des antiréalistes représentés par le non-cognitivisme, J.L. Mackie et G. Harman. À partir de l’antiréalisme, j’analyse les différentes formes de relativisme moral, facilitant ainsi la compréhension de la théorie relativiste de G. Harman. Par la suite, j’avance une série d’objections à l’encontre de la position de ce dernier et du relativisme moral dans son ensemble. Pour finir, j’opère un retour favorable au réalisme moral en avançant, d’une part, un argument décisif en sa faveur et, d’autre part, en rejetant les objections antiréalistes visant son épistémologie et sa métaphysique.

 

Stephan Freivogel (2018) – L'intérêt et l'intéressant dans les valeurs épistémiques et les valeurs esthétiques

Abstract

Works of art are frequently called "interesting", and the wider grammar of interestingness - "mysterious", "complex", “enlightening”, etc. - is pervasive in contemporary writings about art. Contemporary art has intertwined itself with a form of philosophical discourse, self-reflexive and critical. Moreover, a tradition of philosophers, artists and art critics have, at least since the pre-Kantian development of aesthetics, repeatedly asserted the importance of the interesting for the work of art. For these reasons, it seems that the interesting, rather than, say, beauty, is the central value of art. But how should we understand this centrality thesis? And what is it to be interesting? From a broader perspective, the interesting, as well as its psychological counterpart interest, are relevant beyond and independently of aesthetical contexts. Today, interest is a hot topic both in contemporary epistemology and empirical psychology. The input from the corresponding literatures and further philosophical considerations coming from the philosophy of mind and metaphysics of value, help clarify the concept of the interesting and buttress a general view of the property of being interesting as the value of the potential for one’s cognitive improvement. These analyses provide a more solid ground for the further investigation into how the interesting is ascribed to art. The description of numerous art works shows how the category is diversely implicated in their structure, and how important art-critical notions can be traced back to it. This contributes to an understanding of the relation between interestingness and aesthetic value, and further illuminates the role interest has in the experience of art.

This work has been awarded with the Humbert Prize by the University of Geneva (2019).

Résumé

On qualifie régulièrement l’art d’« intéressant », et le vocabulaire de l’intéressant – « mystérieux », « complexe », « illuminant », etc. – est aujourd’hui omniprésent dans le discours sur les œuvres. Par ailleurs, l’art contemporain s’est rapproché d’un discours philosophique, à la fois par l’auto-analyse et comme discipline critique. De plus, des philosophes, des artistes autant que des critiques d’art ont soulignés l’importance de l’intéressant pour l’œuvre, et ce depuis le développement pré-kantien de l’esthétique. Pour l’ensemble de ces raisons, on dira que l’intéressant, plutôt que par exemple le beau, est la valeur centrale de l’art. Mais comment interpréter cette thèse de centralité ? Et qu’est-ce qu’être intéressant ? Ce qui est intéressant, ainsi que sa contrepartie psychologique, l’intérêt, sont largement indépendants des contextes esthétiques. La recherche empirique sur l’intérêt autant que les débats actuels en épistémologie illustrent ce point. Leurs apports respectifs, ainsi que des considérations de la philosophie de l’esprit et de la métaphysique des valeurs contribuent à la clarification du concept de l’intéressant et dressent une conception de la propriété d’être intéressant comme étant la valeur du potentiel de l’amélioration cognitive. Ces bases ouvrent alors la voie à l’analyse de l’intéressant comme instanciée par l’œuvre d’art. La description d’œuvres met en évidence la multiplicité de l’intéressant en tant que catégorie esthétique, ainsi que la manière dont de nombreuses notions propres à l’analyse et la critique des œuvres d’art peuvent être ramenées à l’intéressant. L’ensemble de ces discussions contribuent à esquisser le rapport entre l’intéressant et la valeur esthétique, et de là suggèrent l’importance de l’intérêt dans l’expérience de l’œuvre d’art.

