[935] Troubles de mémoire et maladie d'Alzheimer

rect839.png

Le groupe de GB Frisoni bénéficie d'une expertise de longue date dans le domaine de la maladie d'Alzheimer et de maladies apparentées. Son principal intérêt de recherche concerne la neuro-imagerie translationnelle alliant la recherche fondamentale à la compréhension de la physiopathologie de la neurodégénérescence et participant au diagnostic de la démence en milieu cliniques. En particulier:

  • La neuropathologie in vivo de la maladie d'Alzheimer et maladies apparentées l’imagerie par résonance magnétique et PET
  • Les biomarqueurs d’imagerie et de l’LCR pour le diagnostic de précoce et le « disease tracking » de la maladie d'Alzheimer et maladies apparentées
  • Les médicaments pour la prévention de la maladie d'Alzheimer
  • L’intégration dans la clinique des techniques avancées d’imagerie (amyloid PET, tau PET, MR 7T)
  • Le rôle du microbiote dans la physiopathologie de la maladie d’Alzheimer
  • L’analyse informatisée et automatisée de larges bases de données d’imagerie du cerveau

Projets de recherche

Personne de contact: Marie Louise MONTANDON

Le projet RECAGE vise à mesurer l’efficience (coût/efficacité) d’une unité de soins médicaux  spécialisés dans la prise en charge de patients présentant des troubles comportementaux et psychologiques liés à la démence (SCPD). Il vise à évaluer son efficacité en vue de soulager les SCPD et améliorer la qualité de vie des patients et des soignants. Il est financé par le programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'Union européenne. Le service de gériatrie, grâce à la participation du centre de mémoire et de l'unité SOMADEM (SOMAtic DEMentia), est l'un des centres des six pays (Italie, France, Allemagne, Grèce, Norvège, Suisse) sélectionnés pour participer à l'étude. L'unité SOMADEM est une unité gériatrique spécialisée pour les patients atteints de démence et de troubles du comportement exacerbés dans le contexte d'un épisode somatique aigu.

 

Personne de contact: Christian Moro

Le projet AMYPAD représente une nouvelle initiative de recherche qui réunira des partenaires des milieux universitaires et privés, et visant à améliorer la compréhension du rôle des protéines bêta-amyloïde (β-amyloïde) comme marqueurs diagnostiques et thérapeutiques de la maladie d'Alzheimer en utilisant la tomographie par émission de positons. Le consortium AMYPAD regroupe 8 centres universitaires, 3 entreprises pharmaceutiques, 2 PME et 1 organisation de patients répartis dans toute l'Europe.

En travaillant directement dans le contexte clinique, AMYPAD cherche à déterminer pour quels types de patients et dans quelles circonstances l'imagerie diagnostique β-amyloïde serait particulièrement pertinente. Le projet vise également à évaluer comment les informations récoltées peuvent influencer le degré de certitude du diagnostic et la gestion des patients de manière à minimiser les coûts. Ainsi, le projet AMYPAD offrira une compréhension approfondie de l’évolution de la maladie d'Alzheimer à un stade pré-symptomatique, permettant une meilleure prévention secondaire de la maladie et une sélection plus efficace des patients pour les essais cliniques. Afin d’atteindre ces objectifs, AMYPAD travaillera en étroite collaboration avec le projet EPAD (http://ep-ad.org/).

AMYPAD est principalement financé par le programme-cadre de l’Union Européenne pour la recherche et d’innovation Horizon 2020 et par l'industrie pharmaceutique européenne (EFPIA), sous les auspices de l’Innovative Medicines Initiative Joint Undertaking (IMI JU).

Personne de contact: Szymon TOMCZYK

Projet de recherche dans lequel les données concernant les évaluations cliniques et neuropsychologiques acquis dans le cadre de la prise en charge routinière des patients de la Clinique Mémoire des Hôpitaux Universitaires de Genève sont collectées et organisés dans une base de données dédiée. Il s’agit d’une étude observationnelle, transversale dans sa comparaison entre différents groupes diagnostiques, ainsi que longitudinale, afin d’analyser la progression de chaque démence, avec le but final de développer des biomarqueurs diagnostiques et pronostiques précis et réalisables pour les maladies neurodégénératives.

