Media

Prix Pfizer de la recherche pour deux neuroscientifiques genevois

1711_Prizewinner_web_images_Mario_Prsa_119x1509.jpg 1711_Prizewinner_web_images_Gregorio_Galinanes_119x150.jpg
Dr Mario Prsa Dr Gregorio Galiñares

Les Drs Mario Prsa et Gregorio Galiñanes, qui travaillent au sein du groupe de recherche de Daniel Huber, au Département des neurosciences fondamentales de la Faculté de médecine, sont les lauréats de l'un des Prix 2018 de la recherche attribués par la Fondation Pfizer, dans le domaine des neurosciences et des maladies du système nerveux.

Les deux chercheurs genevois sont récompensés pour leurs travaux, publiés dans Neuron, sur les interfaces cerveau-machine, dont l’usage de neuro-prothèses en cas de paralysie ou d’amputation est l’une des applications. 

Ils ont  cherché à savoir s’il était possible d’utiliser une microstimulation directe du cortex cérébral en tant que feedback d’une «interface cerveau-machine» (par ex. nécessaire pour les prothèses) et à en comprendre le processus d’apprentissage sous-jacent.  A l'aide d'une interface optique, quicombine la microscopie à deux photons de neurones du cortex moteur et une microstimulation optogénétique de neurones du cortex sensoriel, ils ont observé des souris entraînées à activer volontairement certains neurones du cortex moteur. Cette activité a été analysée, puis traduite en un feedback adapté de manière proportionnelle et envoyée au cortex sensoriel. Des centaines de neurones voisins ont été simultanément observés optiquement pour détecter des changements éventuels dans le réseau local pendant le processus d’apprentissage.

L’équipe de recherche a découvert que ce feedback sensoriel artificiel aidait les souris à apprendre rapidement à activer certains neurones du cortex moteur. Étonnamment, il s’est trouvé que cet apprentissage était limité à ces cellules bien définies et n’englobait pas les cellules avoisinantes. Ce travail sur le modèle de la souris donne des informations sur la capacité d’apprentissage et sur les réseaux sensorimoteurs impliqués dans le cortex cérébral. Ces résultats pourraient être importants à l’avenir pour fournir un feedback sensoriel artificiel d’une prothèse d’un membre vers le cerveau chez des personnes souffrant de paralysies.

1 février 2018
  Media