Ce travail a été récompensé par le Prix Humbert de l’Université de Genève (2019)

 

Magalie Schor (2018) – S’émouvoir d’une fiction

Abstract

Our emotional engagement with works of fiction is a central topic within philosophical discussions in aesthetics. Ever since Colin Radford (1975) formulated the (in-)famous paradox of fiction, the question of how we can be moved by fictional entities which we know not to exist has given rise to a substantial literature on the topic. The trend has been to favour an aesthetic approach to the issue, but this approach nonetheless encounters two shortcomings. Firstly, the focus has almost exclusively been on our engagement with traditional forms of fiction (mostly novels and movies), neglecting the vast range of interactive fictions (videogames, role playing games). Secondly, research has concentrated on two classes of emotional responses to fiction (pity for fictional entities and fear for oneself), which leads to a dramatically incomplete picture of our emotional engagement with fiction.

The aim of this master thesis is to contribute to the debate by offering a thorough and rigorous descriptive and normative analysis of our emotional responses to fiction by drawing upon contemporary philosophical theories of emotions and avoiding the aforementioned shortcomings. The two main questions I address are the following: firstly, do emotions elicited by fiction differ significantly from ordinary emotions and, if so, how and why? Second, are these emotions irrational or otherwise epistemically inappropriate? In the process, I show how important it is to build a careful taxonomy of emotions elicited by fiction, and how this allows for a considerable enrichment of the debates surrounding our engagement with such works, in particular interactive ones. I argue that emotional responses to works of fiction do not significantly and systematically differ from emotional reactions to real-life situations. Additionally, I argue that fictional emotions are often rational and epistemically appropriate, and I provide detailed analyses of many concrete cases of different works of fiction.

Résumé

La nature et la rationalité de notre engagement émotionnel avec les œuvres de fiction est un sujet qui est au cœur des discussions philosophiques en esthétique. Depuis le fameux article de Colin Radford (1975) la question de comment nous pouvons nous émouvoir envers des entités que l’on sait être simplement fictionnelles a donné naissance à une abondante littérature sur le sujet. Force est de constater que la tendance a été de favoriser une approche esthétique sur la question qui présente deux principaux défauts. Premièrement, les philosophes se concentrent presque toujours exclusivement sur notre engagement émotionnel avec les œuvres de fiction traditionnelles (romans, films), négligeant la vaste catégorie des fictions interactives (jeux vidéo, jeux de rôles). Deuxièmement, nos réponses émotionnelles aux œuvres de fiction sont le plus souvent distinguées en seulement deux catégories (les émotions du type pitié pour les personnages fictionnels et celles du type peur pour soi-même), ce qui conduit à un appauvrissement dramatique de la diversité de notre engagement émotionnel avec les œuvres de fiction.

Le but de ce mémoire est de contribuer à la discussion en offrant une analyse rigoureuse et approfondie, à la fois descriptive et normative, de nos réponses émotionnelles aux fictions, en puisant dans les théories philosophiques contemporaines des émotions et en palliant les défauts susmentionnés. Les deux questions fondamentales qui sont traitées sont les suivantes : premièrement, est-ce que les émotions suscitées par les œuvres de fiction diffèrent significativement et systématiquement de nos réponses émotionnelles ordinaires et, si oui, de quelle(s) manière(s) et pourquoi ? Deuxièmement, est-ce que ces émotions fictionnelles sont systématiquement irrationnelles ou autrement inappropriées épistémiquement ? Ce faisant, je montre l’importance de construire une taxonomie minutieuse des émotions suscitées par les fictions, et comment celle-ci enrichit considérablement les discussions portant sur notre engagement avec de telles œuvres, en particulier avec les fictions interactives. Je soutiendrai que les réponses émotionnelles aux œuvres de fiction ne sont pas systématiquement et significativement différentes de nos réactions aux situations de la vie réelle et que les premières sont le plus souvent aussi rationnelles et épistémiquement appropriées que les dernières. Je fournirai notamment à l’appui des analyses normatives détaillées de plusieurs cas concrets d’émotions suscitées par différentes œuvres de fiction spécifiques.

