Covid-19

Clinique

19.01.2022: La grippe est-elle arrivée ?

Quelques cas de grippe ont été répertoriés mais ne dépassant pas le seuil endémique.
Les données sur l'épidémiologie locale des virus respiratoires qui circulent en Suisse et en provenance du système Sentinella Suisse (programme de l'OFSP) sont disponibles sur le site du laboratoire de virologie.

https://www.hug.ch/laboratoire-virologie/surveillance-virus-linfluenza-autres-virus-respiratoires-suisse

Vous y trouvez aussi la proportion des Omicrons parmi les tests réalisés (quasi 100% depuis la semaine dernière).
https://www.hug.ch/laboratoire-virologie/omicron

22.12.2021: Est ce qu’il y a des cas femmes enceintes à la maternité en SI ou des déclenchements prématurément d’accouchement raison COVID ?

Oui, la grossesse est un facteur de risque d’évolution vers une maladie sévère. Les femmes non vaccinées ont un risque augmenté d’hospitalisation aux soins intensifs.

17.11.2021: Quel lien entre Covid long et syndrome de fatigue chronique/encéphalite myalgique?

Une plateforme interactive sur le long Covid a été mise sur pied par les HUG : RAFAEL https://post-covid.hug.ch/

RAFAEL est une plateforme interactive d’échange et intégrant un chatbot sur les séquelles à long terme du SARS-CoV-2.
Cette plateforme, construite dans le cadre d’un projet mené par le Service de médecine de premier recours, le Service de pédiatrie générale et la Direction de communication des HUG, a l’objectif d’être une plateforme innovante et interactive visant à répondre aux préoccupations de citoyens adultes et enfants concernant le long Covid.

03.11.2021: Y a-t-il une consultation spécialisée Covid long au CHUV?

La consultation post-COVID à Unisanté est en mise en place. La cheffe de clinique répondante est Cecila Wenker Dabiri sous la supervision du Prof Favrat; contact : ddp.desk.bleu@unisante.ch

26.05.2021: Quels sont les critères et indications pour un traitement d’anticorps monoclonaux en ambulatoire?

Il s’agit d’anticorps humains IgG1 qui se lient sur le domaine de liaison (RBD) de la protéine S de Sars-Cov2 ; il intervient à l’étape de la liaison/fusion du virus avec la cellule hôte, et empêche la pénétration du virus dans la cellule. Ils fonctionnent comme anti-viraux. Il y a de nombreux anticorps produits, en Suisse nous avons le mélange de Casirivimab/Imdevimab de Régénéron/Roche (Regn-cov2). Ce sont les premières générations (qui doivent se donner par voie intraveineuse). Autorisation obtenue en novembre 2020.

Roche a prévu certaines indications ; pour l’instant, ils s’adressent aux patients ayant une PCR positive et qui se trouvent en ambulatoire. Il s’agit surtout de viser les populations sélectionnées de patients immunosupprimés et à risque de maladie très compliquée.

Ce médicament a été testé sur plus de 5’000 patients n’ayant pas besoin en supplémentation d’oxygène. En comparaison au placebo, on a vérifié le taux d’hospitalisation ou de décès : 58% avaient une obésité morbide. La réduction du risque d’hospitalisation ou de mortalité est d’environ 70%. Dès le 3e jour, il y a une réduction du nombre de patients hospitalisés et à un mois une nette diminution de la mortalité et une accélération de la résolution des symptômes.

Il y a très peu d’hypersensibilité ou de complication à l’infusion.

Il existe d’autres médicaments à effet antiviraux qui sont en cours d’étude (budénoside, fluvoxamine) qui pourraient être efficaces en phase précoce. On attend des anticorps que nous pourrons donner en sous-cutané.

Les anticorps sont mis à disposition par un mécanisme de financement extraordinaire (voté par le Parlement. Le prix d’une dose est de 2’300.- CHF). Il y a 3’000 doses à disposition pour le pays.

On administrera 1200 mg de chacun des deux Ac par voie iv, en 30 minutes et surveillance d’une heure. L’insuffisance rénale ne devrait pas avoir d’impact ; il n’y a pas d’interaction avec les médicaments substrat, inducteurs ou inhibiteurs des cytochromes P450. Il n’a pas d’adaptation au poids, on ne connait pas encore le risque/bénéfice chez la femme enceinte.

Attention : ne pas vacciner les 90 jours après l’administration des anticorps monoclonaux !

