Orientations Unige

Urbanisme de projet

Dans les villes européennes, la planification urbaine s’organise de plus en plus autour du projet urbain. Or, la conception d’un projet urbain nécessite d’assembler des compétences diversifiées provenant de l’architecture, de la géographie, de l’architecture du paysage, de la science politique, de la sociologie, du droit, du génie civil et de l’analyse de la mobilité, de l’économie et de l’action foncière, ainsi que de l’écologie. Ces compétences complémentaires sont activées aux différentes étapes d’urbanisme de projet (d’échelle urbaine à territoriale), qui mobilise tout autant les pouvoirs publics que des acteurs privés ou associatifs.

Agathe Baillod / Sarah El-Assaoui / Julien Herdé / Damien Le Goff, Julien Levasseur, Ana Maria Lopez Gaelano

L’orientation en Urbanisme de projet s’attache à former — à partir des compétences disciplinaires acquises dans le cadre des formations initiales de niveau Bachelor — des futurs professionnelles et professionnels aptes à interagir, tout au long du processus de projet, avec les divers métiers de l’urbanisme. L’accent est mis sur un apprentissage des compétences clés à chaque étape du projet et une compréhension affinée des conditions de leur assemblage.

Formations et domaines spécifiques

  • Acquérir une capacité au travail en équipe interdisciplinaire de projet ;
  • Maîtriser les différentes étapes de construction du projet, de l’analyse à la réalisation ;
  • Concevoir et mettre en oeuvre les différents plans d’urbanisme et d’aménagement qui ont cours en Suisse ;
  • Coordonner le rôle des acteurs tant du point de vue du diagnostic, que de l’élaboration de la stratégie territoriale ou de sa communication.

Développement territorial des Suds

Le développement territorial dans le Sud Global inclut des approches très différentes qui vont du développement local rural communautaire à la gouvernance métropolitaine en passant par la gestion intégrée des ressources naturelles et la régularisation des quartiers informels.

Shutterstock_ISE

 

Ceci dans des environnements également hétérogènes qui vont des marges pauvres des pays les moins avancés aux villes globales des pays émergents. Il porte cependant sur des espaces qui ont en commun d’être marqués par des formes de pauvreté qui affectent une partie importante des sociétés locales et par une faible planification, anticipation et coordination des différentes dynamiques spatiales en cours.

Aussi la pratique du Développement territorial des Suds appelle des réflexions et des méthodes spécifiques. Tant pour la prise en compte de la pauvreté dans l’élaboration et la conduite des projets que pour la prise en compte des questions de coordination, de participation ou bien encore de gouvernance dans des systèmes d’acteurs complexes non planifiés.

Formations et domaines spécifiques

  • Capacité à mobiliser des sources multiples et éventuellement lacunaires ;
  • Recherche de documentation adéquate en contexte de pénurie documentaire et informationnelle ;
  • Prise en compte des initiatives spontanées (bottom up) dans les dynamiques d’urbanisation ;
  • Créativité liée aux ressources informelles d’aménagement et de développement ;
  • Sensibilité à la question de la justice sociale et spatiale dans le projet de développement territorial.

Développement régional

L’orientation en Développement régional forme des spécialistes de la planification et gouvernance territoriale à l’échelle régionale et métropolitaine.

vérifier

L’orientation concentre son attention sur les dynamiques propres aux grands territoires de coopération institutionnelle. Les échelles et les objets envisagés sont très différents allant du local au supra et au transnational, du projet métropolitain au projet biorégional, autrement dit celles et ceux des différentes figures du « nouveau régionalisme » en lien avec les politiques nationales, européennes et cantonales.

Elle cible les compétences du champ professionnel, qui tiennent pour une grande part aux spécificités de l’échelle de réflexion et d’action visée. Il s’agit de former les étudiantes et étudiants aux enjeux spécifiques du développement territorial à l’échelle des cantons (ou départementales et régionales en France, ou provinciales et régionales en Italie, etc.) et des initiatives conduites entre les cantons, départements, provinces selon les cas, à l’échelle des biorégions, mais aussi des agglomérations et des régions transfrontalières.

Formations et domaines spécifiques

  • Complexité des projets portés par des institutions relevant de systèmes législatifs et juridiques différents;
  • Développement territorial dans les régions de montagne ;
  • Instruments spécifiques de la gouvernance métropolitaine ;
  • Enjeux spécifiques de la concertation et de la participation publique à ces échelles ;
  • Gouvernance multi-niveaux et enjeu d’articulation des politiques publiques propres à chacun des niveaux.