 

Maude Ouellette-Dube (2017) – The Importance of Emotions in Animal Ethics

Abstract

Ever since it boomed in the 1970’s, the field of animal ethics has been especially dominated by two trends of ethical theories: utilitarianism and rights theory. These trends have been criticized, for instance, by ethics-of-Care theorists who think that the rationalist assumptions underlying these approaches are not only limiting, but also obscure a wide range of moral attitudes which are central to consider as we reflect on the ethical treatment of nonhuman animals. Among other things, ethics-of-Care theorists want to recognize a central role for emotions in animal ethics. At this stage of the debate in animal ethics, it seems that this suggestion has to be seriously considered. However, it threatens to remain unappealing as long as the role of emotions is not better specified and as long as emotions and empathy are not sharply distinguished.

This master thesis builds on recent literature in contemporary philosophy of emotions to argued that it is in virtue of their epistemic value that emotions have an important role to play in our moral lives generally, and in animal ethics more specifically. A broad account of the epistemic virtues of emotions is offered. The central suggestion is that emotions can contribute in various and important ways to our evaluation of moral situations and to moral judgments in virtue of their intricate relation with evaluative properties. In this case, paradigmatic moral emotions (i.e. compassion, indignation) are especially important because of their relation to paradigmatic moral evaluative properties (i.e. suffering, injustice). It is suggested that emotions can not only inform us with regards to the presence of such properties, but that they can, given proper conditions, allow one to gain evaluative knowledge and constitute a central component in gaining evaluative understanding. Furthermore, it is suggested that compassion, as opposed to empathy, is worth emphasizing in animal ethics because of this emotion’s potential to inform our evaluative outlook about the suffering of others. This work not only lends support to ideas developed by ethics-of-care theorists, but it also seeks to motivate the claim that emotions should be given a prominent place within our accounts of moral psychology for reasons which reach far beyond their motivational potential.

Résumé

Depuis leurs débuts dans les années 1970, les débats en éthique animale ont été principalement dominés par deux types de théories éthiques : l’utilitarisme et la théorie du droit. Cette tendance est de plus en plus critiquée. Par exemple, les éthiques du Care suggèrent que l’approche rationaliste propre à ces deux approches est non seulement limitée, mais risque aussi d’obscurcir l’importance de plusieurs autres attitudes morales. Entre autres choses, les éthiques du Care proposent de reconnaître une place centrale pour les émotions en éthique animale. En considérant l’état des réflexions dans ce domaine, il semble que cette suggestion doit être prise au sérieux. Pourtant, elle risque de ne pas l’être tant et aussi longtemps que le rôle des émotions n’est pas mieux spécifié et tant que les émotions et l’empathie ne sont pas rigoureusement distinguées.

Ce travail de Master fait appel aux développements récents en théorie des émotions pour défendre l’idée que c’est en vertu de leur valeur épistémique que les émotions ont un rôle à jouer dans nos vies morales généralement, et au sein des questions propres à l’éthique animale plus spécifiquement. Les différentes vertus épistémiques des émotions sont discutées. La suggestion principale est que les émotions peuvent contribuer de façons variées et substantielles à notre évaluation des situations morales et à nos jugements moraux en raison de leur lien étroit avec les propriétés évaluatives. Dans ce cas, les émotions morales paradigmatiques (ex : compassion, indignation) sont particulièrement importantes en raison de leur lien avec des propriétés morales évaluatives paradigmatiques (ex : souffrance, injustice). Grâce à ce lien, les émotions peuvent non-seulement nous informer quant à la présence de telles propriétés, mais peuvent aussi permettre, sous certaines conditions, de gagner en connaissance évaluative et sont un élément important de la compréhension évaluative. Enfin, il est suggéré que l’émotion de la compassion, plutôt que l’empathie, devrait recevoir plus d’attention en éthique animale en raison du potentiel qu’a cette émotion de nous permettre de reconnaître la souffrance d’autrui et d’en mesurer l’importance. Ce travail a deux visées plus générales. La première est de soutenir et d’approfondir certaines idées défendues par les éthiques du Care. La deuxième est de reconnaître que si les émotions gagnent à être reconnues au sein des théories de psychologie morale, alors ce sera en raison de leur valeur épistémique, au-delà de leur valeur motivationnelle.