Le NNT pour les anticorps monoclonaux
NNT 30 pour éviter une hospitalisation
NNT 45 pour éviter un décès

Critères d’éligibilité (société suisse d’infectiologie et task-force)

Critères généraux :
PCR + (ou test Ag+), au tout début des symptômes (max 5j après le début des symptômes)
Exceptions possibles patients très immunosupprimés
(Plus de 40 kg)

Patients >80 ans :
Non vaccinés ou si PCR + et sérologies nég

Patients à haut-risque et immunosupprimés selon liste OFSP
Il existe une check-list pour les médecins de famille et une fiche d’informations aux patients.

On compte sur les médecins de famille pour dépister les patients qui entrent dans les critères d’éligibilité pour proposer le traitement aux patients (environ 7% des patients Covid+ à Genève dans dernières semaines).

Modalités pratiques
Les anticorps seront donnés aux HUG au secteur E dans la phase test. En deuxième phase l’inclusion se fera par le service du médecin cantonal. Les médecins traitants peuvent appeler

Pour vérifier l’éligibilité:

  • bip ambulatoire d’infectiologie VIH (phase test, 34 656) et bip B (022 37 29 803) (jours ouvrables)

Pour prendre rendez-vous:

  • Pour les patient au secteur E : Covicare 079 553 12 41
    Préparer la checklist: patient PCR moins de 5 jours et patient à risque?
  • Pour patients d’âge gériatrique, 3C : chef de clinique 079 553 56 35
12.05.2021: Que sait-on de nouveau sur les Variants en particulier le variant indien?

L’apparition d’un variant résulte de l’évolution naturelle d’un virus avec le temps, qui acquière des mutations lui conférant un avantage lors de ces cycles de réplication.

Le virus Sars-CoV-2 mute relativement peu pour un virus à ARN (par comparaison au virus de la grippe ou au HIV ) car il possède une ARN-polymérase-ARN dépendante qui est une enzyme qui permet de corriger les erreurs à chaque cycle de réplication. Cependant, lors de chaque infection il y a des millions voire milliards de particules virales produites, et au vu du grand nombre de patients infectés il y a un grand nombre d’événements de possibles mutations. Ces mutations arrivent à chaque cycle de réplication de génome, par erreur de réplication du génome : elles peuvent être des insertions, des délétions ou des substitutions de nucléotides, qui peuvent soit entrainer une mutation dite synonyme (effet synonyme car pas de changement d’acide aminé) ou non-synonyme (changement d’acide aminé). Elles ont donc sur le virus soit un impact neutre, soit négatif (virus ne supporte pas), soit un impact positif qui va favoriser la sélection du variant.

Les mutations peuvent apparaitre tout au long du génome. Toute mutation qui arrive sur le site de liaison de la protéine spike à son récepteur (endroit de liaison avec le récepteur ACE2 de la cellule qui lui permet d’entrer dans la cellule) peut avoir un effet (négatif ou positif) sur l’entrée du virus dans la cellule ou sur la reconnaissance du virus par le système immunitaire, puisqu’une très grande partie des anticorps neutralisants visent la protéine spike.

Il y a déjà plusieurs milliers de variants mis en évidence depuis la découverte du virus en décembre 2019. Très tôt après la découverte du virus, encore en Chine, une mutation permettant une entrée facilitée dans la cellule était déjà identifiée (D614G). On appelle un variant préoccupant « variant of concern  ou VOC », des variants qui ont plusieurs mutations sur la protéine S et qui peuvent avoir soit une transmissibilité augmentée, une sévérité accrue ou encore qui sont capables d’échapper au système immunitaire d’entrainer des échecs de détection ou des échecs de traitement.

Principaux variants VOC préoccupants

 Epidémiologie

Le variant B.1.1.7 « anglais » retrouvé partout dans le monde, a progressivement remplacé les variants qui circulaient précédemment. Le variant B..1.351, pour la première fois identifié en Afrique du Sud circule surtout en Afrique du Sud et subsaharienne, et en Amérique du Nord.

Le variant P.1 « identifié pour la première fois chez des voyageurs en provenance du Brésil » se retrouve surtout en Amérique du Sud et du Nord. Le variant B.1.617 « indien » a récemment été identifié en Europe, principalement en Angleterre, et déjà en Suisse.

En Suisse depuis fin février, le B.1.17 est à l’origine de la majorité des cas et a remplacé les autres variants  >95% en raison de la transmissibilité augmentée. On observe à Genève une circulation communautaire à bas bruits du variant B.1.351 depuis fin janvier. Peu de cas, principalement liés à des importations, de variants P.1, sont régulièrement identifiés. Le variant B.1.617 (indien) a été identifié dans une dizaine de cas sur des prélèvements dès mi-avril.