Personne de contact: Federica RIBALDI

L’amélioration constante de l’évaluation des risques au sein de la recherche sur la maladie d’Alzheimer (MA), la précision des tests sanguins pour un dépistage à grande échelle des biomarqueurs de la MA ainsi que la possibilité d’une détection précoce chez les personnes sans déficience cognitive pourraient transformer l’opinion public envers la médecine prédictive et la médecine en général. PreTAD vise à clarifier les besoins des personnes par rapport au système de soins de santé et à ses services.

 

Personne de contact: Moira MARIZZONI

L'objectif du projet est d'évaluer l'interaction entre les bactéries intestinales (microbiote ou flore intestinale), les états inflammatoires périphériques et la présence de protéines amyloïdes ou Tau dans le cerveau chez des patients souffrant de troubles cognitifs légers ou en bonne santé cognitive.

Personne de contact: Claire CHEVALIER

L'objectif de cette étude préclinique est d'évaluer l'effet de la transplantation fécale (par exemple, de la flore intestinale) dans le traitement de la maladie d'Alzheimer (MA). Une sélection d'individus protégés contre la MA, ou avec une MA diagnostiquée, sera utilisée comme donneurs pour la transplantation de microbiote dans un modèle de souris de la MA. Nous souhaitons identifier quel microbiote (ou quelles bactéries) peut atténuer ou traiter la MA, et si la transplantation fécale pourrait être un nouvel outil thérapeutique pour la MA.

Personne de contact: Daniel ALTOMARE

CLAMP a pour objectif d'évaluer si une intervention consistant en une stimulation multisensorielle (auditive et visuelle) de 40 Hz est capable de réduire la charge amyloïde chez les personnes amyloïdes positives non démentes. Comme paramètres secondaires, nous évaluerons si une telle intervention est capable de : (i) améliorer l'activité électrique du cerveau, (ii) améliorer ou ralentir l'aggravation des biomarqueurs sanguins de la maladie d'Alzheimer, (iii) améliorer ou ralentir l'aggravation de la cognition.

 

Personne de contact: Federica RIBALDI

Actuellement, environ 25 % des patients des cliniques de la mémoire se plaignent d'un déclin cognitif en l'absence de déficits objectifs (déclin cognitif subjectif, DCS). Ces personnes pourraient présenter un risque plus élevé de développer une démence, mais la majorité d'entre elles souffrent de troubles psychiatriques, de maladies physiques, de polypharmacie ou simplement d'un vieillissement normal du cerveau. Différencier ces causes potentielles est souvent un exercice difficile, même pour les médecins experts. Ce projet vise à étudier les sous-groupes possibles de DCS et leur association avec des causes neurologiques, psychiatriques et physiques.

 

Personne de contact: Valentina Garibotto

Il s'agit d'une étude longitudinale qui vise à évaluer le risque de détérioration cognitive chez des personnes ne présentant aucun symptôme cognitif ou des symptômes subtils, mais entièrement caractérisées en termes de statut amyloïde, Tau et neurodégénérescence. Cette étude aura un fort impact sur nos connaissances sur l'interaction longitudinale de l'accumulation d'amyloïde et de tau sur la progression de la maladie.

Personne de contact: Blanche PIROTTE

Il s’agit d’une étude de phase 3, multicentrique, randomisée, en double aveugle, contrôlée contre placebo, en groupes parallèles, visant à évaluer l’efficacité et la sécurité d’emploi de l’aducanumab chez des patients atteints par la maladie d’Alzheimer au stade précoce. La période de traitement est de 18 mois, au cours de laquelle les personnes qui respectent tous les critères d’inclusion au protocole seront assignées en aveugle soit au groupe de traitement soit au groupe placebo. L'étude inclura 1350 patients provenant d’environ 180 sites dans le monde. Le Centre de la Mémoire des Hôpitaux Universitaires de Genève est parmi les sites sélectionnés pour participer à l'étude. Le responsable de l'étude est le Professeur Giovanni Frisoni et la coordinatrice est Mme Blanche Pirotte.