 

Antoine Rebourg (2017) – The Unity of Consciousness

Abstract

At any given time of our conscious life, we find ourselves in a plurality of conscious mental states of various kinds: we see, hear, smell, think, want and feel things, and each of these experiences bear a certain phenomenal quality. In this work, I attempt to clarify and defend the idea that these various experiences are phenomenally unified into a single, encompassing experience.

My discussion divides into three stages. In the first stage (Chapters 2-4), I present and assess two dominant accounts of the phenomenal unity thesis. The first, endorsed by Bayne (2010) and Dainton (2006), posits a relation of co-consciousness that binds each of a subject’s experiences together; the second, Tye’s (2003) ‘One-experience’ account, reduces phenomenal unity to the unity of our experiences’ representational content.

I raise a few objections to these accounts. Notably, I argue that Bayne’s and Dainton’s respective view sheds too little light on the nature of our mental states’ phenomenal unity, and that their mereological approach run into both a form of Russell’s Paradox and a regress of co-consciousness relations; as for Tye’s view, I contend that it fall shorts of accounting for the apparent heterogeneity of the contents and modes of our experiences.

In the second stage (Chapters 5-6), I defend a self-representational account that conciliates a representational conception of consciousness with the long-standing idea, which dates back to the phenomenological tradition and was recently forcefully brought back into fashion (by e.g. Zahavi 2006, and Kriegel 2005, 2007), that consciousness essentially bears a subjective character: for my mental state to be conscious is for it to represents itself as being mine. This allows me to put forward an account of phenomenal unity according to which our various experiences are phenomenally unified, at any given time, in virtue of being the conjoint objects of a single act of self-awareness. I then enhance this proposal with the claim that this unity is normatively constrained.

In the third and concluding stage of my work (Chapter 7), I derive from my self-representational account an interpretation of what is experienced by so-called ‘split-brain’ patients, subjects who suffer lesions in their corpus callosum and appear, as a result, to undergo phenomenally disjointed experiences under certain experimental conditions. I argue, roughly, that the empirical data do not threaten the idea that split-brains enjoy a single, phenomenally unified stream of consciousness.

Résumé

A n’importe quel instant de notre vie consciente, nous nous trouvons dans de nombreux états mentaux conscients de diverses sortes : nous voyons, entendons, sentons, pensons, voulons et ressentons des choses, et ces expériences ont une certaine qualité phénoménale. Dans ce travail, je m’attèle à clarifier et défendre l’idée que ces nombreuses expériences sont phénoménalement unifiées en une expérience unique et englobante.

Ma discussion est divisée en trois temps. Dans un premier temps (Chapitres 2-4), je présente et évalue deux défenses majeures de la thèse de l’unité phénoménale. La première, proposée par Bayne (2010) et Dainton (2006), postule une relation de co-conscience qui lie les expériences d’un sujet les unes aux autres ; la seconde, la théorie de l’ « Expérience unique » de Tye (2003), réduit l’unité phénoménale de nos expériences à l’unité de leur contenu représentationnel.

Je soulève certaines objections au sujet de ces théories. Notamment, je fais valoir que celle de Bayne et Dainton ne nous éclaire pas suffisamment quant à la nature de l’unité phénoménale, et qu’elle implique non seulement une forme de Paradoxe de Russell mais une régression de relations de co-conscience ; quant à la position de Tye, j’argue qu’elle manque de rendre compte de l’apparente hétérogénéité des modes et contenus de nos expériences.

