Unité de portugais

14.05 Les oubliées Femmes écrivaines de la littérature portugaise des XX-XXIes siècles

La révolution de 1974 marque une frontière entre deux situations très contrastées. Avant : la littérature des écrivaines portugaises, quand elle n’était pas passée sous silence ou oubliée, ce qui était le plus souvent le cas, était reçue avec une certaine condescendance face aux canons esthétiques ambiants. Après : période où l’on constate une véritable explosion de cette écriture. Pourtant il y avait déjà eu auparavant des femmes qui écrivaient sur l’univers féminin. Nous dessinerons la contextualisation de ces oeuvres d'un point de vue historique et littéraire, tout en étudiant les représentations « marginalisantes » des femmes, de façon à montrer qu'elles s'inscrivent dans la thématique d'une «littérature féminine», qu'elles sont ancrées dans des expériences de vie de femmes de leurs temps ( le quotidien, le rapport avec le corps, la guerre, l’émigration, l’Histoire, le fantastique), sans effacer cependant une portée sur l'être humain qui cherche un sens à la destinée humaine.


José Manuel Esteves a fait des études en Philologie Romane et en Littérature Portugaise à Lisbonne. Il est enseignant responsable de la Chaire Lindley Cintra de Camões I.P. à l’Université Paris Nanterre. Il intègre le groupe de recherche CRILUS (Nanterre) et est membre associé du CREPAL (Paris 3). Il appartient au comité de rédaction de la revue électronique www.pluralpluriel.org et est membre du comité éditorial des Cahiers du Crepal et des revues Colóquio/Letras et Convergência Lusíada . Il s’intéresse à l’écriture de femmes écrivaines portugaises, surtout des plus oubliées. Auteur et éditeur de plusieurs publications, notamment La Littérature Portugaise contemporaine, Paris, 2008; Maria Judite de Carvalho. Une écriture en liberté surveillée (Besse, Cristóvão, Esteves), Paris, 2012; Hommes de lettres et la Res publica au Portugal et au Brésil, (Poncioni, Esteves , Costa), Paris, 2013.

4 mai 2018
  Actualités portugaises