Variant « indien B.1.617

Observé la première fois en Inde en octobre 2020, il est considéré comme un variant préoccupant « VOC » en raison d’un possible plus grand potentiel de transmission. Il est parfois appelé à tort « double mutant », car certaines sous lignées comportent 2 mutations qui pourraient participer à l’échappement immunitaire. En réalité, cette lignée comporte plus de 15 mutations sur le génome, dont 7 sur le gène de la protéine spike.

Il en existe 3 sous-lignées. Celle qui a été identifiée à Genève est leB.1.617.2, et ne contient qu’une seule des 2 mutations connues pour conférer un pouvoir d’échappement au système immunitaire, appelée L452R. Il ne contient pas la mutation E484Q.

La situation épidémiologique en Inde, ou est observée une nette augmentation du nombre de cas ne permet pas avec certitude de savoir si la vague est liée aux propriétés du variant ou s’il s’agit d’un dépassement du système de santé Indien. Basé sur l’analyse de la situation épidémiologique en Angleterre, ou un doublement du nombre de cas a été observé en l’espace d’une semaine, ce variant pourrait avoir une transmissibilité augmentée et entrer en compétition avec B.1.17, le variant « anglais ». Ces données restent préliminaires et pourraient résulter simplement à un nombre important de nouvelles importations de ce variant en provenance d’Inde sur une courte période.

Il pourrait aussi avoir un échappement au système immunitaire. In vitro, on observe une diminution des capacités de neutralisation par les sérums convalescents et les sérums de vaccins.

Si on compare avec ce qu’on connait des autres variants, à la fois les données de neutralisation in vitro mais aussi les données existantes de vraie vie, l’efficacité vaccinale serait conservée. En effet, la diminution de la capacité de neutralisation des sérums vaccinés in vitro contre le variant « sud africain » est beaucoup plus importante que contre le variant « indien ». Or, les données de la « vraie vie » pour le variant « sud-africain » sont encourageantes avec les études après vaccination « Pfizer » qui montrent 75 % de protection contre l’infection et 100% de protection contre la maladie sévère, donc des résultats a priori rassurants par rapport au variant « indien » également.

Réponse aux anticorps monoclonaux

Traitement qui va arriver en Suisse très prochainement, du laboratoire Regeneron (association casivirimab et imdevimab) montre que le variant « indien » reste sensible à ce « cocktail ».

Questions en suspens

-transmissibilité augmentée ? à confirmer
-phénotype différent : pas de données chez l’homme
-risque de réinfections : ne semble pas décrites
-protection conférée par la vaccination : probable

 

 

 

 

28.04.2021: Quel taux de réinfection du COVID ?

Il y a des réinfections mais qui sont toujours moins graves.

Il y a sur 48’725 tests positifs environ, 63 réinfections à Genève (dont 21 patients 3-6 mois après première infection ; 31 personnes entre 6-9 mois post infection; 11 patients 9-12 mois suite à la première infection). L’immunité n’est pas totale, mais ceci prouve plutôt une bonne immunité avec une réinfection faible. Les réinfections sont plutôt paucisymptomatiques.

28.04.2021: Pourquoi les critères OMS de la pandémie ne comprennent plus la létalité?

Les critères pandémiques de l’OMS tiennent compte de la létalité, ainsi des hospitalisations et les conséquences du Lond Covid.

14.04.2021: Covid-long

Consultation au SMPR depuis mars 2020 : consultation multidisciplinaire avec la contribution de différents spécialistes, ainsi qu’un colloque hebdomadaire pour la présentation et discussion de cas.

En collaboration avec différents services :

 Prise de rendez-vous :

Définition du Covid long :
Symptômes de plus de 4 semaines

Les symptômes du Covid long peuvent être des clusters de différentes associations de symptômes parmi ceux recensés. Les symptômes de fatigue sont 8 fois plus fréquemment retrouvés que parmi les groupes contrôles de patients de la population n’ayant pas eu le Covid.

 

14.04.2021: Quelle attitude pour le Covid-long?

Quittancer les symptômes invalidants des patients, les rassurer pour leur dire que les symptômes s’améliorent pour la grande majorité. Ils vont retrouver leur capacité fonctionnelle en leur proposant un reconditionnement progressif (physiothérapie respiratoire, physiothérapie mobilisatrice, neuro-rééducation, rééducation olfactive). Ne pas forcer au-delà de la tolérance (peut être contre-productif), mais très lentement progressivement parfois simplement dans la vie quotidienne. 

14.04.2021: Quel traitement pour le Covid-long?

Le traitement est la rééducation ainsi qu’un encadrement psychosomatique. Il n’y a pas de risque de les vacciner, et il semble qu’une proportion de personnes souffrant de Covid long rapportent une amélioration de leurs symptômes post-vaccination.