Dans un second temps (Chapitres 5-6), je défends une théorie sui-représentationnelle qui concilie une conception représentationnelle de la conscience avec l’idée, qui remonte à la tradition phénoménologique et fut récemment remise au goût du jour avec force (notamment par Zahavi 2006 et Kriegel 2005, 2007), selon laquelle la conscience a un caractère essentiellement subjectif : mon état mental est conscient en vertu du fait qu’il se représente comme étant le mien. Cette théorie me permet de développer une théorie de l’unité phénoménale d’après laquelle nos nombreuses expériences sont phénoménalement unifiées en vertu du fait qu’elles font conjointement l’objet de notre conscience de soi. Je soumets ensuite que cette unité est normativement contrainte.

Dans un troisième et dernier temps (Chapitre 7), je dérive de ma théorie sui-représentationnelle une interprétation de l’expérience phénoménale des fameux patients « split-brain », ces sujets dont le corps calleux est endommagé et qui, conséquemment, paraissent avoir des expériences phénoménalement désunifiées dans certaines conditions expérimentales. J’argue que les données empiriques à ce sujet ne menacent pas l’idée que les sujets « split-brain » ont un flot de conscience unique, et unifié.

 

Steve Humbert-Droz (2015) – Les unités organiques dans les jugements esthétiques

Abstract

In order to explain our judgments that works of art or artefacts similar to works of art (such as Christmas trees, children drawings,…) have either a negative aesthetic value despite the positive value of all (or some of) their parts, or a positive aesthetic value in virtue of the negative value of all (or some of) their parts, I argue for an organic unity account (Moore 1903; 1922; Hurka 1998; Brown 2007) inspired by the Gestaltist tradition (e.g. Ingarden 1945; 1963; Kuhns 1960, Dufrenne 1966).

In aesthetics, more than in other domains, it seems obvious that simply summing the values of all the parts of an artwork leads to absurdities (see e.g. Lemos 2009). But the important question revealed by this truism is not sufficiently discussed in the literature. How can a Christmas tree be intrinsically ugly, when all the Christmas baubles on it are intrinsically beautiful? How can Waiting For Godot be considered a masterpiece, since it is written in a poor vocabulary, is  repetitive, features characters whose psychology is inconsistent, and lacks a straight end ?

In this dissertation, I argue first that works of art and lookalike artifacts (i.e. artistic expressions) are unified by the type of intention we can attribute to the author (Levinson 1996; Livingston 2005). Second, considering the mereological phenomena described above, I reject the so-called “particularism” in aesthetics as a satisfaing explanation - a thesis according to which the value of each part varies as a function of the context or the genre of an artwork (eg. Isenberg 1949; Sibley 1959; Dancy 1999; McKeever & Ridge 2011; Livingston 2009). On this backdrop, I defend an holist and organicist account inspired by Roman Ingarden, according to whom 1) the value of the parts of an artwork (or an artistic expression) does not vary with the context, and 2) the difference between the value of the parts and the value of the whole is due to the success (or the failure) of vehiculing the unifying intention.

Résumé

Pour expliquer les cas où nous jugeons qu'une oeuvre d'art ou qu'un artefact similaire à une oeuvre d'art (tel que les sapins de Noël, les dessins d’enfants, etc.) possède soit une valeur esthétique intrinsèque négative malgré la valeur positive de toutes (ou de la plupart) de ses parties, soit une valeur esthétique intrinsèque positive en vertu de la valeur négative de toutes (ou de la plupart) de ses parties, j'avance une thèse organisicste (Moore 1903; 1922; Hurka 1998; Brown 2007) inspirée de la tradition gestaltiste (ex. Ingarden 1945; 1963; Kuhns 1960; Dufrenne 1966).

Il semble évident en esthétique, plus que dans tout autre domaines, que la simple sommation des valeurs des parties d'une oeuvre mène à des absurdités (voir, par ex., Lemos 2009). Mais, pourquoi un sapin de Noël, dont chaque boule qui le compose est intrisèquement jolie, peut-il apparaitre comme intrinsèquement affreux? Et comment En attendant Godot écrit dans un vocabulaire bas, comportant des dialogues répétitifs, des personnages psychologiquement inconsistants et dont l'histoire ne se termine même pas complétement peut-il être considéré comme un chef-d'oeuvre?

