Media

L’OMS et le BIT plaident pour une meilleure protection de la santé mentale au travail

© World Health Organization

 

Travail et santé mentale sont étroitement liés. Si un environnement de travail sûr et sain favorise la santé mentale, un milieu professionnel délétère peut conduire à des troubles mentaux graves. Alors que ce problème prend de plus en plus d’envergure dans le monde professionnel, et que l’urgence d’agir devient flagrante, l’OMS et le BIT émettent conjointement de nouvelles recommandations et notes d’orientation qui poseront les bases du changement en matière de santé mentale au travail dans le monde. Le Centre collaborateur de l’OMS pour la recherche et la formation en santé mentale, hébergé à la Faculté de médecine de l’UNIGE depuis 1998, est engagé de longue date sur ce sujet et soutient activement cette démarche.

 

En 2022, 15% des adultes en âge de travailler vivent avec un trouble mental. Si le fait d’avoir un emploi peut être un facteur de protection de la santé mentale, et même favoriser la guérison, le monde du travail peut avoir un impact très négatif. Stress, pression excessive, impossibilité de séparer efficacement vie professionnelle et vie privée, sentiment d’instabilité professionnelle ou encore harcèlement sont quelques-uns des risques qu’engendrent des environnements professionnels néfastes. « En tant que professionnelle de la santé mentale, je remarque dans ma pratique clinique la multiplication, depuis une décennie, des demandes de soins pour épuisement au travail, pour des troubles anxieux et dépressifs en lien avec les sur-sollicitations au travail, ainsi que l’augmentation des troubles addictifs y compris ceux médiés par internet comme moyen de faire face aux difficultés professionnelles », souligne la Dre Sophia Achab, directrice du centre collaborateur de l’OMS pour la recherche et la formation en santé mentale et médecin-adjointe agrégée dans le service d’addictologie des HUG.

En l'absence d'un soutien approprié, l’état de santé des personnes concernées peut en effet se dégrader rapidement. Chaque année, 12 milliards de journées de travail sont perdues à cause de la dépression et de l'anxiété, pour un coût de 1 000 milliards de dollars par an en perte de productivité. Partout dans le monde, des travailleurs/euses, des familles, des entreprises et des économies entières ressentent l'impact des problèmes de santé mentale, qu'ils soient dus ou non au travail. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Bureau international du travail (BIT) publie aujourd’hui un rapport visant à établir un état des lieux. Les organisations internationales soulignent également les devoirs des employeurs ainsi que les droits et responsabilités des travailleurs/euses, et identifie les stratégies à adopter pour prévenir l’explosion des risques psychosociaux au travail, protéger et promouvoir la santé mentale et le bien-être au travail.

La Dre Achab salue cette initiative mondiale: « Dans mes activités d’expertise et de collaboration avec l’OMS, et mes rôles au sein de différents Comités exécutifs de sociétés savantes européennes et mondiales, je suis engagée pour une meilleure prise en compte de la santé mentale des populations, des groupes vulnérables, et des professionnels de la santé. Il n’y a pas de santé sans santé mentale.

 

29 septembre 2022
  Media