Dans cette dissertation, j’avance, dans un premier temps, que les œuvres d’art et les artefacts qui leur ressemblent (i.e. expressions artistiques) sont unifiés par le type d’intention que l’on peut attribuer à leur auteur (Levinson 1996; Livingston 2005). Dans un second temps, considérant le phénomène méréologique étrange cité ci-dessus, je rejette le particularisme esthétique comme explication viable - soit la thèse selon lequel la valeur des parties varient en fonction du contexte ou du genre d'une oeuvre (ex. Isenberg 1949; Sibley 1956; Dancy 1999; McKeever & Ridge 2011; Livingston 2009). Je propose enfin une lecture holiste et organiciste inspirée de Roman Ingarden selon lequel 1) la valeur des parties d’une œuvre ou d’une expression sont invariables selon le contexte et 2) la différence entre la valeur des parties et la valeur du tout est due à la réussite (ou non) de la conduite de l’intention esthétique unificatrice.

 

Constant Bonard (2014) – What is a Musical Genre and What is its Use?

Abstract

The main claim of this essay is that a musical genre consists in a socially attributed status, a status which endows the musical pieces belonging to the genre novel functions and constraints. The genre attribution thus allows the pieces to play a different role. In other words, the fact that a piece belongs to a genre gives it a socially dependent power. Musical genres are thus comparable to wedding or citizenship – the latter also are socially attributed status (to people instead of musical pieces) which endow them with new functions and constraints. I focus on the aesthetic functions and constraints that musical genres bring about. I argue that the genre in which we classify a piece strongly determines the aesthetic properties which we will attribute to the piece.

After a general introduction, the main claim is defended through a discussion of three related philosophical problems: (1) the ontology of artistic genres and its aesthetic significance (esp. Goodman, Ingarden, Levinson, Gracyk, Kania, Pouivet). (2) The importance of artistic intentions in the creation of works of art (esp. Walton, Livingston, Iseminger, Carroll, Levinson) and thus their importance in determining musical genres. (3) The ontology of social objects (esp. Searle and Thomasson) and thus the importance of the audience in the existence of musical genres. In the conclusion, I give a definition of musical genre which takes into account the points discussed.

Résumé

La thèse principale de cet essai est qu’un genre musical consiste en un statut attribué socialement, un statut qui donne aux pièces appartenant à ce genre de nouvelles fonctions et contraintes. L’attribution du genre permet ainsi à ces pièces de jouer un rôle différent. En d’autres termes, le fait qu’une pièce appartient à un genre lui donne un certain pouvoir, un pouvoir qui dépend d’une attribution sociale. Les genres musicaux sont ainsi comparables au mariage ou à la citoyenneté – ces derniers étant également des statuts conférés socialement (à des personnes plutôt qu’à des pièces de musiques) qui leur donnent des fonctions et des contraintes nouvelles. Je me concentre en particulier sur les fonctions et les contraintes esthétiques que les genres musicaux permettent. Je défends que le genre dans lequel une pièce est classifiée détermine fortement les propriétés esthétiques attribuées à la pièce.

Après une introduction générale, la thèse principale est soutenue à travers la discussion et la mise en relation de trois problèmes philosophiques : (1) l’ontologie des genres artistiques et son importance pour l’esthétique (surtout chez Goodman, Ingarden, Levinson, Gracyk, Kania, et Pouivet). (2) L’importance des intentions artistiques dans la création des œuvres d’art (surtout chez Walton, Livingston, Iseminger, Carroll, et Levinson) et ainsi dans la détermination des genres musicaux. (3) L’ontologie des objets sociaux (surtout chez Searle et Thomasson) et ainsi l’importance du public dans la détermination des genres musicaux. Dans la conclusion, je donne une définition des genres musicaux qui prend en compte les points discutés.

Home       History       Publications      Projects       Workshops       Schedule       Collaborations